En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demi finale
  3. // Troyes/Bordeaux (1-2)

Un Bordeaux double-face rejoint Évian en finale

Bordeaux a fait une Bordeaux. Malmenés une partie du match par de valeureux troyens, les Girondins ont attendu d'être en difficulté pour mieux réagir. Au final, c'est un contre-son-camp malheureux de Bréchet qui les qualifie pour la finale de Coupe de France (1-2).

Modififié
Troyes-Bordeaux : 1-2 (1-1)
Buteurs : Bahebeck (6e) pour Troyes. Diabaté (41e) et Bréchet (63e csc) pour Bordeaux.

Un classique du genre. Bordeaux, cette équipe capable du meilleur comme du pire, a livré une demi-finale de Coupe déroutante ce soir au Stade de l'Aube. Complètement à l'ouest durant la première période, les Girondins ont égalisé dans le brouillard, avant de revenir des vestiaires avec d'autres intentions. Le pire et le meilleur, dans le même match. Exactement comme contre Lens, leurs derniers adversaires dans la compétition. Un peu comme à Châteauroux, Moulins ou Raon-l'Etape, aussi. Gagner dans la difficulté, telle est la marque de fabrique des Bordelais. Ce soir, cette victoire un brin poussive leur permet en tout cas de valider leur billet pour la finale de Coupe de France, leur principal objectif en cette fin de saison.

Les Bordelais n'y sont pas, mais limitent la casse


La question se posait, la compo a répondu : Troyes pense à son maintien en Ligue 1 avant toute chose. Si Nivet est suspendu, les Yattara, Darbion, Camus ou Thuram sont tous sur le banc. Une équipe remaniée pour Furlan, qui contraste avec le onze type mis en place par Gillot. Du reste, dans le jeu, les tactiques sont rapidement identifiables : Bordeaux monopolise le ballon et occupe le camp adverse, les Troyens privilégient quant à eux le contre. Et là où les Girondins se montrent inoffensifs dans ces premières minutes de jeu, il ne faut qu'une moitié d'occasion pour que la tactique des Champenois s'avère payante : N'Sakala effectue une longue passe en profondeur, Sané apprécie mal la trajectoire et rate l'interception, permettant à Bahebeck de filer au but pour battre Carrasso (1-0, 7e). Un but qui assomme des Bordelais, qui en perdent leur maîtrise. Et leur sérénité : sur un caviar de Mariano, Diabaté, seul au second poteau, foire complètement sa tronche à bout portant. Comme le signe que c'est le Bordeaux des mauvais jours, qui évolue ce soir au Stade de l'Aube. Ça se confirme d'ailleurs au fil des minutes. Les visiteurs continuent d'avoir le bénéfice du ballon, sans savoir quoi en foutre dans les 20 derniers mètres. Mis à part les frappes lointaines – seul Sertic sollicitera Dreyer – ils ne trouvent aucune solution. Et derrière, c'est toujours le feu au moment des contres, l'arrière-garde girondine peinant à contenir les remuants Marcos et Bahebeck. Une défense à la ramasse, capable de laisser filer un attaquant adverse sans broncher. Alors non, Bordeaux n'y est pas. C'est pourtant dans ce marasme que le club va égaliser. Et sur le même modèle que sa première action : Mariano s'échappe côté droit, centre à destination de Diabaté, qui cette fois-ci reprend de volée au point de péno (1-1, 41e). À la pause, on peut dire que les Girondins s'en tirent très bien.

Un autre Bordeaux


Si volontaires en première période, les Troyens accusent le coup en début de seconde période. Sans doute crevés par leur surplus d'activité, on ne les voit plus guère. Aussi, peut-être, parce que Bordeaux va mieux. Enfin. Moins de déchets techniques, plus d'enchaînements, de combinaisons… Les Aquitains ont la maîtrise du jeu et dominent sans partage. Au niveau des occasions en revanche, c'est toujours le calme plat. Jusqu'à une erreur, la première, de la défense locale. Servi sur un long ballon en profondeur, Diabaté déboule dans la surface, mais perd le ballon avec un retour intérieur. Inexplicablement, Bréchet, en voulant dégager en catastrophe, loge le ballon dans ses propres cages. Un coup du sort qui doit pousser l'ESTAC à inverser la tendance. Camus puis Darbion font leurs entrées. Mais rien n'y fait. Les Troyens n'inquiéteront qu'une seule fois Carrasso, Marcos obligeant le portier à réaliser un superbe arrêt réflexe sur sa ligne. Au final, ce sont encore les visiteurs qui se procureront les meilleures occasions, Sertic et Obraniak ne passant pas loin du but du K.O sur des frappes lointaines. Il n'en fallait pas plus, Bordeaux ira bien au Stade de France le 31 mai prochain.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:44 414€ à gagner avec Barça & Bayern Hier à 12:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
Hier à 12:46 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:45 Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 14 Hier à 08:00 Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 9
dimanche 18 février Tony Chapron est en arrêt maladie 47 dimanche 18 février Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 25 dimanche 18 février Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 9