Uli Hoeness, le retour du shérif

Vendredi soir, lors de l'assemblée générale annuelle du FC Bayern Munich, Uli Hoeness a été élu quasiment à l'unanimité (97,7%) président du club. À soixante-quatre ans, Uli le repenti se rassoit donc sur le fauteuil qu'il avait occupé de 2009 à 2013, mais compte bien se relever très vite pour vanter les mérites de son club de toujours. L'Allemagne, l'Europe et le monde sont prévenus : le shérif est de retour en ville.

Modififié
37 9
« Avec toutes mes spéculations, j'ai perdu trois millions d'euros. Et maintenant, je vais verser trente à trente-cinq millions – intérêts inclus – au fisc. Je vais le faire, et je vais tout assumer. Et quand je reviendrai, je ne vais pas me reposer. L'heure n'est pas encore venue. » Ces mots, prononcés par Uli Hoeness le 2 mai 2014 lors de l'assemblée générale extraordinaire du Bayern, lui ont valu la standing ovation de tout l'Audi Dome. Un mois plus tard, Uli Hoeness entrait en cabane. La peine pour fraude fiscale purgée (il est libre depuis le 29 février dernier), l'homme qui a transformé le Bayern en machine de guerre aussi bien sur le plan sportif qu'économique n'avait plus qu'à se préparer à récupérer son fauteuil de président.

Un FC Bayern plus riche que jamais


Évidemment, ils étaient nombreux, très nombreux à vouloir se rendre à l'Audi Dome hier soir. Trop nombreux, même. Une fois n'est pas coutume, le FC Bayern Munich s'est retrouvé confronté à un problème de logistique : près de 2000 personnes ont dû suivre l'assemblée générale de leur club préféré sur des écrans géants dans une tente installée à proximité du Dome. Au total, 7 152 personnes se sont déplacées pour assister au retour de « leur » Uli.


L'élection du président n'était que le sixième point (sur neuf) à l'ordre du jour. Avant cela, il y a eu le traditionnel discours du président, le quitus donné aux membres de la présidence, ou encore la présentation des différents chiffres et succès de la société anonyme FC Bayern AG (en gros, la branche football du club). En clair, le Rekordmeister a encore fait un chiffre d'affaires de malade : 626,8 millions d'euros, soit 20% de plus que l'an dernier (523,7). Le bénéfice net après impôts est lui de l'ordre de 33 millions ; en 2015, il était de 23,8 millions. Tous ces chiffres intéressent bien évidemment les membres présents à l'Audi Dome, mais en vrai, la tête est ailleurs. La soirée est placée sous le signe de l'émotion. Il s'agit d'abord de rendre un hommage appuyé à Karl Hopfner, président de 2013 à 2016, membre n°1938 du FC Bayern Munich. Un homme qui a consacré toute son énergie au club bavarois, durant trente-trois ans.

Élu à 97,7%


Et puis vint le moment que tout le monde attendait : le discours de Uli Hoeness, seul candidat à la présidence. Un discours dans lequel le champion du monde 1974 remercie les membres et les fans, dont les attentions l'ont beaucoup aidé quand il était en prison. « J'ai reçu 5500 lettres. Le week-end, j'étais enfermé jusqu'à 40 heures. Et j'ai parfois pleuré à chaudes larmes en lisant les lettres. » Puis Uli insiste sur le fait qu'il a tout fait pour réparer son erreur. Tonnerre d'applaudissements. Puis Uli insiste sur le fait qu'il a payé sa dette à la société. Nouveau tonnerre d'applaudissements. Enfin, Hoeness demande une deuxième chance aux membres, en promettant de ne pas les décevoir et de tout donner pour le club de sa vie. « Je ne regarde pas l'heure. Et si je dois travailler sept jours par semaine, je le ferai. Ma femme doit comprendre et le comprendra. J'aimerais être un lien entre vous et le club. J'aimerais être un lien entre le conseil de surveillance et le comité de direction. J'aimerais donner des conseils à tout le monde au sein du club. Quelqu'un qui s'occupe de tout le monde. Si les joueurs et les entraîneurs ont besoin de conseils, ils peuvent venir me voir. »


Le vote se déroule sans encombre : Uli Hoeness est élu à 97,7%. Un véritable plébiscite. Et quand il s'assoit à sa place de président, c'est tout le public qui se lève et qui l'acclame, en chantant «  Uli Hoeness, tu es le meilleur » . Il a fait de la prison ? Tout le monde s'en fout. L'essentiel, c'est qu'il soit de retour. Comme le dit un vieux proverbe suisse également très utilisé en Bavière, « l'église est de nouveau au milieu du village » . Et dès sa prise de fonctions, Uli montre qu'il n'a rien perdu de sa gouaille : « Les résultats atteints par la présidence sont juste dingues. Malheureusement, ces chiffres ne sont pas mis en valeur. Il y a d'autres clubs qui équilibrent leurs comptes avec l'aide d'un cheikh ou d'un oligarque... Chez nous, ça ne se passe pas comme ça. » S'il allume d'entrée de jeu au niveau international, le nouveau président n'en oublie pas pour autant le niveau local. « Leipzig a gagné 4-1 – nous avons enfin un deuxième ennemi aux côtés de Dortmund, il faut le dire. Et si l'on est honnête, la motivation que l'on a eue au cours de ces dernières années, il nous faut la tirer de nous-mêmes. Maintenant, nous avons quelqu'un à aller combattre. » Il n'y a pas de doute : le shérif est bel et bien de retour en ville. Pour le plus grand plaisir de la majorité des 284 021 membres du club, ainsi que des millions de fans à travers le monde.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Je serais curieux de savoir si la désignation d'un nouveau directeur sportif a été abordée?

Sinon Hoeness sera sans doute plus à même de mettre la pression au groupe que Hopfner, qui était quand même là en attendant et n'avait pas de bagage sportif. (et Rummenige en tant que président du groupe, devait quand même être plus éloigné).
C'est con mais là Hoeness va récupérer son bureau qui donne sur les terrains d'entrainements, et ça va effectivement remettre l'Eglise au milieu du village, peut être dans l'esprit des joueurs.

Quant à son histoire de prison, je pense que le caractère personnelle de sa condamnation n'a pas pesé face à son bilan bavarois.

Une bonne chose et les chiffres sont fameux, curieux de savoir l'évolution de la masse salariale.

Même si sportivement il y a de petites inquiétudes à court terme, tout ça rassure sur le moyen terme.

Et j'aime beaucoup cette vision d'Hoeness qui s'enthousiasme d'avoir un nouveau concurrent en plus de Dortmund.

Une victoire ce soir et ce sera une belle journée bavaroise.
Belle initiative du Bayern qui permet la réinsertion sociale des anciens taulards, un exemple à suivre pour tous les clubs européens
Note : 1
Bonne blague, mais je pense que tout le monde l'avait compris dès la première fois
1 réponse à ce commentaire.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Perso, ce type, je le trouve trop Uli pour être Hoeness.
Y'a un côté beau à cette réélection. Il a payé, et bien plus cher qu'un paquet d'escrocs dans bien des domaines bien plus importants et à bien plus grande échelle que lui. Et il revient la à la maison dans un club qu'il a toujours très correctement géré et avec beaucoup de dignité. Et d'ailleurs pendant qu'il n'était plus la, on s'est fait plaisir au Bayern côté salaire. Y'a un côté vraiment chaleureux je trouve :p.
Sinon, la p'tite pique des familles sur le PSG. Comme d'hab. Je respecte beaucoup le fonctionnement de ce club, mais ça serait un vrai plaisir de leur (re)faire la nique en Ligue des Champions.
ça, je pense pas qu'ils puissent s'en empêcher haha. Plutôt hypocrite d'ailleurs parce que, même si je ne peux être que d'accord avec qu'eux, le Bayern passe l'hiver au Qatar et est sponsorisé par l'aéroport de Doha ^^
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Ouais boh, c'est un peu comme Aulas qui dit que c'est un scandale que le PSG soit appuyé par un état et qui veut porter plainte parce que l'Etat français s'est arrangé avec le Qatar pour pas que Bein qui n'est autre qu'Al Jazeera ne coule Canal +.... Le grand patriote de la L1 qui attaquerait l'Etat pour avoir empêcher la destruction d'une des plus grandes chaînes françaises, quel scandale ma bonne dame !
L'hypocrisie intellectuelle est partout aujourd'hui :p.
FranckderKaiser Niveau : District
sponsor et proprio ce n'est quand même pas la même chose du tout !
3 réponses à ce commentaire.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
37 9