Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 7e journée
  3. // Manchester United/Everton (2-1)

Un Angel dans le ciel de Manchester

Sans maîtriser complètement son sujet, MUFC a gagné son deuxième match de suite en championnat – une première – en battant Everton à Old Trafford (2-1). Comme d'habitude, Ángel Di María a été le grand monsieur de l'après-midi avec un but et une passe décisive même si David de Gea a tout sorti dans les cinq dernières minutes.

Modififié

Man. Utd - Everton
(2-1)

Á. Di María (29'), R. Falcao (63') pour Manchester United , S. Naismith (56') pour Everton.


L'an dernier, le « David Moyes-ico » n'avait pas souri à Manchester United avec deux revers – une première depuis longtemps – face à Everton. Avec Louis van Gaal sur le banc, MUFC voulait passer à autre chose et confirmer la victoire obtenue face à West Ham après le crash de Leicester. Pour cela, il fallait se coltiner les Toffees de Roberto Martínez sans Rooney suspendu. 90 minutes et une victoire (2-1) plus tard, Louis la tulipe peut commencer à se dérider malgré un effectif toujours aussi décimé.

Avec les blessures d'Evans, Jones et Smalling, Van Gaal a d'ailleurs été obligé d'aligner le jeune Nord-Irlandais McNair dans l'axe de la défense, comme face à West Ham. Bref, ça bricole, mais avec des outils de luxe, puisque le Batave se permet d'aligner Mata, Di María, Falcao, Van Persie et Valencia au coup d'envoi, soit 5 joueurs à vocation offensive pour un milieu en losange qui positionne Juan Mata en numéro 10. Ça tombe bien puisque Martinez n'est pas venu pour se faire ouvrir en deux, il aligne un quatuor offensif assez sexy sur le papier avec McGeady, Naismith et Lukaku. Quand personne ne ferme le jeu, on assiste à des rencontres plaisantes. Et celle-ci n'échappe pas à la règle. Ça part vite. Et dans tous les sens. Shaw régale Falcao dans la surface, mais le Tigre trouve les moufles de Tim Howard. Peu de temps après, c'est encore de la gauche – Di María – que le danger arrive, mais Van Persie balance sa reprise dans les nuages avant de voir Everton finalement poser son jeu par l'intermédiaire de Barry. Logiquement, les ouailles de Van Gaal insistent énormément sur le côté gauche par Shaw et Di María. Face à eux, le pauvre Tony Hibbert passe un après-midi de chien. Pourtant, c'est du côté droit qu'arrivera l'ouverture du score. Sur un centre de Rafael, Juan Mata – jusqu'ici très moyen – récupère la balle et décale délicieusement Di María en retrait qui, d'un plat du pied droit, déflore Tim Howard. Sur son premier vrai mouvement collectif, MUFC trouve les filets. Deux minutes plus tard, le « Ratatouille » argentin est à un gant de Tim Howard de s'offrir un doublé sur coup franc.

Le show De Gea


Quand tout va bien, rien de tel qu'une bonne erreur de jeunesse pour se mettre dans le dur. C'est Luke Shaw qui décide de sortir un tacle immonde au cœur de la surface pour s'offrir un petit moment de stress juste avant la pause, mais David de Gea sort le penalty de Baines dans la foulée. Un tacle à l'image du match du défenseur gauche, qui a eu un mal fou à gagner le moindre duel. Sans être exceptionnel, MUFC arrive à faire le boulot. Bien entendu, il faut relativiser la performance d'Everton qui sortait d'un déplacement en Russie en Ligue Europa, jeudi. Quoi qu'il en soit, l'équipe la plus titrée d'Angleterre ne fait pas encore peur malgré ses 193 millions investis cet été. Il suffit de voir la poisse du Colombien Falcao dans le dernier geste pour comprendre que l'empilement d'argenterie ne donne pas forcément droit à une bonne table. Arrivé depuis plus d'un mois, l'ancien avant-centre de Monaco a dû attendre une frappe ratée de Di María et un placement de renard dans la surface adverse pour enfin marquer. Un deuxième but qui ne doit pas faire oublier l'essentiel, MUFC a encore encaissé un but. C'était avant le coup de griffe du tigre. Sur un coup franc vite joué, Steven Naismith se retrouve seul entre deux défenseurs de United suite à un caviar de Baines et envoie une tête dans les filets de De Gea. Une sale habitude, comme celle d'Everton de perdre car il s'agit de la 300e défaite des Toffees en Premier League. Pourtant, sans un génial David de Gea en fin de match, Everton serait facilement reparti de Manchester avec un match nul. Sur des tentatives directes d'Oviedo et Osman, l'Espagnol sort deux parades façon posters Onze Mondial. Avec un penalty sauvé en première période, l'Espagnol a sorti une grosse prestation. Le théâtre des rêves peut lui dire merci.

Au final, difficile de savoir ce que vaut ce MUFC alors que la mi-octobre avance. Hier, les Mancuniens ont évolué sans Rooney, Herrera, Jones, Smalling, Carrick ou encore Evans. Collectivement, cette équipe marche par intermittence et sans réel plan de jeu établi. Défensivement, ça ne respire pas la sérénité non plus et la relation entre Falcao et Van Persie est loin d'être optimale pour ne pas dire inexistante. Malgré tout, ça commence à gagner des matchs, mais les travaux ne font que commencer.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 56 minutes Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 1
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible