1. // L1 -J20
  2. // PSG/TFC

Un coup à faire au Parc ?

Après une élimination précoce et inattendue en Coupe de France contre le Gazélec Ajaccio, le Téfécé a pu vite rebasculer sur son objectif prioritaire : le championnat. Avec un déplacement au Parc pour y affronter le PSG nouveau. Avec l’envie d’y réaliser un coup.

4 2
« Dans ce genre de match un peu traquenard, le premier qui réussit à ouvrir le score l’emporte. Il ne fallait pas prendre de but, on l’a pris en début de deuxième mi-temps, ils ont poussé et bien défendu. C’est une déception. Mais l’élimination a été vite digérée. Il a fallu vite passer à autre chose. Et rien de mieux pour passer à autre chose qu’un match au Parc » dixit le taulier Pantxi Sirieix évoquant le guet-apens corse et le déplacement au Parc. La déception vite évacuée, le TFC a donc vite rebasculé sur le championnat. La donne de ce deuxième semestre est simple : faire aussi bien que le premier. Durant les cinq premiers mois de compétition, le club haut-garonnais a vu son bloc toujours aussi costaud défensivement se muer progressivement en équipe capable de jouer un peu au ballon et de tâter la gonfle. L’idée sera donc de continuer dans cette voie. Football rigueur, mais football plaisir quand même : « Faire au moins aussi bien que la première partie de saison, voire mieux… » énonce Pantxi avec l’idée de « vite assurer le maintien, il reste une dizaine de points à prendre, et après on sera plus tranquilles pour pourquoi pas regarder plus haut » . Oui en Ligue 1, le 6e à la mi-saison sera rassuré le maintien une fois en poche. Mais c’est un autre problème.

Même son de cloche chez coach Casa qui n’a pas voulu faire de la défaite en Corse une affaire d’Etat, avec sa petite idée sur la réalité d’un premier tour de Coupe de France : « C'est la Coupe ! Les petits jouent le match de leur vie, les gros sont en souffrance. Normal, tout est fait pour que les pros soient la risée de la France et les amateurs érigés en héros » avant de tirer même quelques enseignements positifs de cette rencontre « Il y a des matches de reprise, en coupe, face à une équipe hiérarchiquement inférieure, où - par le passé - on a manqué d'envie ou fait montre de suffisance. Ici, ce ne fut pas le cas. J'ai même aimé notre volonté pour revenir à la marque. On méritait d'être récompensés par l'égalisation (refusée pour hors-jeu à la 90e+1) » . On peut se dire que l’argumentaire est tiré par les cheveux. On peut se dire que Casanova se rassure comme il peut. Peu importe, en vrai, il révèle que ce Tef’ est bien trop confiant pour cogiter un match raté. Une nouvelle donne.

Pour remplacer les joueurs partis à la CAN à savoir Aymen Abdennour, Mohamed Fofana et Cheikh M'Bengue, en d’autres termes : les pions essentiels de sa base arrière, le TFC va se débrouiller sans recruter. Et compter sur sa force : ses cadres, son collectif. Étienne Capoue, qui régale depuis le début de l’année devant la défense, devrait rejoindre Daniel Congré au milieu de celle-ci. Franck Tabanou, le gaucher créateur reculera également d’un cran. Pour la cause. Casanova n’hésitera pas non plus à lancer des jeunes. « C'est la même chose que lorsqu'il y a des blessures. Ce qu'on perd sur le plan individuel, on le compense au niveau du collectif » rappelle le coach toulousain, sûr de la force, sûr de son groupe. « On va s’adapter, on l’a fait il y deux ans, il ne faut pas se focaliser dessus » ajoute Pantxi, souvent condamné au banc ces derniers temps qui du coup pourra gratter un peu de temps de jeu.

Le PSG repart à zéro

La chance du TFC est peut-être à chercher dans le contexte parisien. Le PSG a beau être leader, il repart de zéro. Le PSG a beau frimer pendant le mercato, il reconstruit son équipe. Et sous le regard de Carlo Ancelotti. Un regard qui pèse lourd. L’équipe parisienne jouera avec son nouveau schéma, sa nouvelle identité tactique. Si les joueurs de la capitale auront évidemment envie de se montrer, la prestation indigente proposée face à Locminé dimanche dernier a rappelé que démarrer un nouveau cycle à ce moment de l’année n’avait rien d’évident. La pression est énorme. Virer un Kombouaré leader à la trêve ne laisse pas le choix à Leonardo : il doit être champion. « Pour leur premier match au Parc, c’est à double tranchant. Un nouveau coach, un nouveau système de jeu, les joueurs seront hyper motivés à domicile mais les réglages ne seront peut-être pas faits » suggère Sirieix. Le Tef’, qui lui en termes de gestion des ressources humaines fait figure d’antithèse la plus prononcée du PSG pétrodollarisé derrière le triptyque managérial patience-travail-discrétion, a donc un coup à jouer.

A Paris et pour la deuxième partie de saison, le Téfécé compte beaucoup sur ses deux recrues phares de l’été dernier : Emmanuel Rivière et Umut Bulut qui ont pour le moment soit peu joué, soit peu marqué. Rivière, souvent blessé lors du début de saison, fera son retour dans le groupe. Umut Bulut aussi sera bien là. Concernant sa lente intégration, le Basquo-Toulousain, la tignasse dans le vent, a une explication toute trouvée : « C’est compliqué pour Umut de s’intégrer avec la barrière de la langue, de la culture, même si son but contre Lyon lui a donné confiance. Avec le temps, ça ira mieux » . Le temps. Une notion que le PSG ne connaît plus.



Par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Un petit 3-1 Paris.
@ SoFoot à quand une "vraie" rubrique pronostics ??
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 2