En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 29e journée
  3. // Résumé

Troyes et Angers filent vers la Ligue 1, Châteauroux vers le National

Après une nouvelle victoire face au Créteil-Lusitanos (2-0), Troyes est plus que jamais leader de la Ligue 2. Six points derrière, le SCO s'accroche à sa deuxième place et bat Le Havre (1-0). À Châteauroux, battu par Sochaux (3-0), l'alarme sonne, mais tout le monde s'en fiche. Et vive Florin Bérenguer.

Modififié
  • Troyes 2 - 0 Créteil-Lusitanos
    Buts : Corentin Jean (45') et Christian Bekamenga (72') pour Troyes

    Quand on entre sur la pelouse avec The Final Countdown d'Europe, on ne peut que sortir un gros match. Et c'est exactement ce que font les leaders, qui se créent trois énormes occasions dans les dix premières minutes de la rencontre. Mais Henri Bienvenu, seul face au gardien, panique et balance une mine au-dessus des cages. Si Troyes offre une belle partition aux spectateurs du stade de l'Aube, Benjamin Nivet est sans aucun doute le chef d'orchestre. Mais les Cristoliens défendent avec courage et se battent avec leurs armes. Armes qui s'émoussent juste avant la pause. Sur une énième percée de Troyes, Créteil rompt et laisse Corentin Jean ouvrir le score (45'). Voilà qui sent bon la Ligue 1. Et en Ligue 1, on s'embrouille avec les arbitres. Comme Martins Pereira qui prend un rouge très sévère pour une poussette dans la surface (65'). Heureusement pour les Troyens, Denis Petrić détourne le penalty de Lesage. À 10 contre 11, les leaders parviennent même à plier le match sur un contre conclu par Christian Bekamenga (72'). Jessy Pi en Ligue 2, Jessy en Ligue 1.

  • Angers 1 - 0 Le Havre
    But : Jonathan Kodjia (32') pour Angers

    Face à une médiocre équipe du Havre, les joueurs du SCO d'Angers entendent bien confirmer leur belle deuxième place et prendre une option sur la montée en Ligue 1. Seulement, les joueurs du Havre veulent faire belle figure devant Olivier Monterrubio, recruteur du FC Nantes, qui est venu observer Le Bihan et Le Marchand. Du coup, les joueurs du club doyen font le jeu sans parvenir à marquer. En bons gestionnaires, les hommes du SCO se contentent de quelques contres bien sentis, qui aboutissent souvent à des occasions franches. La barre dégoûte même Kodjia à la demi-heure de jeu. Mais tout vient à point à qui sait attendre. Jonathan ouvre le score (32') et s'offre sa quinzième réalisation de la saison. Merci Bouka Moutou. Les 22 acteurs reviennent sur le terrain avec l'envie de proposer un match de bonne qualité, sans trop de fautes. Au Havre, on se remet petit à petit de cette vilaine fracture de la Maillol. Les Ciel et Marine poussent, comme en première mi-temps, mais ne parviennent toujours pas à marquer. Angers tient bon et peut profiter de sa place de dauphin.

  • Dijon 1 - 1 Valenciennes
    Buts : Jérémie Bela (35') pour Dijon / Anthony Le Tallec (39') pour Valenciennes

    Les joueurs de Dijon arrivent sur la pelouse en confiance : sur les dix dernières rencontres de Ligue 2, les amoureux de la moutarde restent sur six matchs sans défaite. Côté Valenciennes, c'est un peu moins la fête. Et sur le terrain, ce n'est absolument pas la fête. Jusqu'au but de Bela. Raspentino s'amuse avec deux défenseurs, jongle tranquillement avant de transmettre à Bela qui feinte, frappe et marque (35'). Et si c'était pour lui que Maître Gims avait écrit sa chanson ? Le Tallec, pas vraiment impressionné, égalise dans la foulée et donne aux téléspectateurs une bonne raison de se dire que le temps passe trop vite. Oui, Anthony débutait sa carrière il y a 11 ans. Le match est équilibré, les deux équipes tentent de faire le jeu, au risque de laisser de gros espaces dans les défenses.

  • Sochaux 3 - 0 Châteauroux
    Buts : Karl Toko Ekambi (36', 70') et Florin Bérenguer (89') pour Sochaux

    Une victoire sur les six dernières rencontres : voilà de quoi doivent se satisfaire les supporters de Sochaux, qui ne sont quand même pas les plus à plaindre. Parce que côté Châteauroux, la victoire, on ne la connaît pas vraiment. Sur les 16 derniers matchs, les joueurs de la Berrichonne n'ont gagné qu'une seule fois. Et quand on les voit jouer, on comprend pourquoi. Claquemurés derrière leurs douves, le pont levis relevé, les hommes du château roux ne proposent rien et se contentent de défendre. Friday night purge + Saturday night fever = le week-end parfait. Heureusement, les preux chevaliers de Montbéliard arrivent à forcer le passage. Sieur Toko Ekambi, seul dans une défense apathique, place une tête et ouvre le score (36'). Et comme ça ne lui suffit pas, Karl en plante même un deuxième (70'). Florin Bérenguer, lui, nous offre le geste de génie de la soirée. Après un coup d'œil rapide, il lobe le gardien depuis le milieu de terrain. Incroyable. Marcus Thuram n'en revient pas, lui qui joue pour la première fois avec les grands.

  • Nîmes 3 - 2 Tours
    Buts : Arnaud Mendy (43'), Toifilou Maoulida (78')et Anthony Marin (91') pour Nîmes / Billy Ketkeophomphone (42') et Léo Schwechlen (70') pour Tours

    Pour les Crocodiles, la course est lancée. Bien que dégoûtés, à l'image de Toifilou Maoulida, les joueurs de Nîmes doivent tout faire pour accrocher le podium de la Ligue 2 s'ils veulent éviter de basculer en National la saison prochaine. Les Tourangeaux quant à eux aimeraient bien sortir de la zone de relégation. Enfin, ça, c'est sur le papier. Parce que sur le terrain, il ne se passe (presque) rien avant la quarantième minute. Le cauchemar des commentateurs, Billy Ketkeophomphone, marque d'une frappe contrée juste avant que Mendy n'égalise sur le coup d'envoi suivant (40'). En deuxième mi-temps, Tours joue mieux et prend l'avantage. Sur un corner, Schwechlen se jette et prend le ballon de volée (70'). Mais les Crocodiles ne sont pas encore partis, alors parlons-en. Toifilou Maoulida marque sur corner et va célébrer sa réalisation le poing levé, comme Amel Bent. Et viser la lune, ça ne fait pas peur aux Nîmois, qui arrache la victoire en toute fin de match. Et si ?

  • AC Ajaccio 1 - 2 Clermont
    Buts : Marvin Diop (56') pour l'AC Ajaccio / Adrien Hunou (22') et Rémy Dugimont (86') pour Clermont


    Le quinzième contre le dix-septième de Ligue 2, ça ne fait vraiment pas rêver. Pourtant, le match est correct : le tempo est élevé, les deux équipes sont joueuses. Et le sort sourit d'abord aux hommes de Corinne Diacre qui ouvrent la marque. Après un bon centre venu de la gauche, Adrien Hunou fusille Sissoko à bout portant (22'). Un avantage au score mérité pour les Clermontois, tant les Corses sont fantomatiques en première mi-temps. Au retour des vestiaires, les joueurs d'Ajaccio se reprennent et égalisent par l'intermédiaire de Marvin Diop, auteur d'une belle frappe croisée (56'). En fin de match, les Corses craquent et concèdent un but de Dugimont (86'). Attention Ajaccio, Tours n'est qu'à quatre points.

  • Orléans 0 - 0 Niort

    Si on prend le rap à la source, on ne prend clairement pas le football au stade de la Source. Sur une pelouse indigne – est-ce vraiment une surprise ? -, les joueurs offrent un spectacle tout aussi moche. Sous la banderole « Le foot c'est le samedi » déployée par les supporters orléanais, les 22 joueurs décident justement de ne pas jouer. Parce que oui, on est vendredi. Et le vendredi, c'est ravioli, pas football. Il ne se passe strictement rien en première mi-temps. Après une heure de jeu, on ose espérer alors qu'il va se passer quelque chose. Mais non. Orléans et Niort l'ont fait : une heure et demie de non-football sur une pelouse à peine tondue. À noter l'expulsion de Diaw en fin de match. Oui, c'est tout. Les Chamois sont bien dans le ventre mou du classement, mais les Orléanais pourraient bien prendre leur porte.

  • Arles-Avignon 0 - 0 GFC Ajaccio

    Très clairement, ce match est une occasion rêvée pour les Corses, qui peuvent, en cas de victoire sur la pelouse de la lanterne rouge, monter sur le podium et espérer représenter l'Île de Beauté en Ligue 1. À sept points du premier non-relégable, Arles-Avignon semble de son côté déjà condamné. Le Gazélec joue bien face à un onze jaune crispé. Et pourtant, c'est bien Mamadou Niang qui manque d'ouvrir le score sur un face-à-face pourtant facile. Le football, ce n'est peut-être pas comme le bon vin. Plus ça vieillit, moins c'est divin. Bien secoués, les Corses gazeux font péter le bouchon et prennent la mesure d'un match tout à fait leur portée. Sans parvenir à marquer toutefois. Il faut dire que d'un côté comme de l'autre, on aime bien taper sur les montants. Occasion manquée pour les Corses.

    ⇒ Résultats et classement de L2

    Par Gabriel Cnudde
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88