1. //
  2. // Bilan

Troyes au quart de Tours

Troyes mène avec succès une guerre contre les pronostics. Le promu étonne et détonne avec le maillot jaune sur les épaules au quart du championnat, devant l'outsider Tours. Bilan de la L2 après neuf journées. Supporters grenoblois et messins, soyez forts, on pense à vous.

0 0
Pas de doute, le banc du Stade de l'Aube est taillé pour lui. De retour à la tête de l'Estac, après un exil raté de trois ans, Jean-Marc Furlan a rapidement retrouvé ses marques. Troyes (1er), c'est l'histoire d'un leader à trois défaites et seulement douze buts marqués. Mais si on regarde le verre à moitié plein, on note alors les six succès, dont quatre à l'extérieur, le dernier sur le terrain de Dijon le week-end dernier. Les idoles de Raphaël Mezrahi profitent de l'effet de surprise pour engranger des points. Même s'il y a peu de chances de voir les Troyens pérenniser cette réussite, l'avance prise sur la zone de relégation est déjà conséquente (+11).

Il fait pour l'instant bon d'avoir débuté la saison avec le costume de candidats potentiels à la montée. Celui de favori est parfois trop large, on y reviendra. Mais pour Tours, Sedan et l'Evian-Thonon-Gaillard FC, les ambitions donnent des ailes. Si Tours (2e) reste sur trois rencontres sans victoire, les Bleus d'Indre-et-Loire sont bâtis pour jouer bien plus qu'un rôle de trouble-fête. Surtout quand on compte dans ses rangs le meilleur buteur du championnat : Abraham Guié Guié, Ivoirien à neuf réalisations, parfait successeur d'Olivier Giroud. Souvent cité, jamais placé, Sedan (3e) est l'attaque la plus prolifique de L2 avec 20 buts. Dont cinq inscrits au gardien istréen Michaël Ménétrier. Enfin, l'ETGFC (4e), longtemps en tête, s'éclate sous la houlette de Bernard Casoni. Spéciale cace-dédi à l'ancien Rennais Olivier Sorlin ou au prometteur buteur Kévin Bérigaud.

Relégués à jouer les figurants

Pas un seul relégué dans le Top 7 du championnat, ça fait tache. Grenoble (20e) a changé de division, pas de position : celle de lanterne rouge. Déjà sept revers au compteur, un Mécha Bazdarevic lessivé qui a jeté l'éponge, un Yvon Pouliquen qui peine à trouver la solution... Et pour couronner le tout, les dirigeants japonais tentent d'ouvrir le capital à d'autres entreprises asiatiques. Seule équipe invaincue, Boulogne (8e) s'impose comme le roi du nul. Les Nordistes ont déjà partagé sept fois les points depuis le début de la saison. Le Mans (9e) n'a pas démarré aussi fort que prévu mais fait preuve d'une sacrée force mentale : par trois fois, les Sarthois ont gratté des points dans les arrêts de jeu.

D'autres cadors balbutient leur football, à l'image de Nantes (6e), Le Havre (7e) voire Angers (11e). Les Canaris n'impressionnent guère malgré un Filip Djordjevic qui est, lui, impressionnant avec ses six buts. Mais pour une fois depuis bien longtemps, la crise n'a pas envahi la Jonelière en début de saison. On ne peut pas en écrire autant pour Metz (18e). Les Grenats n'ont tout simplement pas encore quitté la zone rouge ! Mais comment espérer mieux quand on ne fait trembler les filets que quatre fois en neuf matches ?

Que retenir d'autre de ces deux mois de combats ? Des confirmations d'abord : Reims (19e), Istres (17e) et Laval (16e), qui n'ont remporté qu'un seul succès, vont devoir batailler jusqu'en mai pour éviter de descendre à la cave. Ensuite, Michel Der Zakarian doit se dépêcher de colmater les brèches pour que son équipe de Clermont (15e) abandonne l'étiquette de pire défense, avec 18 buts encaissés. Terminons en tirant notre chapeau à Châteauroux (5e), qui rebondit parfaitement après avoir flirté avec la relégation l'an passé. Bravo également à l'excellent Sebastian Ribas, buteur de Dijon (12e), qui possède le talent pour aller plus haut. L'Uruguayen, passé par l'Inter Milan, a tout de même claqué un triplé en dix minutes contre l'ETG ! Les buts, c'est d'ailleurs la marque de fabrique de la L2 : 34 inscrits lors de la 9e journée, record de la saison. Prends ça la L1.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0