1. // Amical
  2. // Iran/Brésil

Un Brésil new-look

Deux matchs amicaux au programme pour la Seleção : l'Iran ce jeudi et l'Ukraine lundi. L'occasion de découvrir un paquet de jeunes joueurs que le nouveau coach Mano Menezes veut lancer dans le grand bain pour préparer le Mondial 2014.

Modififié
0 0
Depuis que Dunga est parti, ça rigole enfin au Brésil. La preuve, dimanche dernier, 1,3 million d'électeurs ont choisi d'envoyer au parlement Tiririca, un clown analphabète qui ne sait même pas à quoi sert un député. Heureusement, les dirigeants de la fédé semblent avoir été plus heureux dans le choix du nouveau sélectionneur. S'il y a bien un homme capable de redonner le sourire aux Brésiliens en mal de jogo bonito, c'est bien Mano Menezes. Exit les trentenaires et gros bourrins bodybuildés : place aux « Meninos da Vila » de Santos et au jeu rapide, léger, et porté 100% vers l'attaque. En août dernier, la Seleção a surclassé les États-Unis en plein New Jersey, grâce à deux petits chefs-d'œuvre signés Pato et Neymar et tout un tas d'actions de classe qui vont bien.

Du coup, la plupart des cadres de la Coupe du Monde en Afsud, “préservés” lors de ce premier match amical puisqu'ils étaient à court de forme, ne sont toujours pas du voyage alors que leur saison a déjà commencé depuis un bon bout de temps. Les tauliers nerazzurri Maicon, Lucio et Julio César vont-ils retrouver leur place quand les choses sérieuses vont commencer ? Rien n'est mois sûr quand on sait que l'ancien coach des Corinthians n'a qu'un leitmotiv : la rénovation avant tout. Mine de rien, il doit non seulement préparer la Coupe Monde 2014 qui se jouera à domicile, mais aussi les JO de Londres 2012. La médaille d'or est le seul titre qui manque au Brésil, alors la fédé met toujours le paquet en confiant les rênes de l'équipe au sélectionneur des A, même s'il ne pourra compter que sur trois joueurs de plus de 23 ans.



Neymar écarté

Dans la liste convoquée pour affronter l'Iran, ce soir à Abou Dhabi et l'Ukraine, lundi à Derby, en Angleterre, les mondialistes rescapés se comptent sur les doigts d'une main : Daniel Alves, Thiago Silva, Ramires, Nilmar et Robinho, seul vrai titulaire de l'ère Dunga à avoir été conservé. En fait, les grands absents sont surtout Paulo Henrique Ganso, qui a eu la mauvaise idée de se faire les croisés et Neymar, qui paie ses caprices d'enfant gâté. Faut pas déconner non plus, Papa Mano a beau laisser ses joueurs s'exprimer librement sur le terrain, il sait aussi se muer en père fouettard quand l'un d'eux dépasse les bornes. Il a intérêt à se tenir à carreau, le Neymar, parce qu'à la Seleção, il n'est pas intouchable comme à Santos : s'il se met à insulter son entraîneur, c'est lui qui prend la porte et pas le contraire.

Les « Meninos da Vila » sont tout de même bien représentés dans l'équipe, même si la plupart ont profité du début d'année de folie du club champion pauliste pour aller chercher fortune ailleurs : on retrouve Robinho, aujourd'hui à Milan, Wesley, milieu ultra rapide passé au Werder Brême et André, attaquant vif et puissant venu 8 millions d'Euros au Dynamo Kiev.

Le joyau Coutinho

Mano a aussi misé sur quelques jeunes talents évoluant dans le championnat local. Parmi eux, le latéral droit Mariano, à la fois puissant et technique, l'un des principaux artisans de la super saison réalisée par Fluminense, leader du championnat. Le milieu de terrain Elias, que Mano connaît bien pour l'avoir lancé aux Corinthians, vaut aussi le coup d'œil. Mention spéciale pour Giuliano, même pas titulaire avec l'Internacional Porto Alegre, mais qui fait la dif' à chaque fois qu'il entre en jeu. Il a inscrit des buts décisifs à la pelle, en devenant même le meilleur buteur de son équipe lors de la campagne victorieuse de la Copa Libertadores.

Mais l'homme à suivre de ces matchs amicaux, c'est sans aucun doute Philippe Coutinho, joyau de 18 ans, acheté depuis deux ans par l'Inter Milan, qui a préféré le laisser s'épanouir pendant deux ans à Vasco avant de le lâcher dans la cour des grands. Vu ses débuts fracassants dans le Calcio cette saison, on peut se dire qu'une fois n'est pas coutume, Moratti a eu le nez creux en sachant se montrer patient. A Mano Menezes de faire de même, en construisant petit à petit une Seleção à nouveau capable d'envoyer du rêve.



Louis Génot, à Rio de Janeiro



Le groupe brésilien : Gardiens: Victor (Grêmio), Jefferson (Botafogo), Neto (Atlético-Paranaense) ; latéraux : Daniel Alves (Barcelone), Mariano (Fluminense), André Santos, (Fenerbahce), Adriano (Barcelone) ; Défenseurs centraux : Thiago Silva (Milan AC), Alex Costa (Chelsea), David Luiz (Benfica), Réver (Atlético Mineiro) ; Milieux défensifs : Lucas (Liverpool), Sandro (Tottenham Hotspur), Ramires (Chelsea), Wesley (Werder Brême) ; Milieux offensifs : Elias (Corinthians), Carlos Eduardo (Rubin Kazan-RUS) ; Giuliano (Internacional), Philippe Coutinho (Inter Milan) ; Attaquants : Robinho (Milan), Alexandre Pato (Milan), Nilmar (Villarreal), André (Dynamo Kiev).







Equipe probable: Victor; Daniel Alves, David Luiz, Thiago Silva et André Santos; Lucas, Ramires, Carlos Eduardo et Philippe Coutinho; Robinho et Alexandre Pato.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
"Joueur cherche club"
0 0