1. //
  2. // Bayern/Manchester

Un boulevard pour MU ?

L'un étrillait le Milan, pendant que l'autre s'arrachait pour sortir la Fiorentina au tour précédent. Si Manchester United part avec les faveurs des pronostics, le duel entre Allemands et Red Devils pourrait en réalité s'avérer plus équilibré qu'il n'y paraît. Tout dépend de la capacité du Bayern à limiter la casse défensivement, clairement son tendon d'Achille.

Modififié
0 0
39 titres et sept Coupes d'Europe des Champions à eux deux. A l'échelle continentale, Bayern-Manchester United, c'est ce qu'on appelle un choc entre costauds. Dire qu'on préfère se palucher sur Arsenal-Barcelone de mercredi soir... Paraîtrait que pour les Bavarois, l'affaire serait déjà entendue. Sûr qu'à l'heure actuelle, MU semble difficile à arrêter, et le Bayern bon à prendre. En tête de Premier League, la bande à Fergie est dans une forme impressionnante. Samedi, l'Ecossais, pourtant mis sous pression par le carton de Chelsea face à Aston Villa un peu plus tôt dans la journée, s'est permis de laisser Ferdinand et Rooney au repos pour son déplacement à Bolton. Résultat ? Une victoire tranquilou 4-0, histoire de faire taire ceux qui résument le potentiel offensif des Red Devils à la réussite insolente de son buteur. Pendant ce temps-là, le Bayern subissait sa deuxième défaite consécutive et perdait son fauteuil de leader au profit de Schalke 04.

En Bavière, le vice-champion d'Europe pourra compter sur toute son artillerie. Plus que le retour de Wayne Rooney, c'est surtout celui du défenseur international qui est une mauvaise nouvelle pour les Allemands. La charnière Vidic-Ferdinand, si peu utilisée cette saison, est back in business au meilleur moment : en C1, c'est souvent l'assise défensive qui fait la différence (cf Real Madrid-Lyon). Typiquement le point faible des Bavarois. Devant le fébrile Hans Jorg Butt, difficile de trouver trace d'un défenseur de renom au sein de l'arrière garde munichoise -quelqu'un a-t-il déjà entendu parler d'Andreas Gorlitz ? Demichelis est forfait, Badstuber et Diego Contento paraissent encore trop jeunes pour ce genre d'échéance, quant à Van Buyten, sosie du catcheur Jeff Hardy, il pousse la ressemblance jusqu'à s'écrouler dès le moindre coup d'épaule. Avec un minimum de recul, on comprend mieux comment le quadruple champion d'Europe a failli se faire sortir par le neuvième de Serie A au tour précédent.

Reste que les Bavarois ont une sérieuse carte à jouer. Notamment parce que la dynamique n'a pas beaucoup d'importance en Coupe d'Europe, le récent succès de l'Inter à Chelsea l'a démontré. Et aussi parce que Gary Neville devrait être titulaire. Franck Ribéry a peut-être là une occasion unique de briller dans un grand match. Sûr qu'une prestation trois étoiles face au triple champion d'Angleterre aurait plus de saveur, et plus de poids, qu'un slalom face à l'Energie Cottbus. Plus à l'aise dans un costume de challenger qui lui convient mieux, ce Bayern semble taillé pour déjouer les pronostics. A ce titre, jouer le premier match à la maison n'est pas une si mauvaise opération que cela. Dommage que Robben soit incertain. « Je dois être sûr qu'un joueur peut être à 100%. Il ne peut pas être à 80% et si c'est le cas pour Robben, il ne jouera pas » a précisé Van Gaal. Évidemment, il y a fort à parier que le Néerlandais sera sur la pelouse de l'Allianz Arena au coup d'envoi. Le coach au double menton en a également profité pour dire tout le bien qu'il pensait d'Edwin Van der Sar. L'intox reste la meilleure arme de l'outsider.

Traduit de l'anglais par Marc Beaugé, source Daily Mirror

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'Equipe (type) du Dimanche
0 0