1. //
  2. //
  3. // OM/PSG (3-0)

Un Classique à l’ancienne

C’est une victoire au physique, à la tactique et au mental qu’a construit l’OM face à un PSG dépassé. Mais déjà se pose la question : pour lequel des deux ce résultat est-il le plus révélateur ?

Modififié
3 10
Didier Deschamps promenait une mine satisfaite dimanche soir dans les couloirs du Vélodrome. Pas seulement parce que son équipe avait gratté trois points face à un gros calibre, fut-ce le Paris-SG. Pas seulement parce que ce succès enrayait une mauvaise spirale de deux défaites de rang (0-1 face à Montpellier puis Olympiakos). Et pas seulement parce que ça ressemblait à une réponse à ses détracteurs, ceux de l’extérieur comme ceux de l’intérieur tapis dans l’ombre imposante d’une grande gueule nommée Gignac. Non, si la Dèche affichait son petit sourire en coin, c’est avant tout parce que son escouade lui avait donné une victoire comme il les aime. Une victoire à la Deschamps. « Les joueurs étaient mobilisés. Il était important de livrer un combat athlétique, c'était même capital d'être bons dans ce domaine. Il fallait bien défendre, on a mis beaucoup d'agressivité » . Tu m’étonnes ! Jamais cette saison, on avait vu Marseille mettre autant d’intensité dans le pressing, multipliant les prises à deux aux quatre coins du terrain. Car l’OM n’a pas installé l’autobus devant les bois de Mandanda, il est allé chercher la gonfle dès la relance parisienne. En ce sens, Deschamps a gagné une vraie bataille tactique hier face à son vieux compère Antoine Kombouaré, même si tout n’était pas de la faute du Kanak… mais on y reviendra.

Taille, biceps, hargne et… intelligence

Car si la doublette défensive de l’entrejeu parisien, Matuidi-Sissoko, présentait a priori quelques gages au niveau athlétique, il ne fallait pas être un génie pour déceler la faille technique chez ce duo. Et on ne compte plus le nombre de fois où les Phocéens sont allés leur mettre la pression, sûrs qu’en les coupant du secteur offensif, aucun des deux n’aurait assez de talent pour franchir le rideau ciel et blanc. Voir le deuxième but pour se faire idée de la mise en pratique. Vorace dans l’axe, l’OM a aussi mangé les couloirs grâce au travail défensif pour le moins intensif des milieux excentrés, symbolisé par le pur combat de chien de la rue livré par Amalfitano. Oui, si les Marseillais ont marché sur leurs adversaires ce n’est pas uniquement parce qu’à la pesée, Deschamps avait fait s’avancer son pack composé de bestiasses comme Nkoulou, Diawara, Mbia, Diarra ou même Lucho dont on sous-estime le volume et la puissance. Outre la taille et les biceps, il y avait la hargne, pour ne pas dire plus. Mais outre ce registre, disons, viril, il faut bien ajouter l’intelligence, dans la lecture des événements et dans l’application du plan de bataille. Reste à savoir si ce match va servir de base de lancement à un retour marseillais ou si comme dans tous les grands clubs en difficulté qui croisent leur ennemi mieux classé, il n’a pas seulement servi de baroud d’honneur.

Makelele, remets vite un maillot !

L’honneur, c’est ce qui a méchamment manqué au PSG. Au Vélodrome, les Parisiens se sont fait gifler, fesser et même un peu violer sans que personne, hormis Mamadou Sakho, ne suggère d’arrêter de se pencher. Et immédiatement la question se pose : y’a-t-il un patron sur le terrain ? On se posait déjà la question cet été après le recrutement pharaonique francilien, plusieurs observateurs avaient pointé l’absence d’un taulier au cœur du jeu. Pour tenir la barre par gros temps, pour sonner la révolte en cas de besoin et pour recadrer les ego qui pullulent. En clair, qui pour reprendre le flambeau tenu jusqu’au printemps dernier par Claude Makelele. D’ailleurs, et ce n’est probablement pas un hasard, c’est l’ancien international français qui est allé faire leur fête à tous les Parisiens dans le vestiaire en leur disant qu’ils s’étaient « fait dessus » selon un joueur. Ce rôle devrait être dévolu à Diego Lugano, capitaine de l’équipe d’Uruguay. Mais le défenseur de la Celeste est tellement en galère avec son propre jeu qu’il n’a pas le loisir de s’occuper de ses partenaires. Sur le banc alors ? Le hic c’est que l’autorité de Kombouaré est désormais mise à mal et ça ressemble à un arrêt de mort dans ce contexte. Car le choix même d’aligner un Lugano à l’ouest complet est la preuve que l’ex-entraîneur de Valenciennes subit des pressions de son directeur sportif, Leonardo. D’ailleurs, qui a échappé au naufrage complet ? Pour l’essentiel Jallet, Armand, Sakho et Nenê. Conclusion : tous les autres naufragés, arrivés cet été, portent la même griffe, celle de Leo (à l’exception de Gameiro, arrivé avant le Brésilien, mais qu’on a presque envie d’exonérer de quelques responsabilités tant il est ignoré dans ses appels).

Dimanche soir, le véritable échec ne portait pas nécessairement le nom de celui qui va payer tôt ou tard. Kombouaré ne finira probablement pas la saison car désormais, il semble avoir perdu la main. Mais une fois le Néo-Calédonien écarté, Paris ne pourra plus s’exonérer des vraies questions auxquelles il doit vite répondre. Car au fond, l’équipe ressemble terriblement au club : un potentiel énorme mais personne pour faire résonner une seule voix. Dimanche, c’est tout Paris qui était atone.

Par Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Surtout on peut voir à quel point Chantôme manque à cette équipe parisienne, malgré toute la technique de Bodmer, malgré le physique de Matuidi/Sissoko, il nous manque clairement ce joueur qui joue toujours vers l'avant. Chantôme est impressionnant à ce titre, à toujours mettre le ballon dans le sens du jeu tout en ayant une endurance incroyable. Il finit souvent cramé mais d'avoir tout le match répété les efforts. Sans milieu relayeur de qualité Paris n'y arrive pas. Quand il reviendra, qu'on aura à nouveau la paire Matuidi/Chantôme, Paris fera à nouveau très mal, Pastore aura de vrais ballons, Gameiro peut être aussi;
Bazibouzouk Niveau : CFA2
« Lucho dont on sous-estime le volume et la puissance » je suis complètement d’accord avec ça. Je me rappelle d’un Porto-Arsenal où il avait écrasé la partie physiquement, si si !
"Deschamps a gagné une vraie bataille tactique hier face à son vieux compère Antoine Kombouaré"...

Parce qu'aligner 4 brutes dans le coeur du jeu (charnière + récup) c'est de la tactique??
C'est ouf comme le plan de jeu destructeur de Deschamps suscite aucune réaction de la part des mêmes qui trashent Mourinho quand il aligne une équipe de lascards face au Barca (cf Pepe au milieu).

Je suis ni pro-PSG ni pro-OM, mais je comprends pas l'incroyable indulgence des gens à l'égard de Deschamps et de sa politique sportive. Les prétendues ambitions de jeu du début de saison ont clairement été mises de côté, au profit des bouffeurs de mollets type Diarra
Deschamps a pas eu les joueurs qu'ils voulaient hein (ou du moins pas tout les joueurs qu'ils voulaient), il a fait avec les moyens qu'il avait et a prit des seconds couteaux...

Apres, je pense que tactiquement, il s'adapte tres bien au joueur qu'il a, il l'a déjà montré, et n'a rien à prouver à personne sur ce sujet !

Derrière, au vu la situation et du début de saison, c'est normal qu'il durcisse son équipe, ça joue moins, mais c'est plus efficace...
Et puis au final les gens se rappellent des titres, pas de la maniere dont ceux-ci ont ete gagnes.
Il y a deux ans DD avait fait "la trouvaille" M'Bia/Diawara qui avait permis de gagner le titre.
Le quatuor Diawara/N'Koulou/M'Bia/Diarra sera peut être la trouvaille pour remonter sur le podium, le titre étant utopique.
Quant au dossier Lucho, bon nombre de sois disant spécialistes ne voient pas son abbatage au milieu notamment son pressing constant qui ne date pas d'hier soir. Et encore une fois ce n'est pas un 10 mais un 8 par excellence.
Ouai super il court, il compense, il fait le taff...

Mais p.utin c'est pas brillant !
viva les poiro Niveau : District
Sinon Toulalan a marqué ce soir, on s'en b.ranle ?
Moi, je rêve justement qu'un joueur se réveille et montre la voie à Paris, un mec qui en a dans le pantalon et ose dire ce qui ne va pas à ses coéquipiers les moins motivés, un mec avec de l'expérience, du vécu, et des c.....es surtout, parce que là, franchement, ils ont joué comme des pucelles effrayées à Marseille... J'ai jamais vu des joueurs aussi techniques par exemple (Ménez & Pastore) aussi mauvais dans la justesse qu'hier soir, on dirait qu'ils allaient faire dans leur pantalon à chaque touche de balle... Là quelque part Sofoot a vu juste, il faut quelqu'un de l'envergure de Makelele à Paris pour réveiller ce p'tit monde, j'étais pas son plus grand fan à Paris mais c'était un très bon capitaine!
filoubifrance Niveau : CFA2
En tant que son détracteur régulier, je dois avouer avoir apprécié la prestation de Lucho. C'est un joueur qui n'excelle nulle part, ce qui lui manque d'ailleurs pour devenir un grand joueur, mais dimanche il a été monstrueux dans l'envie comme tout ses coéquipiers. Avec un peu plus de spontanéité, il pourrait devenir un pilier qu'il a été dans la deuxième partie de sa première saison, celle du titre nationale. D'autant plus que l'OM ne compte pas beaucoup de joueurs aussi justes techniquement que lui.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 10