1. //
  2. // Quarts
  3. // Sparta Prague-Villarreal

Un bon Bakambu de chemin

Il a vécu dans le Doubs, il est allé se dépayser en Turquie l'année dernière, et aujourd'hui, il semble enfin vraiment bien dans ses pompes, à Villarreal. En même temps, il joue le haut de tableau en Liga, est le meilleur buteur de son club et pourrait bien participer à une demi-finale de C3. Que demander de plus ?

Modififié
205 6
On joue la troisième minute de jeu, et Cédric, déjà affamé, va au pressing sur le gardien du Sparta Prague, qui pensait avoir le temps... Mais non. 1-0.


Une heure plus tard, après un mouvement collectif huilé à la perfection, Cédric contrôle un ballon à l'entrée de la surface. Il prend le temps d’analyser la situation. Un regard devant lui et une prise de décision dans la seconde qui suit. Ce sera un enroulé pied droit côté ouvert. Application parfaite, détermination, c’est le deuxième but de la soirée pour le Franco-Congolais et une victoire finale 2-1 pour le sous-marin jaune.


Ce n'est certainement pas une assurance pour les demi-finales, mais ces deux réalisations sont assez représentatives de ce que Bakambu a traversé et de ce qu’il est devenu depuis qu’il a quitté les usines Peugeot et les poulardes aux morilles. Un attaquant pas avare en efforts et, surtout, un adulte réfléchi et lucide.

« Parfois, il oubliait ses lentilles de vue... »


Ce n’était pourtant pas gagné d’avance. Cédric, qui a grandi dans le Val-de-Marne et déménagé à Sochaux en 2006, est à la base un jeune foufou. Et à l'époque, sur le terrain, il est surtout question de canaliser son énergie. Car le talent a toujours été là selon Éric Hély, son ancien entraîneur : « Il était toujours dans la percussion, il demandait beaucoup le ballon. Très mobile, rapide et plutôt adroit techniquement. Pas un super buteur, mais il marquait des buts quand même. » Notamment lors de la Gambardella 2009-2010. Cédric envoie Sochaux au sommet après une demi-finale de « haute voltige » . Il marque même contre Metz en finale, mais vendange beaucoup trop le reste du match et les Lionceaux perdront finalement aux penaltys.

L’année suivante, il passe en pro. Et c’est lors de sa première année qu’Éric Hély constate que le plus gros du travail avec Cédric doit se faire en dehors du terrain : « Parfois, il oubliait ses lentilles de vue avant de jouer. C’est un opticien qui m’a dit un jour qu’il en avait besoin et qu’il avait tardé à venir les récupérer en magasin. Du coup, j’étais souvent obligé de contrôler avant l’entraînement et avant les matchs s’il les avait bien mises. C’est arrivé plusieurs fois. En janvier 2012 par exemple. En 32es de finale contre l’ES Thaon, je me souviens qu’il avait manqué une énorme occasion. À la fin du match, je lui demande : "Tu as tes lentilles ?" Il me dit que non. »

Du hip-hop, des pizzas et des voyages


Depuis, Cédric a trouvé la solution à ses problèmes. Ou plutôt des solutions. Première d’entre elles : le hip-hop avant les matchs et les pizzas après. Ou plus précisément, les petits plaisirs de la vie qu'il ne se refuse jamais. C'est bon pour le bien-être et le mental. Deuxième solution : les voyages et le dépaysement. « Quitter le Doubs pour la Turquie, ça l’a fait mûrir, explique encore Éric Hély. L’inconnu rend les jeunes parfois plus vigilant. Et c'est ce qui s'est passé dans le cas de Cédric. C’est ça qui lui a fait franchir un palier. Avec l’expérience, il a gagné en maturité. Il est aujourd'hui plus performant. » Bi-national, il a notamment fait le choix du Congo, un peu par défaut, mais aussi pour découvrir la nation de ses parents : « À la base, quand il a reçu sa première convocation avec le Congo, je lui ai conseillé de réfléchir un peu. Ce n’est pas une tête brûlée, et puis il venait de remporter l’Euro 2010 avec les U19 français. Je pensais qu’il pouvait avoir sa place en équipe de France. Mais il a bien fait de choisir le Congo. Ça lui convient bien également. »


Et aujourd’hui, ses choix de vie, sa volonté de gagner en maturité lui donnent forcément raison. Après une année en Turquie, à Bursaspor, les scouts de Villarreal lui sautent dessus. Cédric est actuellement le meilleur buteur de son club. Il s’est aussi fait remarquer en inscrivant un doublé en phase de poules de C3 face à Minsk, le tout en boitant à cause d’une blessure à la cheville. Il a également réduit le score face au Barça le mois dernier. Son entente avec Soldado saute aux yeux. Le sous-marin jaune va se qualifier pour le tour préliminaire de la C1. Et puis, il joue surtout une place en demi-finale de Ligue Europa ce jeudi soir. Un parcours européen remarquable auquel Cédric a plus que contribué. Il en est pour le moment à cinq réalisations. Du bon Bakambu lot.

Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

C'est vrai qu'il fait une très bonne saison...
20 buts en 41 matchs c'est extrêmement intéressant
De plus, Villarreal possède un jeu qui lui sied parfaitement, avec un jeu dans les petits espaces pour aspirer le bloc adverse, et ainsi le lancer en profondeur, son registre préféré.

Il a juste à bosser un peu le fait qu'il a tendance à jouer un peu tête baissée, un peu comme Carrasco, et il sera une valeur sûre de la Liga.
Qui aurait parié sur ce type quand il jouait à Sochaux? Belle ascendance et cool de lire un article sur lui.
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Ah sérieusement il oubliait régulièrement ses lentilles à Sochaux ?

Tiens c'est marrant, le but du 2-1 raté pourtant tout fait lors du Sochaux-PSG en 2014 prend d'un coup tout son sens... ainsi que son non-match contre Evian.

Purée vu son niveau aujourd'hui... ça donne envie de pleurer par rapport à l'époque.
Il avait été une des révélations du Bursaspor de Şenol Güneş, qui pratiquait l'an dernier le plus beau football de Turquie.

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre à son arrivée, mais on peut dire qu'il a affirmé son talent (21 buts, 7 passes décisives toutes compétitions confondues), et qu'il le reconfirme cette année dans un championnat plus relevé (comme quoi, on se révèle aussi en Süper Lig!).

D'ailleurs, les propos d'Hély sur sa mâturité prennent tout leur sens au vu de ce qu'il a réalisé en Turquie. Malheureusement, du fait de la mauvaise gestion du club, Bursaspor a accumulé de fortes dettes et ne pouvait pas se permettre de refuser la plupart des offres d'achat (les 7,5M€ proposés par VIllareal par exemple) pour ses joueurs ce qui a non seulement débouché sur un départ des cadres de l'équipe (Şener Özbayraklı, Fernandão, Bakambu donc, Belluschi, Volkan Şen, Ozan Tufan...), mais aussi sur celui de Şenol Güneş qui ne possédait plus de garantie.

Bref, content de savoir qu'il réédite en Espagne sa plus que bonne saison de l'an passée!
Romansochaux Niveau : National
Message posté par Kit Fisteur
Ah sérieusement il oubliait régulièrement ses lentilles à Sochaux ?

Tiens c'est marrant, le but du 2-1 raté pourtant tout fait lors du Sochaux-PSG en 2014 prend d'un coup tout son sens... ainsi que son non-match contre Evian.

Purée vu son niveau aujourd'hui... ça donne envie de pleurer par rapport à l'époque.


Il avait des problèmes de comportement notamment avec ses potes Peybernes et Boudebouz mais clairement il était très au-dessus de Privat et d'Ayew avec lesquels il a été en concurrence. On ne l'a jamais installé sur du long terme au poste de 9. Avec Butin (que Lloris et les blessures ont tué) il aurait pu former un sacré duo d'attaque.
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Butin ? A Sochaux c'est un peu notre Abou Diaby local...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
205 6