Troyes confirme, Piquionne renaît

Huit matchs au programme ce soir. Le Gazélec, Auxerre, Troyes, Tours, Brest et Orléans pouvaient prendre la place de leader en cas de victoire. Finalement c'est Troyes qui est premier ce soir, malgré le hold-up des Corses et un doublé de Frédéric Piquionne.

Modififié
8 5

Les confirmations


En attendant le match de Nîmes, ce samedi, le vainqueur de la confrontation entre Troyes et Tours pouvait prendre seul la tête du championnat. La Ligue 2, l'école de la vie où l'on nous apprend que les apparences sont souvent trompeuses. En effet, alors que les profils offensifs des deux formations laissaient augurert un match agréable, les spectateurs du Stade de l'Aube étaient à deux doigts de se claquer un bout de Reims-PSG en streaming. Il faut l'intervention de Monsieur Guenaoui pour quitter ce sentiment d'apathie générale. Un pénalty évident pour l'ESTAC, après une faute sur N'Diaye, qu'Adnane pense transformer tranquillement. Manque de bol, l'arbitre de la rencontre a vu l'arrière tourangeau Fousseni Diawara pénétrer dans la surface avant la frappe. Deuxième tentative et même côté pour Adnane qui ne connaît pas le même succès, puisque Petrić plonge du bon côté et détourne le cuir. Dur. En seconde période, après une cacahuète du Troyen Darbion détournée par le gardien, le ballon revient dans la boîte. Le Brésilien Rincon s'élève plus haut que tout le monde et va déloger la toile d'araignée dans la lucarne. Pas trop tôt. Troyes s'impose à domicile et prend provisoirement les commandes de la Ligue 2 avec deux succès en autant de rencontres. Habituée à faire l'ascenseur, la bande à Furlan montre qu'il faudra bien compter sur elle.

Au rayon des confirmations, toujours : Dijon. Le DFCO, qui était allé chercher un bon match nul à Nancy, est un prétendant à la montée. Pour leur premier match à domicile, les hommes de Dall'Oglio ont fait le boulot en l'emportant sans forcer grâce à une drôle d'action à la 49e. Dijon marque, mais l'arbitre ne laisse pas l'avantage car il estime qu'il y a eu une faute sur Tavares... l'attaquant dijonais. Et comme le and-one n'existe pas au foot, Dijon doit transformer le pénalty pour voir le tableau d'affichage bouger. Philipoteaux s'en charge. 1-0. Net et sans bavure.

Ils réagissent


Jusqu'à la 70e, cela ressemblait à un voyage au bout de l'ennui. Sous la pluie, dans un stade vide, sans inspiration, ce duel entre Créteil et Châteauroux, défaits lors de la première journée, avait tout pour effrayer. Puis vint l'éclair après l'heure de jeu avec une belle combinaison entre N'Doye et Sangaré. Seul entre le point de péno et les 18 mètres, l'attaquant tire le plus fort possible, dévisse sa frappe qui file... dans la lucarne. Cinq minutes après, en vieux renard des surfaces, Frédéric Piquionne rappelle à tout le monde qu'il joue toujours au football. Il intercepte une passe en retrait et double la mise pour les Cristoliens. Le tout, 24 secondes après son entrée en jeu.
L'ancien Lyonnais remet ça à cinq minutes de la fin du match avec une belle frappe de mule qui touche le poteau avant de rentrer. 3-0. Belle réaction de Créteil battu à Tours la semaine dernière. Idem pour Angers qui défiait Arles-Avignon. Défait à Nîmes 4 à 2, le SCO a tranquillement battu les Sudistes avec le troisième but cette saison pour l'ancien Caennais Jonathan Kodjia, bien aidé par une sortie vercoutresque de Bosmel. La nouvelle recrue Camara double la mise en seconde période en partant dans le dos d'une défense mal alignée et offre un succès 2 à 0 aux siens.

Coup d'arrêt


Le week-end dernier, Brest s'était imposé face à Clermont alors que Niort était allé chercher un bon match nul sur le terrain de Laval. Les deux équipes voulaient confirmer leur entame correcte. Mais au terme d'un match terne, Chamois et Brestois se sont séparés sur un score nul et vierge. Coup d'arrêt pour ces deux clubs comme pour Auxerre qui pensait ramener trois points d'Auvergne après avoir ouvert le score à la 20e minute. Vincent Gragnic rentre dans la surface, ouvre son pied et trouve la lucarne opposée. Propre. Mais l'AJA s'endort et Idriss Saadi égalise avant la mi-temps d'une belle frappe croisée pour les Clermontois. À la 79e minute, l'arbitre renvoie les joueurs aux vestiaires. Pas parce qu'il trouve le spectacle indigeste, non. La faute au vent et à la pluie. 43 minutes plus tard, la partie reprend, mais rien ne change. 1-1 score final. Toujours pas de victoire pour Corinne Diacre à la tête de Clermont, l'AJA ne parvient pas à enchaîner après sa victoire inaugurale et laisse filer son voisin troyen en tête de la Ligue 2.

Les braqueurs


Après son match nul à Marcel-Picot, Nancy est revenu aux fondamentaux. Une ode à Pablo Correa. Avec en point d'orgue, une ouverture du score dégueulasse à la 11e minute, profitant d'une grosse erreur du gardien orléanais, Renault. Sur une sortie anodine sur corner, il relâche inexplicablement le ballon. Amadou suit et la pousse au fond d'un tacle à l'arrache. Un but bien moche. Prend-ça, Moncef Zerka. Ensuite, Nancy défend. Sans génie, mais efficace. Les promus orléanais poussent, touchent la barre, tirent à côté et à la fin, c'est Nancy qui gagne. 1-0.

Au Stade océane, longtemps on a cru que Le Havre avait bien réagi après sa défaite à Auxerre. Longtemps on a cru que les Normands avaient fait le plus dur en ouvrant le score avec Le Bihan, à la 73e. Mais l'opération hold-up a fonctionné à merveille pour des Corses venus défendre à onze en Normandie. Dans les arrêts de jeu, Lardi égalise pour le Gazélec après une grosse erreur défensive havraise. Dommage pour des Havrais qui ont fait le jeu dans leur stade. 1-1. Le GFC Ajaccio compte 4 points en deux matchs après avoir battu Valenciennes à la maison.

Par Antoine Beneytou
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

floyd pink Niveau : CFA
putin ce fou rire que j'ai eu en voyant le titre, et donc en apprenant que Piquionne jout toujours au foot
ThisIsAnfield Niveau : Ligue 2
Note : 2
Putain ce fou rire que j'ai eu en voyant ton commentaire, et donc en apprenant que le verbe "jouer" prenait un "t"
A ce que je vois, l'esclavagisme bat son plein du côté de Créteil.

Sacré Piniok.
En attendant Gazelec-ACAjaccio la semaine prochaine...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Paris commence par un nul
8 5