1. //
  2. // Amical
  3. // France/Arménie

Un bout d'Arménie à Marseille

L'Arménie affronte les Bleus ce jeudi soir en match amical, l'occasion pour beaucoup de ses supporters français de se rendre au stade pour encourager leur équipe. Ils sont nombreux à s'être installés en France et notamment dans le Sud. Plus qu'une communauté, à Marseille, un club est entièrement composé de joueurs et de dirigeants arméniens.

Modififié
477 41
Le mistral souffle, et les cyprès se courbent. Juste derrière, on aperçoit le stade Sevan, qui dort, paisiblement, attendant le retour des Jaune et Noir pour sortir de son silence. Ici, c'est l'antre de l'EUGA Ardziv. Un village d'irréductibles Arméniens, qui résiste encore et toujours à l'envahisseur. Implanté dans le douzième arrondissement de Marseille, le bébé a bien grandi. Oui, le bébé, parce que l'EUGA Ardziv est née d'une fusion il y a fort longtemps : « L'Entente Union Générale Arménienne a été fondée par les premiers immigrés arméniens, dans les années 20, précise Roger Dermesropian, le président. Puis en 1964, elle a fusionné avec l'AS Ardziv. On essaie de perpétuer ce qu'ils ont fondé, ça fait déjà 91 ans que ça dure. » Et sur la scène régionale, ça se passe plutôt pas mal. Même si le club doit composer « avec une majorité de joueurs d'origine arménienne. Sachant qu'il y a des mariages mixtes » , précise le président. Une équipe en DH qui joue les premiers rôles et deux Coupes de Provence depuis 2012. 91 ans et toutes ses dents. Ou presque. Car parfois, la passion l'emporte sur la raison. La communauté arménienne de Marseille y est très attachée, peut-être un peu trop. Mais l'EUGA, c'est surtout un club amateur comme on les aime. Du cœur et des couilles.

« Un petit OM »


À Marseille, il y a l'OM. C'est indiscutable. Mais juste derrière, à une autre échelle, c'est l'EUGA : « On est un peu le petit OM, c'est fou de dire ça, mais après eux, on est le club de la ville qui amène le plus de supporters au stade. » Garo Frenzlian connaît bien la maison puisqu'il a commencé à jouer sous les couleurs de l'EUGA dès l'âge de seize ans. « Le lundi matin, quand les gens ouvrent le journal, après l'OM, c'est nos résultats qu'ils regardent » , précise-t-il. Un engouement ? Plus que ça, une passion. Car si les Aiglons attisent la ferveur et le respect, c'est grâce à leur réputation de battants : « On s'est forgé une mentalité de guerriers. Depuis les années 60-70, on est réputés pour ne rien lâcher. Avant chaque match, le discours est le même. On représente une communauté, on représente des bénévoles qui travaillent dans l'ombre et surtout l'honneur d'un maillot chargé d'histoire. On est des frères d'armes, porter le maillot d'un club, c'est quelque chose, porter celui de l'EUGA, c'en est une autre. » Et cette réputation que traînent les Arméniens est justifiée. Tant par leur public que par leur comportement sur le terrain. Si le club alimente les pages sportives des quotidiens locaux, c'est grâce à leurs résultats, mais aussi à cause de leurs nombreuses frasques. Comme cette finale de Coupe de Provence remportée aux tirs au but en 2012, face au club de Marignane. Une échauffourée, quelques coups échangés, et les Jaune et Noir se retrouvent suspendus de la compétition pour l'édition suivante. « J'étais en train de m'échauffer derrière la cage quand j'ai vu que ça a commencé à dégénérer, se souvient Garo qui a été exclu du match sans même être entré en jeu. Je suis allé sur le terrain pour séparer les joueurs, et l'arbitre m'a expulsé. Il m'a gâché ma finale. Mais le plus souvent, ce sont des échauffourées typiquement marseillaises. Je te pousse, tu me pousses, je te crie dessus, je t'attends à la fin du match, mais ça s'arrête là, précise-t-il. On n'est pas des fous furieux. » Pourtant, malgré la sanction, c'est rebelote. En 2014, après un an d'absence en Coupe de Provence, l'EUGA retourne en finale. Une nouvelle fois, c'est une séance de tirs au but qui va sceller le sort de la rencontre, mais la réussite n'est pas là, et les Aiglons s'inclinent. Les quelque 1500 supporters qui se sont déplacés accusent le coup. L'amour du club est si fort que la colère l'emporte sur la déception, et ça donne quelques incidents en tribune. Dommage. Mais supporter l'EUGA, ça ne s'arrête pas aux finales et aux victoires.

Le douzième homme-niprésent


« Dans la communauté arménienne, il y a la branche culturelle, le côté humanitaire et il y a le sport. Et cet aspect de la communauté se résume au football et à l'EUGA » , explique Garo qui est aujourd'hui entraîneur adjoint de l'équipe DH. La couleur est annoncée. Un seul amour, fidèle et durable : les supporters. Lors des matchs importants, en coupe notamment, c'est musique traditionnelle à l'entrée des joueurs, haut-parleur et chant de supporters. « J'ai connu des ambiances de folie, avec des fumigènes et tout ce qui va avec. C'est fabuleux. » Et parfois même, ça va au-delà de l'encouragement. Les plus fous mettent la pression sur l'arbitre. Des cris, des mots doux… Mais ce n'est pas nouveau et ça fait partie du jeu. Heureusement, les Jaune et Noir comptent aussi parmi leurs fidèles des gens de tout âge : « Les hommes, les femmes, les enfants, les pépés, les mémés, tout le monde vient voir l'EUGA jouer. C'est un public de connaisseurs, ils nous encouragent dans les bons moments et poussent la gueulante quand ça ne va pas. Et le pire, c'est qu'ils ont raison dans 90% des cas » , sourit Garo. Mais la relation entre le club et ses supporters ne serait pas aussi belle si tout cet amour n'était pas réciproque. « On a besoin d'eux. Nos résultats passe par le terrain, c'est sûr, mais un public qui nous soutient, ça change un match. » Un public, une histoire et des origines, tout ça dans un petit bout d'Arménie, au fin fond du Sud de la France.

Par Benjamin Asseraf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Un village d'irréductibles Arméniens, qui résiste encore et toujours à l'envahisseur" ... Franchement j'ai rien pigé
Message posté par Tuesmonfils
"Un village d'irréductibles Arméniens, qui résiste encore et toujours à l'envahisseur" ... Franchement j'ai rien pigé


T'as jamais lu Astérix ?
AAAAh mon Dieu ! Du communautarisme ! Mais envoyez les CRS bordel !
Note : -2
Mais non, t'as pas compris ? Ils sont ni juifs, ni musulmans, ni homosexuels, donc c'est pas du communautarisme, c'est de la solidarité et/ou du folklore. Tous le monde s'en fout...
Club très sympathique avec des valeurs, que nous rencontrons chaque avant saison en amical, pourtant nous sommes anti om.... Club qui sait également recevoir dans la passion.... Longue vie et bon vent à eux...

Forza STV
Message posté par George is the Best
Mais non, t'as pas compris ? Ils sont ni juifs, ni musulmans, ni homosexuels, donc c'est pas du communautarisme, c'est de la solidarité et/ou du folklore. Tous le monde s'en fout...


Justement, posez-vous les bonnes questions, pourquoi ils n'emmerdent personne?

Parce qu'ils se fondent dans la masse et respecte le pays qui les a accepté..
Un peu revendicatif sur leur génocide, mais jamais dans l'excès.

Pas d'importation de conflit, de réclamation à tort et a travers, de manque de respect à la culture historique Française, pluis de -1 je m'en fous, je pense que certaines "communautés" devraient s'inspirer de cet exemple.

Et bravo à So foot qui fait souvent le boulot pour parler du foot "différent" notamment sur les valeurs plutot que tjrs parler de strass et paillette comme d'autres journalistes (Meme type d'article sur la com' Portugaise, Reportage sur les supporters Egyptiens etc...)
Vous pouvez appeler ça du communautarisme.. mais les français d'origine arméniennes sont un exemple d'intégration à la République...
Pour en revenir au club en lui même ils sont peu à un niveau régional à se targuer d'avoir un engouement tel niveau affluence et ambiance. Bref longue vie à l'UGA !!
Ils sont arrivés il y a presque un siècle, certains avant, situation incomparable avec les "autres".
C'est pas parce qu'on les entend moins que les autres qu'ils font pas de bruit. On a quand même eu des débats à l'Assemblée Nationale sur le "génocide" arménien. Un truc qui ne concerne pas notre pays et qui ne concerne pas les politiques mais les historiens. L'une des résistances de la France à l'entrée de la Turquie dans l'Europe c'est la non reconnaissance du "génocide" arménien et parce que la communauté arménienne est plus grande que la communauté turque en France.

Après, j'ai rien contre les arméniens (ni contre les juifs, les musulmans ou les homosexuels), mais je déteste le communautarisme. Et on parle souvent de "2 poids, 2 mesures" et mon premier post allait dans ce sens. On regarde ça avec affection, folklore ou indifférence. Si c'était un des 3 exemples que j'ai cité plus haut, on aurait déjà 80 messages et non pas 6 et la majorité serait certainement pas de la poésie.
Message posté par George is the Best
C'est pas parce qu'on les entend moins que les autres qu'ils font pas de bruit. On a quand même eu des débats à l'Assemblée Nationale sur le "génocide" arménien. Un truc qui ne concerne pas notre pays et qui ne concerne pas les politiques mais les historiens. L'une des résistances de la France à l'entrée de la Turquie dans l'Europe c'est la non reconnaissance du "génocide" arménien et parce que la communauté arménienne est plus grande que la communauté turque en France.

Après, j'ai rien contre les arméniens (ni contre les juifs, les musulmans ou les homosexuels), mais je déteste le communautarisme. Et on parle souvent de "2 poids, 2 mesures" et mon premier post allait dans ce sens. On regarde ça avec affection, folklore ou indifférence. Si c'était un des 3 exemples que j'ai cité plus haut, on aurait déjà 80 messages et non pas 6 et la majorité serait certainement pas de la poésie.


Suis désolé mais le négationnisme concerne de fait le pays ou il est présent... et dire qu'un génocide perpétré il y a 100 ans qui n'est donc plus à prouver vu le nombre de travaux sur ce sujet concerne que les historiens est aussi pertinent que déclarer que les droits des femmes ne concernent pas les hommes parce qu'ils ne sont pas femmes...
Message posté par George is the Best
C'est pas parce qu'on les entend moins que les autres qu'ils font pas de bruit. On a quand même eu des débats à l'Assemblée Nationale sur le "génocide" arménien. Un truc qui ne concerne pas notre pays et qui ne concerne pas les politiques mais les historiens. L'une des résistances de la France à l'entrée de la Turquie dans l'Europe c'est la non reconnaissance du "génocide" arménien et parce que la communauté arménienne est plus grande que la communauté turque en France.

Après, j'ai rien contre les arméniens (ni contre les juifs, les musulmans ou les homosexuels), mais je déteste le communautarisme. Et on parle souvent de "2 poids, 2 mesures" et mon premier post allait dans ce sens. On regarde ça avec affection, folklore ou indifférence. Si c'était un des 3 exemples que j'ai cité plus haut, on aurait déjà 80 messages et non pas 6 et la majorité serait certainement pas de la poésie.


Le communautarisme en lui-même est naturel est n'a aucune raison d'être rejeté, la création de notre pays n'aurait pas été possible sans l'existence de ce phénomène.

En France - d'ailleurs la notion de communautarisme n'a ce sens souvent péjoratif qu'en français - il est mal vu car il est une des raisons pour lesquelles notre modèle de société est une utopie dysfonctionnelle sur le sujet de l'intégration.

Moi je suis pour le communautarisme, il permet de créer des réseaux plus rapidement pour des populations qui en ont particulièrement besoin.
Sinon pour la Turquie, cette histoire de génocide est un prétexte à mon avis, la communauté arménienne ne me semble pas assez puissante en France pour véritablement peser dans ce type de décisions.
Message posté par Azad


Suis désolé mais le négationnisme concerne de fait le pays ou il est présent... et dire qu'un génocide perpétré il y a 100 ans qui n'est donc plus à prouver vu le nombre de travaux sur ce sujet concerne que les historiens est aussi pertinent que déclarer que les droits des femmes ne concernent pas les hommes parce qu'ils ne sont pas femmes...


J'ai pas assez de connaissances sur le sujet pour savoir si l'on parle de "génocide", de "négationnisme". Par contre, non je trouve pas que ça soit la même chose de dire que le droit des femmes ne concernent pas les hommes. Le "génocide" arménien n'est pas reconnu par tous le monde et tous les pays du monde n'ont pas fait une loi dessus. Donc oui, ça concerne les historiens. C'est pas aux hommes politiques de statuer sur la définition à donner sur un massacre de masse.

Une loi est faite pour réguler la société, pas écrire l'Histoire. Mais bon, c'est mon point de vue.
Message posté par sissa
Sinon pour la Turquie, cette histoire de génocide est un prétexte à mon avis, la communauté arménienne ne me semble pas assez puissante en France pour véritablement peser dans ce type de décisions.


Bien sur que c'est un prétexte. Je ne parle absolument pas de complot ou de je sais pas quoi. Mais c'est quand même un prétexte qui n'est pas utilisé dans toutes les situations. Pour moi c'est plus les politiques qui grattent l'électorat.

Pour ton message sur le communautarisme, je ne dis pas que c'est le mal absolu. Mais pour moi, construire une société là dessus, c'est dangereux. Car cela mène inexorablement vers la compétition, la comparaison, la mise en avant des différences des uns ou des avantages des autres.
Message posté par sissa
Sinon pour la Turquie, cette histoire de génocide est un prétexte à mon avis, la communauté arménienne ne me semble pas assez puissante en France pour véritablement peser dans ce type de décisions.


Ce n'est pas qu'un pretexte! La communauté arménienne de France est ancienne et pour une tres bonne partie d'entre elle, n'est pas originaire directement d'Arménie. La plupart des arméniens, de France, sont originaires d'autres pays que l'arménie, pays que leurs ancetres ont fui lors du génocide. Je suis Marseillais et nombre de mes amis sont d'origine arménienne mais dont les grands parents ou arrières grands parents sont nés en turquie (ou ils ont du changer de nom), au liban ou ailleurs.

Mais tous ont un lien historique extremement fort avec l'arménie historique. Il suffit d'asister a un mariage arménien a Marseille pour le comprendre. De ce fait et malgré l'anciennenté, la communauté arménienne de France forte de pres de 500000 personnes (Marseille, lyon, valence..) pèse un poids non négligeable en France.

De nombreuses personnalités du monde politique et culturel sont des descendants d'arméniens (Balladur, vartan, veber, prost, aznavour, fiori, segara, verneuil...) et beaucoup sont investis dans la cause arménienne. On pourrait presque parler de loby mais ce qui est sur c'est que les relations entre la france et l'arménie sont ancienne et profonde.
Message posté par George is the Best


Une loi est faite pour réguler la société, pas écrire l'Histoire. Mais bon, c'est mon point de vue.


Je suis d'accord avec toi mais je crois qu'on a ouvert la porte avec une fameuse "loi" qui fait que les autres se demandent, à juste titre, "pourquoi pas nous?"

Et sassi à raison, je ne pense pas que ce soit le poid du lobbyng arménien qui empêche l'entrée dans l'UE mais plutôt "un bon pretexte".

@Sassi

Par contre dire que c'est parce qu'ils sont arrivés il y a 1 siècle qu'ils sont mieux acceptés que les autres, c'est faux.
Les homosexuels sont là depuis la nuit des temps et les juifs ne viennent pas non plus de débarquer, cet argument marche peut être avec la communauté musulmane et encore il est faux car malgré l'avancé du temps, les fissures s'agrandissent.
Composé majoritairementd'Arméniens oui mais uniquement non. Si t'es bon, ils vont pas être trop regardant... Joueurs ou entraîneurs. Et pour le coup de regarder les résultats de l'UGA juste après ceux de l'om... Il a craqué lui ou quoi ? C'est un club comme tout les autres dans Marseille, à moins d'en faire partie, tout le monde s'en tamponne.
Dan_Petrescu Niveau : CFA
La vraie question c'est: Apoula Edel titulaire ce soir?
Beefheart Niveau : DHR
Le loby arménien existe bel et bien et il est exécrable, légiférer sur le négationnisme du génocide arménien est la pire idée qui soit, tant pour les communautés françaises que pour la bonne tenue des débats en Turquie. Aujourd'hui il y a des historiens turques qui font leur boulot et qui luttent pour la reconnaissance du génocide. Il y a aussi le groupe de supporter d'un club de foot, le Besiktas, qui est un exemple de mixité et la preuve que la réalité est beaucoup plus nuancée qu'on ne veut bien le croire (il y a un superbe article malheureusement non traduit en français sur Vice-UK à ce propos http://www.vice.com/en_uk/read/patrolli … -of-beikta). Les communautés arméniennes à travers le monde refusent de voir ce qu'il se passe en Turquie, elles refusent d'aider les historiens en question en raison de leurs origines, elles refusent d'écouter les arméniens qui sont encore au pays. Au lieu d'aider la Turquie à avancer, elles attisent une haine aujourd'hui centenaire dans un débat sans fond et sans fin. Laissons les turques faire leur histoire, aidons les en ce sens face à un état turque qui est certes fautif, mais cessons cette rivalité débile entre communautés exilées (et ça vaut aussi pour certains juifs, notamment américain, qui se battent jusqu'à l'absurdité pour que le terme génocide ne puisse être appliqué qu'à eux, parce que jouer à qui à la plus grosse en terme de massacres de masse, c'est hyper chouette t'as vu).

Bisous, bon match, et souvenons nous que la France gagne la coupe du monde 98 avec deux arméniens dans ses rangs. Coïncidence ? Je ne crois pas.
Message posté par George is the Best


J'ai pas assez de connaissances sur le sujet pour savoir si l'on parle de "génocide", de "négationnisme". Par contre, non je trouve pas que ça soit la même chose de dire que le droit des femmes ne concernent pas les hommes. Le "génocide" arménien n'est pas reconnu par tous le monde et tous les pays du monde n'ont pas fait une loi dessus. Donc oui, ça concerne les historiens. C'est pas aux hommes politiques de statuer sur la définition à donner sur un massacre de masse.

Une loi est faite pour réguler la société, pas écrire l'Histoire. Mais bon, c'est mon point de vue.


Effectivement, les Turcs, les Azéris et autres pays "turciques" ne reconnaissent pas le génocide arménien et désormais c'est bien les seuls, ou presque. Il n'y a plus de controverse historique depuis un moment déjà : à part les historiens turcs, encore engoncés l'historiographie officielle, la plupart des historiens s'accorde à qualifier de génocide les événements de 1915. A ma connaissance certains préfèrent utiliser le terme de massacre car "génocide" serait trop marqué Seconde Guerre mondiale, mais l'écrasante majorité des historiens reconnus est d'accord sur le fait que les massacres étaient dirigés spécifiquement contre les Arméniens et visaient à nettoyer l'Anatolie de toute présence arménienne, par les déportations et les exécutions sommaires.

Cette question ne concerne pas que les historiens, d'abord car la qualification des événements comme constituant un "génocide" ouvre la voie à des réparations, y compris financières. Ensuite car quand le débat entre historiens est clos mais que le gouvernement et les ressortissants d'un pays persistent dans leur négationnisme, on peut comprendre que les hommes politiques votent des lois qui sanctionnent une parole qui est aussi une violence à l'encontre des descendants du génocide.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'équipe type des bigleux
477 41