Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 23 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Primera División
  3. // Supporters
  4. // Boca Juniors

« Tu te promènes en Chine, tu vois des maillots de Boca »

Carlos Muguruza a débarqué en France au milieu des années 80 pour « jouer au tennis » . Mais comme il l'admet lui-même, il n'était « pas assez bon » , alors il s'est lancé dans une carrière de commercial dans les photocopieurs. Il y a trois ans, il a monté Volver, un restaurant argentin dans le XIe arrondissement de Paris, devenu la cantine préférée des Argentins du PSG. Puis un deuxième Volver dans le plus chic VIe il y a quelques mois. Là où il vient de créer la Pena de los Xeneizes de Francia, la troisième association de supporters hors Argentine, après celles de l'Espagne et du Mexique.

Modififié
Pourquoi avoir créé une Pena Boca Juniors en France ?
Mon fils est né en France, mais il s'est rendu souvent à la Bombonera. Et il m'a dit un jour : « Pourquoi on ne monterait pas quelque chose ici ? Il y a tellement de supporters de Boca. » Donc, c'est comme ça qu'on a lancé cette idée. Parce que, quand on diffuse les Clásicos Boca-River ici, on doit avoir trois gars qui supportent River et le reste, c'est pour nous. Après, c'est pas seulement pour boire des coups et regarder des matchs. Chaque personne qui s'associe ici à notre Pena aura les mêmes droits qu'un socio de Boca qui habite en Argentine. Les gens auront une carte de membre et quand ils se présenteront à la Bombonera, ils pourront aller voir le match comme n'importe quel socio. On ne fait pas ça pour l'argent, mais surtout pour promouvoir notre club, que les gens connaissent ce que Boca représente. On est la troisième Pena créée en dehors de l'Argentine, après le Mexique et l'Espagne.

Est-ce que la Pena regroupe pour l'instant surtout la diaspora argentine à Paris ?
Pas seulement. Le jour du lancement officiel, j'ai vu un gars, un Français, qui a pris une journée de repos pour venir en train de Suisse. On a officiellement cinq millions de supporters de Boca dans le monde, mais je crois qu'on est en fait beaucoup plus nombreux. Tu te promènes en Chine, n'importe où, tu vois des maillots jaune et bleu. À Paris, je croise souvent dans la rue des gens avec notre maillot, je leur parle en espagnol, je leur lance un « Che bostero » parce que je crois que ce sont des Argentins et ils me répondent : « Qu'est-ce que tu dis ? » Des gens qui ne sont jamais allés à la Bombonera, mais qui sont subjugués par le maillot, le stade, la ferveur, l'ambiance.

Pourquoi cette ferveur perdure-t-elle à la Bombonera alors que partout ailleurs les stades deviennent de plus en plus assoupis ?
Je ne sais pas, cela ne s'explique pas. C'est Boca. Depuis le début de notre histoire. Les Gênois qui se sont installés dans ce quartier et qui ont pris les couleurs du drapeau suédois. Depuis, c'est une légende perpétuelle. C'est le peuple. C'est la grande différence avec River Plate. On les appelle les millionnaires, pas parce qu'ils sont riches, mais parce qu'on les a chassés d'ici vers le quartier de Núñez. S'ils avaient pu rester, ils seraient restés. Ils se prennent pour des millionnaires, mais je sais pas comment ils vont faire pour rembourser leurs 200 millions d'euros de dettes. Ils n'ont aucune star, à part Trezeguet qui vient d'être viré par leur coach Ramón Díaz. Ils ont même viré les joueurs comme Cavenaghi qui leur avaient permis de remonter. Ils sont différents. Pour les Clásicos, on leur jetait des poules, du maïs, des couches… Bon maintenant, c'est un peu encadré, il y a plus de contrôle. Par contre, on les appelle toujours les pecho frio, car ils ont le cœur froid, ils n'ont pas de courage et pas de charisme.

Pourtant certains de vos propres supporters qualifient Riquelme lui-même de « pecho frio » …
Oui, peut-être… Il est spécial. Il n'aime pas beaucoup ses coéquipiers. Mais bon, on peut dire ce qu'on veut, il nous a fait gagner trois Copa Libertadores, plus que River à lui tout seul. C'est un génie. Et puis c'est peut-être à cause de la polémique avec Maradona, des histoires d'égo qui ne m'intéressent pas. Moi, je ne peux pas choisir entre les deux. Diego, il a peu joué pour nous. Une seule saison, mais quelle saison ! Diego, je ne suis pas objectif, je l'ai tellement aimé. Quand il a joué avec notre maillot, en 1981, j'ai vu tous les matchs au stade, à la Bombonera et à l'extérieur.

Et Lavezzi et Pastore, ils en pensent quoi de Boca Juniors ?
El Pocho, il me chambre. Il est supporter de Rosario Central. El Flaco, c'est Talleres. J'ai rencontré David Beckham aussi. Je l'avais beaucoup insulté en 1998, à Saint-Étienne, pendant le match de Coupe du monde entre l'Angleterre et l'Argentine. Depuis, il y a prescription. Nous, les Argentins, on n'aime pas beaucoup les Anglais, mais on a fait la paix.

Et vous supportez quel club en France ?
Saint-Étienne. Parce que j'étais ami avec Osvaldo Piazzia (ndlr : le stoppeur argentin de l'ASSE de 1972 à 1979), c'est lui qui m'a aidé à m'installer en France. Il m'avait donné le contact de Bernard Caïazzo qui n'était pas encore président du club. Partout où tu vas en France, tu retrouves des supporters de Saint-Étienne. Il y a beaucoup de ferveur aussi. Piazza me racontait que dans les années 70, les mineurs commençaient à boire à midi les jours de match.

Par Pierre Boisson et Joachim Barbier

Pour contacter la Pena de Boca Juniors en France : xeneizesfrancia@gmail.com
Page Facebook de la Pena de Boca Juniors en France

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1 Hier à 15:00 Erick Thohir bientôt actionnaire d'Oxford United 3 Hier à 13:01 La manifestation des ultras des Young Boys contre l'e-sport 19 Hier à 11:32 Évra raconte sa vengeance après une blague de Piqué 66
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi