En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Un Barça puissance 21

Le Barça n'avait besoin que d'un point pour être champion. Ce qu'ils sont allés chercher à Levante (1-1). Pas le match le plus sexy de leur saison, mais celui qui officialise leur main mise sur la Liga avec un 21ème titre pour la maison Culé.

Modififié
Levante 1 – 1 FC Barcelone

Pas besoin de sortir les calculettes avant cette rencontre. Il suffisait d'un point aux Barcelonais pour qu'ils soient officiellement sacrés champion d'Espagne. De son côté Levante n'avait plus grande chose à jouer, si ce n'est atteindre les 44 points mythiques du maintien. Alors pour faire les choses bien, Pep Guardiola avait sorti la grosse artillerie au Stade Ciutat de Valencia, Après un début de match assez timide, les Catalans s'en sont remis au talent de leur chef d'orchestre, Xavi. Une merveille d'ouverture plein axe sur la tête de Keita : Barcelone 1, Levante 0. Sauf que voilà, les Valenciens n'avaient pas forcément envie de jouer les rôles de simples sparring-partners. Et ce qui devait arriver arriva. Suite à une belle bourde de Shakiro, aka Piqué, c'est l'Équatorien Caicedo qui égalise. A la mi-temps : un partout, balle au centre. La deuxième mi-temps a vu le réveil du Messi. Sans doute un peu vexé de la réussite de Cristiano, Léo décide d'y aller de son petit but. Après deux actions dont lui seul a le secret, la Pulga n'arrive pas à choper le cadre... Mais l'essentiel n'était pas là. Poussifs, les potes d'Abidal - de nouveau titulaire – peuvent exulter. Ils viennent de gagner leur troisième championnats consécutif. Le 21ème du club. Maintenant, place à la ligue des Champions. Une autre paire de manches.

Almeria 0 – 0 Villareal

Un match entre le dernier et le quatrième de la Liga paraît forcément déséquilibré. Pour rappel, Almeria c'est sept défaites consécutives, seulement deux succès à domicile depuis de le début de la saison, et une descente assurée. A contrario, Villareal se devait d'assurer définitivement sa quatrième place. Bref, le sous-marin jaune se devait de torpiller l'UD Almeria. Mais il n'en a rien été. Rossi&Co n'ont pas réussi la moindre de leurs tentatives. Se profile donc à l'horizon une fin de saison sans enjeu pour chacune des deux formations. Une pensée tout de même pour les victimes du séisme de Lorca, à seulement une heure et demi d'Almeria. Après ça, on se dit donc qu'un pauvre 0-0 à côté de ce drame, c'est vraiment pas grand chose.

Real Sociedad 2 – 1 Real Saragosse

Une rencontre entre deux Real, ça ne se rate pas. Surtout pour les visiteurs de Saragosse. Après la victoire hier du Depor, les joueurs de Javier Aguirre se retrouvaient au coup d'envoi en position de relégable. Côté Basque, le maintien était assuré. Alors, les joueurs de Saint Sébastien ont décidé de se faire plaisir. Après un peu plus d'une vingtaine de minutes de jeu, c'est l'ex icône de l'Espanyol de Barcelone, Raul Tamudo, qui plante la première banderille. Un bon coup de massue sur les épaules des petits gars d'Aragon. Après la pause, ils arrivent tout de même à égaliser par l'intermédiaire de Fernandez Arenas. Mais il semblait que c'était écrit, les Basques voulaient leur victoire. Et c'est à cinq minutes du terme que Martin Aramburu punit les Manos. Une défaite qui laisse à penser que Saragosse fera l'ascenseur. Le bon côté des choses, c'est qu'un nouveau sponsor se serait manifester : Otis. LOL

Espanyol Barcelone 2 – 2 Valence CF

Ce soir, c'est fiesta à Barcelone. Enfin pas pour tout le monde. Car l'autre club de la ville, l'Espanyol avait un match à jouer contre le troisième, Valence. Les Pericos avaient l'occasion de revenir sur les talons de l'Atletico Madrid, septième et dernier qualifié pour l'Europa League. Un match à enjeu que les Perruches ont entamé de la pire des façons. Dès la neuvième minute, ce sont les visiteurs qui ouvrent le score grâce au chaud bouillant Soldado. Il n'en fallait pas plus pour réveiller les Barcelonais qui égalisent par leur Argentin Osvaldo dix minutes plus tard. Mais comme ils sont plus dans la réaction que dans l'action, les Catalans se sont dits que s'en prendre un avant la mi-temps, ça serait sans doute un mal pour un bien. Alors pour fêter l'un de ses derniers match avec les Chés, Mata s'offre un joli petit but. Et comme prévu, les coéquipiers de Kameni égalisent une nouvelle fois par Galan à un quart d'heure de la fin. Trop tard pour prendre les trois points de la victoire. Et c'est Pochettino qui se les mange et l'Europe qui s'envole.

Hercules Alicante 2 – 2 Real Majorque


Pour l'un de ses derniers matchs parmi l'élite, Alicante avait l'occasion de faire plaisir à ses supporters. Qui plus est, face à une équipe de Majorque qui n'avait plus grand chose à jouer en cette fin de saison. Tout avait bien commencé pour les Blanquiazules. Un doublé du papy Sendoa, et le club de la région de Valence revenait au vestiaire avec un joli 2-0 au tableau d'affichage. Pas grand chose à se mettre sous la dent en deuxième mi-temps. Les visiteurs se sont tout de même réveillés à dans le dernier quart d'heure. En cinq minutes, les Majorquins égalisent grâce Casadesus et Webo. Et Alicante a les deux pieds en D2. Un vrai colosse aux pieds d'argile.

Osasuna 3 – 2 FC Séville

Osasuna pouvait se sauver, et Séville se racheter de son 6-2 encaissé à domicile contre le Real. Alors pour entamer cette rencontre, ce sont les Andalous qui s'y prennent les premiers. En deux minutes, l'indésirable du Real Negredo plante un doublé. Les Palanganas sont en train de retrouver leur honneur. Sauf qu'un match de foot, ça se joue en deux mi-temps. Et ce concept, ils ne semblent pas trop l'avoir compris. Dès la reprise, les Navarrais réduisent la marque par Sola. Ensuite plus rien jusqu'aux dernières minutes. Le moment choisi pour ce même Sola d'égaliser. Et pour faire les choses bien, c'est Lekic, entré en jeu depuis cinq minutes, qui colle le but du 3-2 dans le temps additionnel. Un match est à oublier pour les hommes de Gregorio Manzano. Un peu comme tous les précédents.

Par Robin Delorme

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
À lire ensuite
Marseille s'accroche