Un Bordeaux tout neuf

Bordeaux a fait d'une pierre plusieurs coups, mercredi matin, à l'occasion du coup d'envoi de sa nouvelle saison : nouveau maillot, nouveau partenaire publicitaire, nouveau staff technique, nouveau joueur, et nouveau système de jeu, ont été au cœur du sujet, pour un projet, on l'espère, plus excitant que lors des deux exercices précédents.

0 3
L'ambiance était bon enfant au Haillan, pour la reprise de l'entraînement. Les Girondins, sous la houlette de Francis Gillot et de ses adjoints – applaudis par le public –, ont officiellement accueilli sur la pelouse le nouveau venu : Nicolas Maurice-Belay. Un transfert (pour trois ans) ajouté à des retours de prêts attendus : Bellion, Krychowiak, Saivet et Sertic. Jussiê, Wendel et Abdou Traoré, en proie à des problèmes d'avion, ont séché la rentrée des classes, tout comme Carrasso, Diarra et Plasil, internationaux toujours en vacances. Cheick Diabaté, lui, n'a pas donné de motif d'absence. Pour Cavenaghi, on attendra là aussi encore un peu. Bilan, dix-neuf joueurs à l'appel et du ballon devant le but. Car Gillot, sorte de Droopy caustique des temps modernes, et son poulain ex-sochalien (26 ans), sont venus pour « retrouver une dynamique » perdue, voire, il faut le dire, secouer un tas de joueurs formolisés depuis deux saisons. Mission délicate, donc, pour un coach passé du stade de quasi-anonyme à celui de « bankable » , et pour un garçon auteur de 3 buts en 37 matches, avec le FCSM.

Bénéficiant visiblement d'un capital sympathie de la part de Jean-Louis Triaud, « NMB » , une « demande de l'entraîneur » et pur gaucher, parait être une alternative aux maux offensifs bordelais. «  C'est un garçon que j'ai sous ma coupe depuis trois ans, a précisé le technicien. Il a progressé, mais il a encore des choses à prouver. Il possède une grande vitesse d'exécution, fait des décalages au milieu, (...) et offre une palette supplémentaire » . Soit un argument de plus sur l'aile gauche, où il devrait évoluer, en «  4-4-2 » , aux côtés de Wendel et Trémoulinas, pas encore partis. Une aubaine pour l'intéressé. «  Quand un club comme Bordeaux appelle, on ne réfléchit pas, a-t-il lâché face aux journalistes. Ma décision était prise de puis un moment. A moi d'apporter ma percussion et de me montrer dangereux » .

Objectif Plasil

Par conséquent, si le recrutement bordelais semble un peu léger pour l'instant (départs de Fernando, Ducasse, Ramé et probablement de Diarra), il est évident que la volonté du club n'est pas de faire des emplettes, mais de dégraisser l'effectif, tout en conservant son meilleur élément : Jaroslav Plasil. « C'est mieux de l'avoir, et évidemment, je veux le garder » , a soufflé Gillot, quand son président annonçait la couleur. « Je n'ai pas d'offre ; nous lui avons fait une proposition de contrat, et nous sommes fermement décidés à le garder. Il sait que l'on compte sur lui » . Possible pierre angulaire d'un projet établi à moyen terme, le Tchèque, qui pourrait (?) se voir confier le brassard de capitaine, symboliserait ainsi la renaissance d'un collectif meurtri par des lendemains de fête des plus douloureux.

C'est pour cette raison que le premier cheval de bataille du coach est de bien jauger son groupe. «  Les structures sont bien, mais ce qui m'intéresse, ce n'est pas ça : c'est l'équipe. Là, je ne peux pas dire si le groupe me plait ou pas... Ce matin, c'est bien : tout le monde il est beau, tout le monde il a le nouveau cartable (sic), mais après, c'est dans la difficulté, peut-être, que l'on portera un jugement » . Lui, c'est sûr, il n'est pas venu en Gironde pour plaisanter. Ni pour jouer «  le maintien » . Bref, le millésime à venir sera goûtu ou ne sera pas... foi de Maurice-Belay ! « C'est quelqu'un (Gillot) qui aime beaucoup le jeu, y compris dans les situations difficiles. Il est fan du Barça... et avec lui, on s'en sort par le jeu » . Ou, justement, tout ce qui a manqué aux Girondins sous l'ère Tigana. « Il ne parle pas beaucoup, mais quand il le fait, c'est pour envoyer un message » . Le premier semble d'ores et déjà être bien passé.


Laurent Brun, à Bordeaux

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
"Gillot, sorte de Droopy caustique des temps modernes".
Excellent, c'est tout à fait cela en plus. Quoi qu'il en soit, l'effectif actuel est encore juste pour jouer les cadors...
"Jussiê, Wendel et Abdou Traoré, en proie à des problèmes d'avion,"

mais il existe une compagnie aérienne spécialisée pour les footballeurs en retard à la reprise ?
Toujours le sens de la formule, Laurent :-)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les chiffres de juin
0 3