1. //
  2. // Coupe du Portugal
  3. // 1/2 finales
  4. // Rio Ave/Braga

Ukra, l'homme qui fait rire le foot portugais

À 27 ans, Ukra, le joueur de Rio Ave a fêté sa première sélection face au Cap-Vert, quelques jours après avoir fait beaucoup de mal à la défense de Benfica. Un détail pour celui qui n'est connu que comme l'amateur de blagues potaches.

Modififié
32 9
Tout a commencé avec une partie de Football Manager. Pas la sienne, mais celle « d'un gamin » qui découvre une pépite en voulant se renseigner sur la nature de la blessure de son joueur, Ukra. Le diagnostic est sans équivoque, il s'agit d'une entorse du pénis. La preuve.

@neuzajorge tem mais cuidado cmg pq depois aparecem lesões destas 🙈🙈🙊🙊😂😂😂😂⚽️⚽️

Une photo publiée par Ukra Monteiro (@ukra17) le


« Quand j'ai vu ça, je me suis tout de suite marré » , raconte le joueur de Rio Ave, qui s'empresse alors d'imaginer une suite à ce gag virtuel. « Quand on se blesse, il y a deux phases. La récupération et la rééducation. L'idée, c'était de mettre en scène ces deux étapes pour cette fausse blessure. » Ukra demande alors à un coéquipier de jouer les photographes et se rend à l'infirmerie du club de Vila do Conde. « J'ai pris des coussins remplis de glace et les ai posés sur mon… et puis je l'ai posté. »


Bingo. Contre toute attente, le natif de la région du Douro crée le buzz sur la toile et dans les grands médias portugais, et de nombreux internautes exigent rapidement une suite. Vient donc l'illustration de la phase de rééducation. En grand fou qu'il est, l'international portugais se fout à poil devant l'objectif et ne cache son artillerie qu'à l'aide d'un poids de dix kilos ajouté après montage. « Ça va être dur de trouver une suite. J'y réfléchis… Je finirai bien par trouver quelque chose » , éclate de rire celui qui nommait il n'y a pas si longtemps le président portugais Cavaco Silva et le Premier ministre Passos-Coelho à l'Ice Bucket Challenge.

« Qu'est-ce qu'il va encore dire comme connerie ? »


André Filipe Alves Monteiro, devenu « Ukra » après de nombreuses teintures blondes qui rappelaient la chevelure des Ukrainiens de Famalicao, sa ville d'origine, n'est pas seulement un amateur de blagues potaches. Il est aussi l'un des capitaines de Rio Ave. Le genre de meneur à l'écoute, respecté pour sa gentillesse mais très loin d'inspirer la crainte. « Quand il faut être sérieux, je sais faire un discours sérieux et on m'écoute, il n'y a aucun problème là-dessus. Mais la plupart du temps, quand je demande un peu de silence, le vestiaire se tait l'air de dire "Putain, qu'est-ce qu'il va encore dire comme connerie", sourit-il encore. En même temps, la plupart du temps, ils ont raison. Quand je l'ouvre, c'est pour faire le con. Mais c'est comme ça, c'est ma manière de me préparer. Certains ont besoin de se mettre dans leur coin, d'autres d'écouter de la musique… Moi, j'ai besoin de rire. »

Ce n'est donc pas un hasard si le compte Instagram du bonhomme était déjà bourré de contenus saugrenus avant l'affaire de la blessure pénienne, comme cette photo où on le voit poser en pyjama sur un grand lit avec ses coéquipiers Tiago Pinto, Moreira, Tarantini (non, il ne s'appelle pas Quentin) et Villas-Boas (aucun lien) à l'occasion d'une séance cinéma de plusieurs heures en plein stage hivernal. Pour Ukra, toutes les occasions sont bonnes pour faire des pitreries. À quelques jours d'un match de Supercoupe du Portugal contre Benfica, il est filmé en train de rider tel un tobbogan un tapis de course. À quelques minutes d'une palette tactique donnée par l'entraîneur, Ukra et son caméraman arrivent à la bourre après avoir tourné une fausse embrouille avec les Africains de Rio Ave. « Les entraîneurs savent comment je suis. Ils doivent se dire que je suis fou et passent tout de suite à autre chose, explique le Portista de formation. Ce n'est pas le cas des supporters. « Après un match, que ce soit une victoire ou une défaite, les gens pourraient me dire "bon match" ou "mauvais match, la prochaine fois, tu feras mieux", mais non. À la place, on vient me voir pour me dire de mettre plus de photos sur Instagram (rires) ! » Ses coéquipiers, eux, le verraient bien animer un show télévisé totalement dédié à ses gags, mais pas seulement. « Tarantini me disait l'autre jour qu'il me garderait bien dans le staff après ma carrière de footballeur pour animer le vestiaire. Mais on n'en est pas encore là. » Effectivement. Ukra n'a que 27 ans.

Échec à Porto et première sélection


Le revers de la médaille, c'est donc qu'on oublie facilement que le vice-capitaine de Rio Ave est un footballeur avant d'être un ambianceur du net. Et pourtant, l'intéressé est loin d'être une quiche. Si sa première sélection contre le Cap-Vert s'est avérée difficile malgré beaucoup de bonne volonté, les supporters de son club le remercient encore pour son match extraordinaire contre Benfica le 21 mars dernier (victoire 2-1). En y allant de son petit but et en martyrisant la défense lisboète, l'ailier a indirectement aidé Porto à revenir dans la course au titre. Ironique, surtout quand on sait qu'à l'instar de bien d'autres jeunes formés au club, les Dragons n'ont pas voulu lui faire confiance au moment où il plongeait dans le grand bain du football professionnel. « Je suis convaincu que nous, Portugais, ne sommes pas moins bons que les étrangers qui débarquent ici » , regrette-t-il, avant de s'interroger sur la raison du traitement préférentiel dont bénéficieraient les Sud-Américains et Africains. « C'est au-dessus de nous. Il y a peut-être du business dans tout ça, qui sait. Le football, c'est aussi des transferts, des contrats… Nous, footballeurs, on est payés pour jouer, c'est tout. Nous n'avons aucune influence en dehors du terrain. » Pas de quoi démoraliser le joueur enjoué, motivé par sa première « cape » et prêt à retourner au travail pour porter la tunique de la Seleção das Quinas une deuxième fois. Avec une règle d'or : le faire en se marrant.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
Faut l'associer avec Lavezzi et les envoyer au milan. On verra peut-être Ménez sourire comme ça
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Message posté par paul.la.poulpe
Faut l'associer avec Lavezzi et les envoyer au milan. On verra peut-être Ménez sourire comme ça

Lavezzi et Ménez, ça a pas trop marché quand même:
http://bit.ly/1c3V47z
http://bit.ly/1H1zcFI
http://bit.ly/1Fb76Zl
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Mais sinon, ça peut exister pour de vrai, une entorse du pénis?
Knoow Your Role And Shut Your Mouth Niveau : Loisir
Message posté par gwynplaine76
Mais sinon, ça peut exister pour de vrai, une entorse du pénis?


oui
Rio Ave encore un bon exemple du n'importe quoi des clubs portugais, comme il le dit dans le dernier paragraphe c'est une aberration!

Ukra aurait eu une autre carrière si Porto l'avait davantage fait jouer au lieu de le prêter à tous les clubs portugais...
Message posté par ruicosta10
Rio Ave encore un bon exemple du n'importe quoi des clubs portugais, comme il le dit dans le dernier paragraphe c'est une aberration!

Ukra aurait eu une autre carrière si Porto l'avait davantage fait jouer au lieu de le prêter à tous les clubs portugais...



Avec un tel poids il risque d'avoir mal à l'aine Ukra.
paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1


Haha, c'est Ménez qui a contaminé Lavezzi du coup
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Il est très sympa, mais faut redescendre un peu. Ce n'est pas un mauvais joueur, mais c'est loin d'être un cador. Pour le voir évoluer a Rio Ave de temps en temps, il est loin d'être enthousiasmant.
Good Kompany Niveau : DHR
Bof, un peu déçu.
L'article est pas Ukra drôle.
Ok, je sors...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
32 9