1. // Journée des enfants des rues

Tu sais que tu as joué au foot dans la rue quand...

Des croûtes sur les genoux, des « qualifs » et surtout des potes. Pour toi, vacances rimaient avec football partout où c'était possible. Toi, ta consécration, ça a été de jouer avec « les grands » . Toi, tu as joué au foot dans la rue.

Modififié
5k 54
... tu n’avais pas besoin de portable : ton interphone marchait très bien.

... ta mère t’a plus dit « t’as pris tes clés ? » que « je t’aime » .

... tu as déjà perché une balle dans un arbre.

... tu en as même perché une deuxième en utilisant cette triste technique qui consiste à tirer avec une autre balle dans ta balle déjà perchée. Qui est le con qui l’a inventée, celle-là ?

... tu étais petit et maigre et c’est toi qui devait escalader / qu’on portait pour aller chercher la balle perchée.

... tu étais grand et fin et c’est toi qui allait chercher le ballon avec le bout de ton pied sous cette putain de voiture.


... tu étais gros et cool et c’est toi qui allait au goal.

... tu as joué sur des terrains carrés, ronds, triangulaires, ovales et hexagonaux. Tant que le ballon roule, c’est bon.

... tu n’as jamais été footballeur professionnel, pourtant, pendant les vacances, c’était réveil à 9h, petit-déjeuner, foot jusqu’à 12h, déjeuner, foot jusqu’à la nuit tombée.

... tu n’as jamais été footballeur international, pourtant, quand les grands t’ont proposé de jouer avec eux, tu t’es senti pareil que pour une première convocation.

... d’ailleurs, tu as pris la confiance le jour suivant et tu n’as pas joué.

... tu as connu un « phénomène » qui aurait dû signer à Auxerre alors qu’il n’était même pas licencié d’un club.

... tu as déjà fait un « chacun pour sa peau » .

... d’ailleurs, la peau était généralement écorchée vive par le bitume.

... tu avais des trous au niveau des genoux à tous tes joggings.


... tu es déjà rentré chez toi en pleurant.

... tu as déjà maudit la mère d’un pote qui est venue le chercher en plein match.

... tu as déjà fait un 20 contre 20 sans chasuble.

... personne ne voulait aller au goal alors il était volant. Nul mais volant.

... ton meilleur pied, c’est la semelle.

... tu as déjà fait un 60, un cul rouge, un petit pont massacreur/moulon, un goal à goal et un match suisse.

... d’ailleurs, au suisse, tu soupçonnais toujours le gardien de relancer dans les pieds de son meilleur pote.

... tu as aussi demandé à faire « une qualif » .

... tu as déjà joué avec une brique de jus vide.

... tu as un sens inné de la répartie. De toute façon, c’est ça ou tu n’existais pas.

... tu t’es fait ta première entorse de la cheville en loupant un trottoir.

... « Désolé madame. » Oui, tu as déjà tiré dans une mamie qui portait ses courses.

Youtube

... tu connais le vieux qui se croit cool et qui voulait à tout prix te montrer qu’il savait faire deux jongles. Ça gênait tout le monde.

... aujourd’hui, tu as trente-cinq balais, mais quand tu vois des gosses jouer dans la rue, tu n’attends qu’une seule chose, même si tu es avec ta meuf : que la balle arrive par miracle vers tes pieds.

... le lavabo devenait noir « crasse » quand tu te lavais les mains en rentrant à la maison.

... tu as connu la voisine sympa qui te renvoyait le ballon même quand tu défonçais ses fleurs.

... tu as connu la voisine chiante qui disait qu’il y avait trop de bruit à 16h de l’après-midi.

... tu as déjà sprinté comme un dingue après le ballon qui courait vers la route, mais c’était trop tard : il a fini écrasé.

... tu as déjà sprinté comme un dingue après le ballon qui courait vers la route et tu l’as empêché d’y aller en talonnade.

... c’est le soleil qui décidait de l’heure à laquelle tu rentrais.

... tu faisais tes devoirs uniquement le dimanche soir. Très tard. (Quand tu les faisais).

... tu as déjà fait des buts avec deux pulls.

... tu t’es déjà fait engueuler par ton père parce que tu as oublié l'un de ces pulls.

... tu as déjà retrouvé ce pull plein de feuilles mortes le lendemain.

... tu as déjà dit « Trop haut, y a pas but » .

... tu avais un pote nul, un pote campeur, un pote tricoteur, un pote bon, un pote « en club » . Tu avais beaucoup de potes, quoi.

... ça te manque. Beaucoup.



Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

J'en ai eu les larmes aux yeux.
1 réponse à ce commentaire.
John Fitzgerald Wilis Niveau : Loisir
Quand il restait plus que un mec à choisir, ta souvent entendu l'autre équipe dire " on vous me laisse "... putain j'étais triste pour le mec
Messibocou Niveau : DHR
J'étais ce mec
On est aussi qqes uns à avoir été les 2.
3 réponses à ce commentaire.
Jacquietmichelderzakarian Niveau : CFA2
EXCEPTIONNEL
C'est pour ça que le foot existe, c'est fait pour tout le monde.
Le pire étant la rue légèrement en pente... Un calvaire pour les mollets.
Cafu cremes Niveau : CFA2
Quand tu sais que gagner à chou/ fleur et choisir le meilleur joueur était vital pour la suite de la journée.
Lamine Turgut Niveau : CFA
Note : 1
C'est une voiture qui arrivait sur l'aire de jeu qui a interrompu l'action de ta vie ...

Et malgré tes jérémiades, im-po-ssible de la reprendre au même moment/endroit (tes potes s'y opposaient formellement).
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
Le foot de rue sur la place du village, les vieux qui nous regardaient à moitié inquiet de se recevoir le fameux ballon en plastique sur la tête et à moitié content de voir le village vivre, le nombre de verres cassés dans les bars autour de la place qui augmentaient d'années en années, les rendez vous sans portables ou MSN mais juste "demain à 10h sur la place" et tout le monde était la ...

J'y repense avec beaucoup de nostalgie, car à travers le foot que vous décrivez très justement ici, je revois mon enfance heureuse : rien à foutre des devoirs, pas de filles qui nous faisaient chier et qui posaient des problèmes dans le groupe, pas de problèmes, juste le ballon et les amis. Nous n'avions que 2 soucis à cette époque : est ce que le chien qui nous crevait le ballon était dans les parages ? Si oui, est ce que quelqu'un avait 10 francs ou 2 euros pour acheter un ballon en plastique au magasin en cas de crevaison (ou à défaut, est ce que un parent était dans le coin pour nous avancer l'argent). Pas de problèmes autre que sur le foot, et qui étaient oubliés dès la partie finie, juste l'innocence et l'insouciance d'une époque bénie, celle où l'on est jeune et où l'on nous pardonne tout. Quelle tristesse aujourd'hui quand la même place du village où nous avions passé tant de temps demeure vide de gamins, ils ont d'autres occupations mais merde ...

J'espère que mon fils pourra connaitre ça un jour ... Le jeu et l'amitié, c'était beau, c'était vrai, c'était pur.
Jacquietmichelderzakarian Niveau : CFA2
T'habitais au bord de la plage pour jouer avec des ballons en plastique.
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
http://www.sofoot.com/top-10-ces-ballon … 70231.html

le 9 ;)

(PS : en Corse la plage n'est jamais loin :D )
Ripaillons Niveau : DHR
Bien sur qu'on a joué avec des ballons en plastique, rouge,vert, bleu, jaune...et même des ballons en mousse. Tu es sans doute trop jeune pour avoir connu ça.
Lamine Turgut Niveau : CFA
Bon, t'as fini de faire chialer tout le monde, là ?

Allez hop ! Y'a la Premier League pédophile qui reprend cet apresm et le Bayern a éclaté son chiffre d'affaires période N-1, quand même ...

(non mais !)

PS : la photo StreetFighter, j'adore.
4 réponses à ce commentaire.
Quand tout repose sur Baptiste, le seul à qui il reste un ballon. Et que personne ne repond à la sonnette ...
Lamine Turgut Niveau : CFA
Pire : si ça répond, c'est pour s'entendre dire par sa mère "nan pas aujourd'hui, Baptiste est puni".

(c't'enculé de Baptiste qu'a pas voulu finir ses brocolis un mardi soir : c'est criminel, ça, alors que le mercredi se profilait !)
1 réponse à ce commentaire.
numerobis-dans-ma-team Niveau : District
Aujourd'hui t'a 30 piges et les articulations qui grincent à cause de ce p***** de bitume!! Mais aucun regret,les meilleurs moments de ma vie !
Heinze strasse viele bäume Niveau : Loisir
- Quand le "vieux" qui se croyait cool était ton daron.

- Quand le crevard du groupe justifiait toutes ses décisions par "C'est mon ballon, c'est moi qui décide."

Merci pour cet article, probablement celui qui m'a procuré le plus d'émotions depuis que je lis Sofoot !

Est-ce simplement de la nostalgie ou était-ce vraiment les meilleures moments de notre vie ?
Le coup de "tu espères que le ballon arrivera jusqu'à tes pieds", je crois que je l'aurai toute ma vie.
DoucementAvecLaCristaline Niveau : National
Les meilleurs moments de notre vie peut-être pas (attendez d'etre Papa!) mais clairement dans les TOP !
Je pourrai créer une boite spécialisé dans la récupération des ballons perdue... jardin, rosiers, platane, bureau du directeur, derrière une clôture de 2 mètres au Pays de Galles, dans la court du chien méchant... je les ais toutes récupérées !
Y'à qu'un vile camion qui a roulé sur ma balle PSG et un routier allemand pédophile voleur de Tango sur une aire d'autoroute qui m'ont foiré ma moyenne !

Chez moi on avait le jeu du poteau aussi. On jouait dans une impasse, avec au bout un lampadaire idéalement placé.
1 point pour le poteau, 3 si on tapait la boule, en 1 touche de balle. Y'a eu du voyage chez les voisins, des ballon égarés (mais toujours récupérés), des menaces de mort à la carabine du voisin chiant, mais tout est bien qui finit bien, la boule a du être changé !
Ces foots improvisés avec mes potes d'enfance font parti des meilleurs souvenirs de ma vie. On s'inquiétait de rien, on pensait à rien, juste on kiffait.
J'avoue qu'aujourd'hui, ça m'arrive d'y repenser et de prendre un bon coup de nostalgie dans la gueule.
Nous on avait carrément pris en otage le quartier pendant les vacances. Les habitants roulaient au pas quand ils arrivaient dans la zone. Ils étaient terrorisé de se prendre le ballon sur le pare-brise.
Le mieux reste ce verre d'eau incroyable que tu t'enfilais après tes 8 heures de foot.
Psychedelic Train Niveau : DHR
Ouais, bon, y'a des adultes assez responsables pour pas vouloir que la gamin qui court comme un dératé derrière un ballon passe sous sa caisse!

Sinon, quand à 19H, la tête de ta mère sort par la fenêtre, criant "à taaaable!". 1/4H plus tard, t'es le dernier à quitter le terrain pour rejoindre tes parents qui t'attendent... A table, justement.
1 réponse à ce commentaire.
Rado & milinko Niveau : District
Putain les gars j'ai failli chialer quoi..
Ahhh que de beaux souvenirs, et ce jeu qu'on appelait foot allemand et qui se terminait par un cul rouge, ce fameux cul rouge qui, si tu en avais déjà pris un la partie d'avant et que tu perdais la partie suivant, les mecs, chacun leur tour se rapprochait à moins d'un mètre de toi le ballon dans les mains pour décrocher un boulon dans tes pauvres petites fesses. Nostalgie.
DoucementAvecLaCristaline Niveau : National
Je me permet de retranscrire la préface du livre "Portraits légendaires du Football" de Bernard Morlino. La dite préface écrite par Eric Cantona :

"Lever de Rideau

- On joue encore au foot dans la rue?
- Oui, encore dans certains endroits. De moins en moins dans d'autres.
Un enfant passe dans la rue. C'est le fils d'un ami.
-Eh, Hugo ! Tu t'entraines combien de fois avec ton club ?
- Deux fois...
-Par semaines ?
-Oui, par semaine.
-Et le reste du temps tu joues au foot ?
- Non...
- Tu ne joues pas au foot dans la rue ou a l'école ? Tu n'as pas un endroit où retrouver tes copains et jouer ?
- Avec mes copains on joue au foot mais avec les jeux vidéos.

Au pays de la technologie, les dribbleurs sont scotchés devant leur écran. Les esthètes, les rois, etc... aussi. Avec leur manette, ils sont Maradona, Cruyff, Beckenbauer.
Un peu de vie, les amis! Un peu d'amour et de buts marqués à la dernière minute de la finale de la Coupe du monde, sur un retourné acrobatique dans la lucarne de la porte du garage en bas de l'immeuble.
Un peu de sueur sur le front et sur le maillot de vos idoles, un t-shirt blanc avec au marqueur noir écrit dans le dos, le nom de Maradona et son légendaire numéro 10.
Un peu de poussière sur les chaussures aussi !
Et les genoux écorchés.
C'est quoi ces jeux vidéos ?
"Ils transpirent", certains me disent. Le stress du jeu les fout en nage, affalés dans leur fauteuil ou allongé sur la moquette u le carrelage. Selon les milieux sociaux, il n'y a que la qualité de la console, ou le nombre de consoles par copain, qui changent. Le fond ne change pas. On ne joue plus au foot dans la rue. u très peu. Et de moins en moins.
Ceux qui malgré tout continuent de jouer partout et tout le temps, comme toujours, sont les meilleurs sur le terrain le dimanche pour le match. Car si ce qu'on apprend dans les clubs est important, ce qu'on apprend dans la rue l'est tout autant.
Si les accros du jeu vidéo pouvaient limiter leur temps passédevant leur écran et descendre dans la rue pratiquer des heures ce qu'ils ont appris et su faire sur leur manette, pourquoi pas ? Ce serait peut-être bien. Le jeu vidéo aurait une influence positive et le foot en serait enrichi en terme de beauté et de spectacle.
Alors du temps dans la rue, les amis !
Du temps et des rires et des pleurs gagnés à la sueur de sont front et du plaisir du jeu.
Réalité. Le monde est réel et le ballon, le meilleur de vos copains. Et alors, peut-être qu'un jour les rêves pourraient devenir réalité. Être parmi tous ces grands amoureux du football que mon ami Bernard Morlino a classés selon lui."

Eric Cantona, Manchester 2008
Passer la journée à jouer au goal à goal.
Aller chercher le ballon 2 fois de suite dans le chemin de fer (oui tu tirais très haut)
Te faire remarquer par tes parents au moment où tu sautes la grille pour aller le chercher.
Tu étais dans la meilleure équipe du quartier.
Tu n'y étais pas mais de toute façon ils n'étaient pas si fort que ça.
Vous avez même failli les battre un jour.
paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
Jamais joué dans la rue perso, mais beaucoup dans la cour de l'école et sur des terrains de hand (les seuls moments de ta vie ou tu fais le mur pour entrer au collège). On retrouve un peu les memes situations. Les ballons qui partent chez le voisin, les journée ou on se retrouve à trois-quatre et t'es obligé d'improviser un jeu qui se finit forcément par un cul-rgoue, l'employé municipal qui vient nous dire qu'on n'a pas le droit de jouer ici..
1 réponse à ce commentaire.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Une année au collège, on est allé en Andalousie. On créchait en famille d'accueil dans un coin paumé de la banlieue de Cadix.

Je me rappelle quand je suis sorti du car, étuvé comme une serpillère, et que j'ai découvert ce bloc d'immeubles couleur terre-battue qui cernait comme une arène un petit terrain vague où des mecs jouaient au foot.

Inutile de préciser que les présentations avec la famille d'accueil furent des plus expéditives. On a couru comme des dératés pour rejoindre le terrain vague, où d'autres types du collège s'étaient déjà incrustés.
Ce match (était-ce vraiment un match d'ailleurs ? Je pense que c'était plutôt une danse tribale), c'était une jungle de pieds, de bras, de chevilles bouillies, de sable dans les yeux, et ce putain de cagnard qui te rôtissait les épaules et faisait de ta tignasse de la paille.

Y'avait pas d'équipe puisque tu reconnaissais personne, tout le monde était torse-nu et dès que tu chopais la balle, une meute d'affamés se jetait sur toi. Alors tu faisais la passe au premier mec démarqué et t'essayais de combiner.

Les Andalous, c'était de magnifiques filous. Les plus petits surtout, jamais vu des petits aussi vifs et hargneux.

C'est le plus beau match auquel j'ai participé, et pourtant j'ai à peine du toucher le cuir.
Psychedelic Train Niveau : DHR
Héhé, les andalous, c'est surtout des vandales à l'origine!
DoucementAvecLaCristaline Niveau : National
En parlant d'Andalous vifs et hargneux, y'en avait pas un plutôt bon que tout le monde appelait Sergio dans le tas ? Cheveux long, serre-tête, défenseurs dur sur l'homme?
Pour ma part c'était lors d'un voyage à Rome en 1994, on était logés chez une famille, dans une banlieue à 40 km de la ville éternelle, la ville s'appelait Palestrina.

On a fait un match avec des jeunes de la résidence, de sacrés casseurs. L'un d'eux, qui devait avoir 14 ans, me certifiait être le fils de Beppe Signori ...
youpileyoupin Niveau : District
Tu ne serais pas Brestois par hasard ?
4 réponses à ce commentaire.
Heinze strasse viele bäume Niveau : Loisir
Pas de 360 par chez vous ? Avec bien sûr la potence à la clé !
C'est les mêmes règles qu'un Allemand ou c'est plus près du 9 mois?
Heinze strasse viele bäume Niveau : Loisir
On n'a jamais utilisé ces noms là par chez nous ! Ça doit être proche.

L'important, c'est que les vrais y jouaient sans jongle avant de frapper, et regardait avec condescendance ceux qui s'autorisaient un contrôle aérien
2 réponses à ce commentaire.
les plus beaux moments de ma vie, que j'ai fait durer à la trentaine bien passée.
j'ai suspendu le temps et l'espace sur ces terrains de fortune, vécu le bonheur d'être à en suffoquer. j'ai cru parfois exploser tellement je vivais ça intensément.
j'y ai laissé beaucoup de plumes, mais je ne regrette rien. c'est juste que je rêvai trop fort.
Cissé un joueur Niveau : Loisir
on jouait avec des pommes de pin quand on n'avait plus de ballon
Au collège, après la cantine et juste avant de reprendre les cours, on faisait un match alors que les ballons étaient interdits dans la cour. Comment ? On taxait des feuilles de classeur à ceux qui étaient en permanence, on mettait en boule, on scotchait le tout ... Ça durait le temps que ça durait, et c'était toujours ça de pris, même par temps de pluie ...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Sous la jupe d'Alain
5k 54