1. // Cpe du Roi
  2. // FC Barcelone/Almeria (5-0)

Un Barça sans partage

Barcelone a écrasé Almeria 5-0. Le match était plié dès la dixième minute. Mes que un massacre.

Modififié
0 85
Pinto. Abidal. Pique. Adriano. Maxwell. Mascherano. Xavi. Iniesta. Messi. Pedro. Villa. Hormis Dani Alves (mes que un latéral droit, un ailier) et Busquets (peut-être le joueur le plus important du dispositif Barça, c'est dire), c'est l'équipe-type pour le Mes. Aussi, Almeria craint le pire. Le 20 novembre dernier, ils en avaient quand même pris huit. Aujourd'hui, ils espèrent accrocher leur adversaire.


Bon. Dixième minute de jeu, un but de Messi puis un de Villa dans la foulée, le match est déjà terminé ; le récital du Barça peut commencer. Récital, c'est le mot. Les déplacements sont justes, les passes précises, les contrôles réussis, les trajectoires parfaites. Pendant ce temps, Almeria joue avec M'Bami meneur de jeu. Le Barça est serein et récite ses gammes. Un truc comparable au dernier Kanye West noté 10 sur 10 sur Pitchfork, un truc qui régale les experts comme les profanes et qui agace la masse qui navigue entre les deux. Sur les traces de Michael Jackson, Kanye sample King Crimson, Aphex Twin, Gil-Scott Heron ou encore les Byrds. L'équipe de Guardiola reprend elle aussi les meilleurs avec des samples de guitare de Cruyff, des percus façon Squadra Azzurra et un flow de toque argentin. Dans une longue interview donnée à L'Equipe, Xavi parlait de musique, toc toc toc, du bruit de la balle, tac tac tac, entre lui et les autres membres du groupe. Et bien c'est ça. C'est exactement ça et ce n'est rien d'autre que ça. Quiconque a joué au foot connaît ce bruit que prend la balle quand trois passes s'enchaînent comme il faut. Voilà, le Barça ne se regarde pas jouer, il s'écoute.


Une troisième fois, le bruit des filets : nous jouons la quinzième minute, Lionel Messi a déjà mis un doublé. Almeria, pas si faible que l'on pourrait le croire, en a pris trois en quinze minutes, déjà, mais ils n'ont surtout pas touché la balle plus de trois secondes. Dès qu'ils la gagnent, le Barça monte au pressing la leur reprendre ou forcer une mauvaise passe pour mieux repousser la chansonnette et l'adversaire dans ses vingt-cinq derniers mètres. Circulation, conservation, élimination. Il n'y a pas grand chose à dire sur le match, qui n'en a jamais été un. Le Barça peut marquer sur chaque action ; Almeria n'en a aucune. Vingt-cinquième minute, Iniesta remonte la balle, accélère sur une quinzaine de mètres, trouve Pedro placé à l'extérieur, à droite, entre la ligne de touche et le défenseur, qui vient de se prendre un crochet, Pedro est déjà en position de frappe. C'est à côté, mais à peine cinq minutes plus tard, Pedro vient couper un coup-franc de Xavi pour placer une tête gagnante. Ce qui nous fait donc quatre, à la demi-heure de jeu. Mais l'important ici n'est pas le score, c'est la manière. Car c'est cette manière qui amène le score. Et cette manière que la Barça va pouvoir peaufiner à loisir pendant la seconde mi-temps.


La domination est totale, la balle est catalane. Toujours. Sans arrêt, sans accroc, sans pertes de balle. Ce match, qui a baissé en intensité, n'est sans doute pas le plus accompli de la part des joueurs de Guardiola (et c'est peut-être ça le pire), mais constitue une nouvelle démonstration de leur savoir-faire. La partition est maîtrisée à la perfection, c'est on ne peut plus fluide. Et ça paraît simple, si simple. D'ailleurs, c'est simple et c'est justement cette simplicité qui en fait toute l'efficacité. Comme pour ces tubes aussi imparables que précis. Derrière la perfection pop, une formule qui marche proche de la science exacte. Si en apparence, ça chantonne, derrière, c'est formaté et pré-défini. L'usine derrière les paillettes et des années à turbiner encore et encore, et à l'application d'une vision unique. Pressing haut, jeu court, au plus proche et cette putain de volonté de toujours avoir la balle.

Cette façon dogmatique de jouer, ce déroulement systématique de la méthode, c'est ce que leurs détracteurs (de plus en plus nombreux et forcément de plus en plus crispés) leur reprochent. De jouer tout le temps pareil, et pire, de gagner. Comme on reproche à un groupe devenu pop d'avoir été récupéré par le mainstream et de vendre plein de disques. En attendant, si cette méthode permet de tirer autant d'Eric Abidal (encore une fois très bon en défense centrale, en tout cas bien meilleur qu'en Coupe du Monde...), force est de constater qu'elle marche. Entré en jeu, Seydou Keita collera d'ailleurs le cinquième à trois minutes de la fin.

Cette méthode marche tellement que le seul reproche qu'on puisse aujourd'hui formuler à l'encontre de ce FC Barcelone est un comble : il domine trop ses rencontres. Au point qu'il ne s'agisse plus de matchs, mais de représentations d'une équipe sans égal, opposition, ni partage. De massacres. Mieux que le foot total de la Hollande de Cruyff, ce Barça a inventé le foot totalitaire.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

cabron 14? 14? t'es ou? rien a déclarer?

mascherano a joué et ca c'est beau. ce qui est dommage avec les argentins c'est qu'il nous sortent trois joueurs tres bon par décennie (la derniere, messi, pastore, tevez)? le reste des arnaques ou des footballeurs sans plus mais surcotés.. di maria aguero milito leto, civelli, monzon.. encore? diego bonne nuit (buenanotte), maxi r..
La phrase de fin.

Magnifique.

Mieux que le foot total de la Hollande de Cruyff, ce Barça a inventé le foot totalitaire.
Aguero et Milito surcôtés et en plus cité au même titre que Leto (Jared ?), Monzon (ce qui se passe chaque été en Inde ?), et l'ancien maton de Marseille Civelli, ça va pas ?

Puis Di Magia qui est un titulaire indiscutable pour une 1ère saison au Real qui plus est de Mourinho!

'fin c'est surtout pour Aguero et Milito...

Est-ce que tu as vu les matchs de Milito l'année dernière pour dire qu'il était surcôté ? Décisif en finale de CL, coupe d'Italie, derby, matchs du village, même au concours de sosies (Enzo Francescoli ou Pierre Palmade ?). Puis il est régulier : depuis qu'il est en Europe c'est minimum 20 buts par saison!

Et Aguero c'est de la puissance, de la vitesse, de la technique, du dribble, puis il est jeune (22 ans), il progresse et explosera quand il partira de l'Atletico (un peu à l'image de Fernando Torres).


Faut réfléchir avant d'écrire!
Je valide...

Superbe la phrase de fin...
hah kuduro je ne voulais pas mettre milito car c'est un des rares argentins que je respect mais , j'me suis dis qu'il y allai avoir du commentaire du coup..

bon di maria il est titulaire faute de mieux hein. aguero bof l'excuse de la jeunesse c'est bon il va avoir 23 ans ca ne fonctionne plus. j'ai mis aguero car le fait de demander 50M pour ce type est absurde donc oui il fait parti des galletti, maxi (vinyle) rodriguez, perrotti , etc etc.

bah dites donc le football totalitaire pour le club de l'unicef c'est se foutre de la gueule de monde,nan?
C'est Cabron 14 qui a ecrit l'article? Mes que un massacre... ;)

Les seules personnes qui s'ennuient devant le Barça sont ces mêmes personnes qui ne regardent QUE le Barça. Il faut varier les plaisirs, un petit Brest-Arles/Avignon ou un WBA-Wigan. Après on reparlera si on s'ennuie devant un match du Barça.
Non. Les personnes qui s'ennuient devant le Barca savent simplement qu'il y a un tas d'équipes Européennes plus intéressantes à regarder. Udinese, le Milan AC, Tottenham, Villareal. Voila déjà quelques pistes.
Le Barca, c'est les plus forts mais leurs matchs n'ont aucun intérêt. A part pour un supporter du Barca.
Article très mal rédigé, limite incompréhensible !
C'est vrai que pour la phrase de fin, chapeau.
"...il ne s'agisse plus de matchs, mais de représentations".
C'est ce que je me tue à répéter, de l'Art !

Més que un Club un jour, Més que un Club toujours !
Le flow de ton article. La phrase de fin. Respect mec.
Dayinho c'est 0,0 ton commentaire. Si tu aimes le football (je pense) et que tu as la moindre intelligence (je doute), tu ne peux qu'admirer le jeu, les déplacements, les combinaisons de la 1er à la 90ème minute, les ouvertures, la précision, la variation passe courte passe longue, les triangulations, la sereineté etc... Ce qui peut être lourd, c'est si tu es dans l'équipe adverse, c'est tout... Mès, comme dirait l'autre.
Avec le Barça je suis passé de l'émerveillement à l'agacement. Franchement 3-0 au bout de 17 minutes, c'est bon circulez y a plus rien à voir. Y sont seul au monde, du moins en Espagne, qu'es ce'tu veux trouver de l'intérêt à voir des mecs se balader sur un terrain sans opposition et qui claque des buts toutes les 10 minutes ?
Enfin bon je dis ça c'est pas leur faute, hein. Ils font leur taffe los chicos... Mais j'arrive plus a regarder un match du Barça jusqu'à la fin...
Très bel article, maîtrisé tant dans sa rythmique que dans son fond. Bravo et merci, ca fait plaisir.
Je suis ravi de voir qu'il existe encore des vrais amoureux du foot sur cette planète.

Parce que sincèrement ceux qui crachent sur le Barca me font vraiment de la peine, et pourtant je suis absolument pas un "supporter" de ce club.
Excellente chute Simon, bravo !
E après certains disent que Sofoot est pro-Real. Cet article démontre parfaitement le contraire !
On peut se demander qui arrêtera Barcelone...
Article très bien écrit. Bel usage de l'ellipse et du rythme ternaire. Clausule magnifique, une belle flèche de Parthes ! Voilà qui fait plaisir.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 85