1. //
  2. //
  3. // Chapecoense
  4. // Interview

Túlio de Melo : « J'adore le camembert, plus ça pue, meilleur c'est ! »

De retour au Brésil après avoir effectué toute sa carrière en Europe, l'ancien Lillois s'apprête à affronter le grand River Plate avec la Chapecoense, petit poucet de la Copa Sudamericana. À trente ans, il revient sur son parcours européen, tout en pointant du doigt les problèmes qui font du foot brésilien un géant endormi et figé dans le temps.

Modififié
La Chapecoense vient de vivre une semaine historique : la qualif pour les quarts de la Sudamericana (1-1 puis victoire aux pénos contre les Paraguayens de Libertad), avec le champion de la Libertadores, River Plate, en vue, la raclée (5-1) infligée au grand Palmeiras en D1 brésilienne et, au passage, tu en profites pour mettre un but à chaque match, tes premiers depuis ton retour au Brésil. Ça va, tu aurais pu connaître pire…
C'est sûr que ça va rester dans l'histoire du club. Ça arrive au meilleur moment, parce qu'on traversait une phase difficile (ils étaient relégables avant d'écraser Palmeiras, ndlr). Je suis très content d'avoir marqué ces deux buts pour aider l'équipe dans ces moments si importants. On a su réagir contre des grosses équipes.

Comment as-tu pris cette décision de revenir au pays ?
Ça s'est fait assez vite. J'avais des propositions en Europe et en Asie aussi, mais ma femme est enceinte, je vais avoir mon troisième enfant en janvier… Mais j'ai aussi un garçon plus grand, avec des problèmes de garde… C'était donc important que je sois près de lui. Je n'avais pas pensé à recevoir des propositions de clubs brésiliens, mais je me suis dit que ça pouvait être le bon moment pour revenir, une expérience nouvelle pour moi, parce que je n'avais jamais joué dans le championnat brésilien… Je suis parti à l'étranger très tôt. J'ai donc pu relever un nouveau défi sportif et résoudre des problèmes personnels.

En Europe, tu connaissais la Chapecoense ?
J'en avais entendu parler l'an dernier, c'était l'équipe surprise qui venait de monter en D1. Mais avant, rien… J'ai eu des propositions d'autres clubs brésiliens dont la situation n'était pas vraiment saine. À Chapecoense, je connaissais déjà Vilson, un défenseur, un gars en qui j'ai vraiment confiance. Tous les gens à qui j'en ai parlé m'ont dit du bien de ce club en pleine croissance, avec des gens sérieux, qui respectaient leurs engagements…

Tu as dû réviser tes prétentions salariales à la baisse ?
La question financière n'a absolument pas posé problème. J'ai accepté tout de suite. J'aurais pu gagner 7 ou 8 fois plus en Chine, Turquie, dans le monde arabe. Mais Dieu merci, j'ai pu faire mon petit bas de laine, et ça me permet de guider mes choix pas seulement par l'aspect financier, mais aussi par le sportif. Et je ne regrette pas ce choix.

Quelle est la principale différence que tu as constatée au quotidien, entre la vie de joueur pro en Europe et au Brésil ?
Le nombre de matchs que nous avons à jouer. Je suis arrivé depuis à peine plus d'un mois, et aujourd'hui (entretien réalisé lundi, ndlr), c'est mon premier vrai jour de repos en 35 jours. En Europe, si tu joues le samedi, tu es souvent off le dimanche, parfois même le lundi. Ici, il y a les entraînements, la mise au vert, les longs voyages… On passe clairement plus de temps avec les coéquipiers qu'avec sa famille.

« La passion du foot est tellement forte au Brésil qu'on ne peut pas aller se balader en centre-ville le dimanche… » Túlio De Melo

Tu as souffert physiquement, au début ?
Je ne savais pas que ce serait intense à ce point. Le pire, c'est la mise au vert, même pour les matchs à domicile. En Europe, ça n'existe plus depuis longtemps, sauf à se retrouver pour le déjeuner et faire une sieste à l'hôtel. Ici, on est « concentrés » dès la veille (au Brésil, mise au vert se dit concentração, ndlr). Quand on joue à l'extérieur, on voyage souvent deux jours avant le match, pour ne revenir que le lendemain. On passe un temps fou loin de chez soi… C'est un peu dur pour ma famille, qui était habituée à me voir tous les jours à la maison. Il y a deux semaines, nous avons joué contre Libertad, au Paraguay, et ensuite contre Sport, à Recife (4000 km entre les deux villes, c'est pas rien, ndlr). J'ai passé toute la semaine dehors…

Ton statut d'expérimenté ne te permet pas de faire bouger les choses sur le sujet ?
Ici, au Brésil, c'est compliqué. Il y a une énorme pression de la part des supporters. Ils vont tout de suite dire : « Ils n'ont pas fait la mise au vert, ils ont perdu, c'est qu'ils ont fait la bringue ! » Et là, ils demandent la tête de l'entraîneur, de la direction… En Europe, tout le monde sait très bien que c'est aussi bien que le gars dorme chez lui, la veille du match. En fait, dormir à la maison, c'est beaucoup mieux, tu as ton propre lit, auquel tu es habitué… Je trouve ça dommage que les mentalités n'aient toujours pas évolué au Brésil. Levir Culpi a déjà aboli la mise au vert à l'Atlético Mineiro (club formateur de Túlio, ndlr). C'est un entraîneur expérimenté, qui a déjà travaillé au Japon… Il explique que ce n'est pas son rôle d'être la nounou de gars de 25-30 ans. Il donne cette liberté et et rend les joueurs plus responsables.

Les jeunes de la Chapecoense viennent vers toi pour te demander des conseils ?
Souvent, quand je partage la chambre avec un jeune, il me demande comment est la vie en Europe, comment on s'entraîne là-bas, comment c'est de jouer la C1… Ils sont assez curieux. Et je leur réponds qu'on passe plus de temps avec sa famille, et on arrive à avoir une vie sociale, chose pratiquement impossible au Brésil. Si ton équipe perd ici, il faut être courageux pour sortir dans la rue. Les joueurs se font aborder sans arrêt, même en famille. La passion du foot est tellement forte au Brésil qu'on ne peut pas aller se balader en centre-ville le dimanche…

Tu ne parles que de Chapecó pourtant. Imagine à Rio ou São Paulo…
Ça n'a rien à voir. Le Brésil, c'est le Brésil, il n'y a pas d'échappatoire. Les gens de Chapecó, avant que la Chapecoense ne joue au plus haut niveau, ils étaient tous pour Grêmio ou Internacional (les clubs de Porto Alegre, plus grande ville de l'État voisin, ndlr). Les gens sont déjà habitués au rythme des grands clubs, avec une grosse pression.

Quelles différences tu notes entre le style de jeu pratiqué au Brésil et ce qu'il se fait en Europe ?
Le jeu est un peu plus lent au Brésil, mais en raison de beaucoup de facteurs. D'abord, la question physique. Il y a une surcharge physique au Brésil. Les joueurs arrivent souvent crevés le jour du match : 90 minutes le jeudi, tu rejoues le samedi, puis le mercredi suivant, le tout avec de longs voyages. Donc forcément, les joueurs ont tendance à moins courir. La qualité des terrains joue beaucoup aussi. En Europe, la pelouse est tondue différemment, toujours arrosée. Le ballon fuse bien plus qu'ici et ça rend le jeu plus rapide. Mais le facteur le plus déterminant, c'est la culture tactique. Ici, le pressing commence quand l'équipe qui attaque se rapproche du milieu de terrain. En Europe, l'attaquant est le premier défenseur… Et les lignes sont bien plus compactes.

T'as dû te réadapter ou pas ?
C'est beaucoup plus dur pour un Brésilien de s'adapter à la réalité européenne que l'inverse. Et dans ma position d'avant-centre, ça ne change pas trop. C'est plus dur pour les milieux et les défenseurs. En Europe, les défenseurs jouent beaucoup plus haut. La principale différence, pour moi, c'est que là-bas, j'avais plus d'obligations défensives. D'ailleurs, j'ai gardé cette mentalité défensive, et ça m'aide dans mon jeu au Brésil… On en parle beaucoup entre joueurs. Parfois, je les pousse à aller au pressing avec moi, mais ça leur arrive aussi de me freiner. Parce que ça ne sert à rien de presser tout seul, on te fait tourner en bourrique. Ou tout le monde y va, ou on reste derrière.

« On avait une tradition à Lille : après chaque victoire, tout le monde sortait ensemble, au pub, au resto, parfois en boîte… Et pas seulement les joueurs, le staff aussi ! » Túlio De Melo

Quand tu as signé à la Chapecoense, tu pensais affronter River Plate au Monumental de Nuñez ? Ça représente pour toi ?
J'avoue que la perspective de jouer une compétition internationale a pesé dans mon choix de venir ici. En arrivant, je savais qu'on allait affronter le Libertad, un club de renom dans le continent. Maintenant, River Plate, c'est une expérience incroyable. Ça donne des frissons, mais c'est une émotion positive. Affronter une équipe mythique dans un stade historique, c'est que du bonheur !

Cela dit, tu as déjà vécu de grands moments, dans de grands stades, notamment avec Lille et Palerme… Quel a été le moment le plus marquant de ta carrière européenne ?
Sans aucun doute le doublé coupe-championnat avec le LOSC, en 2011. Une saison incroyable, j'ai marqué des buts décisifs, qui nous ont donné la victoire 1-0 ou 2-1… Notre équipe, c'était une vraie machine… Il suffit de citer les joueurs un par un : Eden Hazard, meilleur joueur de Premier League, Gervinho, qui joue à la Roma, Debuchy à Arsenal, Rami à Séville, Chedjou à Galatasaray, Mavuba, qui est toujours capitaine de Lille, Cabaye, qui a fait la Coupe du monde avec l'équipe de France. Et encore, j'en oublie… C'était un collectif super huilé. Il y avait une ambiance géniale dans le groupe, pas de rivalités internes… Nous avions une tradition : après chaque victoire, tout le monde sortait ensemble. On allait au pub, au resto, parfois en boîte… Et pas seulement les joueurs, le staff aussi ! Ça a créé des liens qu'on ne voit pas souvent dans le foot. J'ai remarqué qu'en Europe, les entraîneurs forcent presque les joueurs à sortir ensemble pour cimenter le groupe.

Quelle est l'importance de Rudi Garcia dans ta carrière ?
Il a été mon entraîneur pendant six saisons. On s'appelle encore régulièrement. Parfois, il me demande même des conseils sur des joueurs brésiliens. Nous avons développé une belle relation d'amitié, un grand respect mutuel, et nos trajectoires ont pris une pente ascendante au même moment. Nous nous sommes rencontrés au Mans. Je faisais mes armes en D2, et il commençait à consolider sa carrière d'entraîneur. Ensuite, quand il est arrivé à Lille, j'étais à Palerme, mais il m'a appelé pour que je le rejoigne dans le Nord.

Pourquoi vous vous entendez si bien tous les deux ?
Il est d'origine espagnole, donc il a ce tempérament latin, il s'amusait à nous parler en espagnol, à moi et à Grafite (autre Brésilien du Mans, ndlr). Même si on parle le portugais, c'était marrant quand même. Mais ce qui a marché, surtout, c'est que nous avons su donner la réponse sur le terrain. Nous avons surpris tout le monde cette saison (2007-2008), nous sommes allés en demi-finales de Coupe de la Ligue. Rudi, c'est un entraîneur très cool, proche des joueurs. Quand on sortait, il venait avec nous, ses adjoints aussi. Ce que je retiens, surtout, c'est que c'est quelqu'un de très optimiste. Il va toujours entrer sur le terrain pour gagner, quel que soit l'adversaire, avec une mentalité très offensive. Même en Ligue des champions, contre des équipes plus huppées, il n'avait pas froid aux yeux.

Tu as un souvenir spécial en Ligue des champions ?
Le but que j'ai marqué contra l'Inter (en novembre 2011, en fin de match, lors de la défaite de Lille 2-1, à San Siro, ndlr). C'était un beau but, et un moment spécial pour moi, parce que je revenais de blessure. Je suis entré et j'ai marqué. J'avais vraiment besoin de ce but.

Tu ne trouves pas dommage que Lille n'ait pas réussi à maintenir le niveau après l'inauguration du Grand Stade ?
Parfois, on ne peut pas tout maîtriser. Le club a reçu des offres mirobolantes pour plusieurs joueurs et avait besoin de vendre. Mais s'ils avaient réussi à maintenir la même équipe, on aurait remporté d'autres titres.

« On a beaucoup parlé d'évolution au Brésil, mais on en est loin… Le problème commence dans les clubs, avec les calendriers surchargés, le manque de vision d'avenir. » Túlio De Melo

La France te manque ? Si oui, en quoi ?
La relation au temps, la vie sociale... Les vins et fromages me manquent beaucoup aussi. J'adore le camembert aussi, plus ça pue, meilleur c'est !

Plus jeune, t'as eu des modèles d'attaquant ?
Des références multiples, de Romário à Ronaldo, en passant par Inzaghi. Ibrahimović aussi. Il était déjà au top quand j'étais jeune. Les Hollandais aussi, Van Basten et Van Nistelrooy… En fait, du point de vue du style de jeu, je ressemble plus à Luca Toni ou Mario Gómez, voire Trezeguet, des renards des surfaces…

C'est un peu passé de mode, le n°9 à l'ancienne, non ?
En ce moment, on voit de tout. Le Barça a commencé à lancer cette idée de faux 9, et aujourd'hui, ils jouent même sans défenseur… Même chose pour le Bayern de Guardiola. C'est l'évolution du foot, mais ce n'est pas donné à toutes les équipes. Des entraîneurs tiennent encore absolument à avoir un joueur de référence dans la surface. Bon, avec le temps, ce type de joueur costaud, renard des surfaces, se fait de plus en plus rare. Les entraîneurs ont dû s'adapter. Aujourd'hui, au Brésil, il y a très peu de numéros 9 classiques. Les gars comme Luca Toni sont en voie de disparition.

On dit le foot brésilien en perte de vitesse, t'en penses quoi ?
Il y a toujours du talent, mais ils ont du mal à créer une base solide. Et le problème, c'est qu'il n'y a plus d'équipes faibles dans le foot actuel. Les autres équipes nationales ont beaucoup progressé. La grande différence, c'est le travail à long terme. En Allemagne, le titre de champion du monde est le fruit d'un travail de 12 ans… Ils ont fait un gros boulot chez les jeunes pour cueillir les fruits bien plus tard, en implantant partout la même philosophie de jeu. Si le gars joue dans son club comme en sélection, avec le même style de jeu, c'est bien plus facile. Ils ont juste à changer de maillot. Au Brésil, malheureusement, rien n'a changé. On a beaucoup parlé d'évolution, mais on en est loin… Le problème commence dans les clubs, avec les calendriers surchargés, le manque de vision d'avenir.

Personnellement, tu t'es senti comment après la déroute 7-1 de la Seleção en demi-finale de Coupe du monde ?
Ce match a atteint de façon irrémédiable la réputation du foot brésilien. C'est une débâcle qui a dévalorisé l'ensemble des joueurs brésiliens. Tout le monde a payé les pots cassés. J'ai dû essuyer des tonnes de plaisanteries, parfois de mauvais goût.

Un autre ancien Brésilien de Lille, Dante, a sacrément morflé suite à cette défaite…
Si même moi, ça m'a affecté, imagine pour lui… Ça a dû être l'enfer. Il était sur le terrain contre ses coéquipiers de club… Putain, c'est un truc de fou ! Ça a complètement chamboulé la vision que les gens avaient de lui. Je ne lui en ai pas parlé directement, mais je compatis… Nous avons plein d'amis en commun et c'est un mec adorable…


Propos recueillis par Louis Génot
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Fitzcarraldo Niveau : District
J'adore le cul, plus ça pue, meilleur c'est !
J'ai relu 6 fois la première question pour la comprendre. J'ai don arrêté là.

Je suis le seul ou je suis con ? Les 2 peut-être...
Note : 4
Message posté par King Kunta
J'ai relu 6 fois la première question pour la comprendre. J'ai don arrêté là.

Je suis le seul ou je suis con ? Les 2 peut-être...


Pareil, j'ai rien compris.

Mais la suite vaut le coup d'oeil, notamment ce qu'il dit sur les différences entre le foot européen et le foot brésilien.
Clairement l'un des meilleurs titres de l'histoire de Sofoot !
Très bonne interview, un mec très lucide et intelligent dans ses analyses. Un vrai passionné visiblement. M'étonnerait pas qu'il devienne coach. Par contre la blague sur Dante/l'enfer surfaite haha
Message posté par Fitzcarraldo
J'adore le cul, plus ça pue, meilleur c'est !


A la différence de l'andouillette...

Une bonne andouillette, ca sent la merde; mais pas trop!
@King Kunta

La Chapecoense a éliminé mercredi Libertard en Sudamericana (sorte d'Europa League) et affrontera au prochain tour, River Plate, également vainqueur de la dernière Libertadores (Ligue des champions)
Dimanche, la Chapecoense a humilié Palmeiras 5-1 en championnat brésilien
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 29
mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26