En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Groupe C
  3. // Italie/Croatie

Tu sais que tu supportes la Squadra Azzurra quand…

Tu as quatre étoiles sur ton maillot. Tu adores qu'on te déteste. Tu sais que, dans ton équipe, tu as les joueurs les plus classes du football mondial. Tu aimes souffrir. Tu aimes le bleu. Toi, tu es pour la Squadra Azzurra et tu en es fier.

Modififié
- Tu connais par cœur les commentaires de Fabio Caressa et de Beppe Bergomi lors des deux dernières minutes magiques du Allemagne-Italie 2006. «  Andiamo a Berlino Beppe !  » Putain, quelle émotion…

- Tu connais aussi par cœur l’ordre des tireurs lors de la séance de tirs au but contre la France, en finale.

- Par contre, tu as essayé tant bien que mal d’oublier l’ordre des tireurs lors de la séance de tirs au but contre la France, en 1998.

- Tu sais très bien que la plus belle course de joie de l’Histoire, c’est celle de Tardelli en 1982.

- Quoique… Celle de Grosso après son but contre l’Allemagne en 2006 te fait pas mal frissonner aussi.

- Le soir du 2 juillet 2000, aux alentours de 23h15, ton téléphone fixe a sonné. Sonné. Sonné encore. Tu sais ce que tes potes voulaient te dire. Tu n’as pas répondu.

- Tu as, tant bien que mal, essayé d’expliquer à tous tes potes qu’on dit « la nutella » et non pas « le nutella » , parce que c’est un mot féminin. Mais ça n’a servi à rien. Aujourd’hui, tu te contentes de savoir que c’est toi qui as raison.

- Tu as déjà essayé de te faire la queue de rat de Roberto Baggio. Juste comme ça, pour voir si ça t’allait bien.

- Tu écoutes les Espagnols crier qu’ils sont les meilleurs du monde et de l’univers. Oui. Mais toi, tu as quatre étoiles. C’est bien aussi, une.

- Le soir de la victoire de 2006, tu as fait des tours de scooter avec ton écharpe de l’Italie et en klaxonnant comme un couillon. Par contre, tu as bien fais gaffe à ce qu’il soit débridé. On ne sait jamais, qu’une bande se soit mise en tête de « dérouiller du rital » .

- Après l’Euro 2000, quand tu tirais un pénalty avec tes potes, tu tentais toujours une Panenka. Sauf que t’es pas Totti.

- Il paraît que ton équipe est la plus défensive de l’Histoire. Pourtant, en 1982, tu as gagné un Mondial en marquant 12 buts. Et en 2006, pareil, 12 aussi. L’Espagne, l’équipe du beau jeu, en a marqué 7 en 2010. Juste comme ça, pour comparer.

- Mais de toutes façons, tu t’en fous du score. D’ailleurs, tu as préféré gagner 1-0 contre l’Australie en huitièmes avec ce sale pénalty obtenu par Grosso, que 3-0 contre l’Ukraine en quarts.

- Les scandales des matches arrangés, Totonero et Calciopoli, ça te fait bien marrer. Bah ouais, les deux fois où c’est arrivé, tu as gagné un Mondial juste derrière.

- Tu es bien conscient que « le match du siècle » , c’est ton équipe qui l’a disputé, contre l’Allemagne, en 1970. Non, non, ce n’est pas France-Brésil.

- Tu as toujours eu un faible pour les Argentins. Peut-être parce que Sívori. Parce que Libonatti. Parce qu’Orsi. Et même parce que Camoranesi, tiens.

- Par contre, depuis 2002, tu n’aimes plus les Équatoriens. Putain de Byron Moreno.

- Tu as aussi un problème avec les Coréens. Ceux du Nord et ceux du Sud. Pas de distinctions.

- Tes potes revenaient de vacances avec des colliers de perle et les bras décorés de décalcomanies Malabar, toi, tu revenais avec des valises remplies de saucissons. Surtout les salumi abruzzesi. Une tuerie.

- Le Fratelli d’Italia, tu le chantes toujours avec la main sur le cœur. Et ton moment préféré, c’est au milieu de l’hymne, quand quelques notes de musique annoncent la deuxième partie du chant. Tellement patriotique.

- Tu as déjà menacé un mec qui coupe ses spaghetti d’appeler les carabiniers.

- Tu ne veux pas trop le dire de peur de passer pour un péteux, mais, au fond, tu le sais très bien que le maillot azzurro, c’est le plus beau du monde.

- Tu ne commandes jamais un allongé. Un café, c’est court. Basta.

- En soirée, tu écoutes ce qui est à la mode. Mais dès que tes potes dégagent, tu te claques un petit Adriano Celentano. Éventuellement un Lucio Dalla, si t’es un peu en bad.

- Tu sais (ou peut-être que tu ne sais pas, en fait) qu’il n’y a que deux nations au monde contre qui l’Italie a plus souvent perdu que gagné. Le Brésil et la Russie. La France ? Couchée. L’Allemagne ? Couchée. L’Espagne ? Couchée.


- Tu profitais de tes séjours en Italie pour acheter l’album Panini « Calciatori » . Tu sais très bien qu’à côté, l’album Panini « Foot 97 » était tout pourri.

- À la boulangerie, tu ne demandes jamais un sandwich ou un casse-croûte, mais un panino. D’ailleurs, les mecs qui disent « un panini  » , ça t’énerve au plus haut point.

- Non, monsieur Lamouchi, la ville de Catagne n’existe pas. Catane, oui. Catania, éventuellement.

- Tu sais que tu aurais 5 étoiles sur le maillot si l'avion qui contenait l'invincible équipe du Torino ne s'était pas écrasé, un triste jour de mai 1949, sur la colline de Superga.

- D'ailleurs, tu sais que le catenaccio n'aurait jamais existé si la tragédie de Superga n'avait pas eu lieu.

- Mais tu es quand même fier, un peu, du catenaccio. Ton bébé.

- Tes recordmen de sélections s’appellent Fabio Cannavaro, Paolo Maldini et Gianluigi Buffon. Un défilé Prada.

- D’ailleurs, tu n’y peux rien si les joueurs de la Squadra portent le costard mieux que n’importe qui.

- Tu sais très bien que si la France a gagné le Mondial 1998, le seul de son histoire, c'est surtout grâce à l'Italie. C'est Zidane himself qui l'a dit.

- T'aimes pas vraiment l'eau gazeuse. Par contre, t'as toujours bien aimé commandé une bouteille d'eau "frizzante" au resto. Juste parce que le mot est agréable à prononcer.

- Tu n'es jamais aussi content que lorsque la Squadra bat l'équipe de France. Peut-être parce que la France n'est jamais aussi triste que lorsqu'elle perd contre l'Italie.

- Ça ne te pose aucun problème de te qualifier pour la finale d'une grande compétition grâce à un tirage au sort. D'ailleurs, derrière, tu as soulevé le trophée. C'est beau.

Par Eric Maggiori, avec AP, SB et SR
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3