1. // Enquête
  2. // Agents
  3. // Salaire

Trop payés les agents ?

Le 10 mars dernier, le Conseil stratégique du football professionnel européen a condamné le « pourcentage des commissions des agents sur les transferts » . En d'autres termes, les agents sont trop payés. On a sonné les intéressés.

Modififié
13 36
Le lundi 10 mars dernier, le Conseil stratégique du football professionnel européen (CSFP) planchait sur une étude portant sur le système des transferts en Europe, commanditée par le syndicat des clubs européens (ECA), et réalisée en binôme par l'université Carlo-Cattaneo (Italie) et le cabinet PricewaterhouseCoopers. L'étude livrait le résultat suivant : sur les transferts de la période 2011-2013 (plus de 14 000 mouvements de joueurs), les commissions payées aux agents mandatés par les clubs montaient à 14,6% de la valeur des transactions. Le CSFP a illico «  dénoncé le pourcentage des commissions perçues par les agents sur les transferts et a appelé à une réglementation dans ce domaine » . Ce communiqué officiel de l'UEFA se garde bien d’approfondir le sujet.

Agent, la peste ou le choléra du football international ?

Stéphane Canard est le premier en France à avoir obtenu la licence d'agent FIFA en 1995. Pour lui, le CSFP ne fait que suivre la mode qui consiste à taper sur les agents : « On sort un point particulier et on en fait une situation globale. On a toujours tendance à jeter l’opprobre sur les agents comme s'ils étaient la peste ou le choléra du football international. Il y a quelque temps, la FFF avait tenté de limiter à 6% et les agents avaient eu gain de cause au Conseil d'État. Dans les textes, on est plafonné à 10%. Dans d'autres pays, il y a plus de liberté, mais en France, on est réglementés. Ceux qui ne respectent pas le plafond doivent être sanctionnés. Tous les contrats sont déposés à la Fédération française et donc vérifiés. »

En France, tout va bien si l'on en croit d'autres agents comme Sonia Souid ou Franck Belhassen. Le plus gros problème reste l'uniformisation des règles entre les pays. Et pour la mener à bien, Alain Gauci brandit le modèle anglais comme modèle : « Vous faites une affaire en Angleterre, tout passe par la fédération. On est payé dès que tout a été vérifié et certifié conforme. Il faut faire partout pareil : que des agents licenciés, avec un mandat, des commissions entre 5 et 10%. Il faut que la législation existante soit appliquée scrupuleusement. Pas de licence d'agent ? Dehors ! » Le représentant de Brice Jovial veut faire la peau aux agents sans licence: « Les dépassements sont le fait de pseudo-agents qui ne rendent pas de comptes aux fédérations. Quand on aura fait le ménage, cela ira mieux. Avec les cousins, les parents, les amis... Cela complique tout. En Angleterre, on vous demande si vous avez un mandat du joueur. Vous n'en avez pas ? Au revoir ! »

Les clubs premiers responsables des abus

Franck Belhassen, l'un des agents les plus actifs en France, pense que la solution doit venir des payeurs : « C'est aux clubs de s'imposer une discipline, notamment celle de ne travailler qu'avec des agents licenciés. Le problème vient surtout des clubs prêts à tout pour le recrutement de certains joueurs. Logiquement, un agent licencié ne demandera jamais plus de 10% de commission. S'il se permet de demander, le club doit savoir dire non. Ce sont les clubs qui paient, la solution viendra d'eux. »

Sonia Souid en a marre : « Quoi qu'il en soit, les agents sont toujours les premiers sur qui on tape » . Son sentiment fait écho au discours de Stéphane Canard, pour qui les difficultés du métier sont mal appréhendées. Celui qui gère les intérêts de Raymond Domenech pointe notamment la surpopulation dans la profession, laquelle peut amener aux dérives dénoncées par le CSFP : « Pour les taxis, les pharmaciens, la limitation existe, pas chez les agents. Le fait que l'on sache identifier le nombre de joueurs pros entre la Ligue 1 et la Ligue 2, ajouté au fait qu'on ait 345 agents, avec un ou plusieurs collaborateurs sous contrat, des avocats, des familles de joueurs... On peut considérer qu'il n'y a pas loin d'un agent par joueur. » Trop d'agents, le gâteau est donc trop petit : « Ces 345 agents pour gagner leur vie ont donc intérêt à faire bouger les joueurs de manière répétée. En refusant de limiter le nombre d'agents, on a créé un monstre que l'on a du mal à maîtriser. »

Mendes et Raiola, deux baobabs qui cachent la forêt

Dans l’inconscient collectif, les niveaux et montants des commissions des agents font tiquer. Pourtant, Alain Gauchi préfère tempérer: « Il ne faut pas oublier que l'agent a aussi énormément de dépenses pour mener à bien une négociation et risque de ne pas voir le transfert aboutir. De toute façon, l'étude est hors sujet car l'agent ne touche pas d'argent sur le montant du transfert. Sa rémunération est indexée sur le salaire brut annuel et les primes à la signature » . Football Manager aurait donc menti?
Histoire d’illustrer les propos de Gauchi, Stéphane Canard offre une petite simulation de rémunération, commission maximale de 10% sur un salaire annuel net à un million d'euros, plus ou moins un Florian Thauvin: « Prenons l'exemple d'une commission de 100 000 euros TTC. Là-dessus, je reverse les 20% de TVA à l'État, il me reste donc 80 000 euros pour l'entreprise. Si l'entreprise est bien gérée et dégage du résultat, sur ces 80 000 euros, elle va payer 36% d'impôts sur les sociétés. Il me reste environ 50 000 euros. Si je suis partenaire à 50% de l'entreprise par exemple, il me reste 25 000 que je me verse sous forme de dividendes annuelles. Là-dessus, j'ai des taxes diverses et variées à hauteur de 15% qui me sont retenues dans l'entreprise. Il me reste à peu près 21 000, sur lesquels il me restera les impôts sur le revenu à payer. Si je considère que je paie près de 50% d'impôts, il me reste 11 000 ou 12 000 euros. » C'est toujours mieux que le RSA, mais à en croire l'intéressé, peu sont ceux qui ont la chance de raquer pour le trésor public : « Sur les 345 licenciés FFF, peut-être 100 ont une activité qui leur permet d'émettre une facture, et seulement une trentaine en vit complètement. » Dans l'univers des agents, tout le monde ne s'appelle pas Mendes ou Raiola...


par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Et ceux qui ne sont pas agents du tout mais touche une com on ne sait pas trop comment, c'est pas une plaie aussi? (Anigo...)
L'exemple de la comm à 100.000€ à la fin c'est du gros n'importe quoi!
D'abord le mec calcule son impôt sur les sociétés sur son CA HT, ce qui signifie qu'il a 0 charge, ensuite il déclare qu'il paie 50% d'impôt sur le revenu, ce qui est plus que la dernière tranche d’imposition en France... Bref son exemple n'a ni queue ni tête et est pure démagogie!
Sinon quitte a faire un article sur les agents, ce serait interessant d'en savoir un peu plus sur leur quotidien, leurs deplacements, leurs petites gueguerres pour choper les jeunes, les difficultes a trouver des pistes en France et ceux qui placent leur joueur dans les pays de l'Est, etc...
Bon c'est surement plus un sujet pour le mag que le site mais ce serait pas mal, ca permettrait de mieux comprendre comment fonctionnent ces gens et leur profession, surtout pour ceux qui ne sont pas des Raiola ou Mendes justement.

Parce qu'il y a des phrases interessantes dans ce petit article mais rien n'est developpe et il n'y a aucune comparaison reelle entre les differents modeles. C'est dommage parce que c'est un sujet interessant et de plus en plus present dans les debats vu qu'on rale en permanence sur les "jeunes d'ajourd'hui qui n'ont rien prouve, sont trop payes et n'ont aucun respect".

Exemples de phrases interessantes qui auraient pu mener a plus de developpement:
* "En Angleterre, on vous demande si vous avez un mandat du joueur. Vous n'en avez pas ? Au revoir !" -> Comment ca se passe dans les differents pays? A quel point est-ce respecte? Y a-t-il des "agents ecrans"?
* "De toute façon, l'étude est hors sujet car l'agent ne touche pas d'argent sur le montant du transfert. Sa rémunération est indexée sur le salaire brut annuel et les primes à la signature " -> Est-ce vrai partout? Et comment on gere la relation avec les fonds qui possedent un pourcentage d'un joueur? Comment ces realtions on fait evoluer le metier? Va-t-on vraiment vers une globalisation de ce modele?
* "« Ces 345 agents pour gagner leur vie ont donc intérêt à faire bouger les joueurs de manière répétée. En refusant de limiter le nombre d'agents, on a créé un monstre que l'on a du mal à maîtriser. »" -> Combien de joueurs ont ces agents? Est-ce le nombre d'agents representant des joueurs francais ou qui ont le droit de faire des transferts en France/a l'etranger?
Note : 4
Ya pas une petite photo de Jennifer Mendelewitsch pour illustrer l'article ?
Message posté par Pig Benis
Ya pas une petite photo de Jennifer Mendelewitsch pour illustrer l'article ?


http://www.sofoot.com/jennifer-mendelew … 72745.html
La voila la coquine
PhoenixLite Niveau : Loisir
Mouais, fin si tout était toujours déclaré au FISC ça se saurait...

Autant la jouer caliméro c'est p'tet un peu exagéré, mais ils ont raison sur un point : ils ne sont pas les seuls responsables de la folie des transferts ces derniers temps.
LibidoPostToxico Niveau : National
Raiola est enrobé comme un loukoum !
je résume: les agents sont gentils, les faux-agents sont les coupables et les clubs leurs complices. j'ai bon?

puis en Angleterre, pépère, la fédé gère tout. faudrait faire comme eux...

ouais bah t'as pas vu comment la FFF galère! laissons-les en dehors de tout ça stp, ils font pitié sur les primes, alors les commissions...
En même temps si le mec est imposé à 50% sur ses revenus il ne doit pas se dégager un salaire de 10 K€ par an (mais au moins 150 K€), donc on ne va pas trop chialer non plus...
AirForceOne Niveau : CFA2
Mino est le plus fort ! Le mec sait faire monter les enchères
Je serais curieux de connaitre les chiffres sur les.agents dans d'autres domaines type cinema ou musique etc.
50% d'impôts après 36% d'IS,
N'importe quoi.
Pauv type.
Quand tu vois la dégaine de Mino Raiola, tu sens clairement que s'il était pas devenu agent de joueurs de foot, le mec aurait fini capo dans la Camorra.
AirForceOne Niveau : CFA2
En tout cas nous connaissons tous la plaque de Camara. Si tu veux te faire flasher copies la plaque de la Smart
Message posté par Bendaut
L'exemple de la comm à 100.000€ à la fin c'est du gros n'importe quoi!
D'abord le mec calcule son impôt sur les sociétés sur son CA HT, ce qui signifie qu'il a 0 charge, ensuite il déclare qu'il paie 50% d'impôt sur le revenu, ce qui est plus que la dernière tranche d’imposition en France... Bref son exemple n'a ni queue ni tête et est pure démagogie!


Salut Bendaut, l'exemple ne reste qu'un exemple : il est absolument simpliste. La commission dans son cas n'est pas un salaire versé par un club mais le paiement d'une prestation de service, et la somme arrive sur les comptes de l'entreprise. Par contre, s'il est salarié de la structure, il touche aussi un salaire mensuel (chargé). Ensuite, 50% d'impôts, Canard est l'un des plus importants agents en France, cela signifie donc que les agents les plus influents ont d'énormes revenus. Mais ils sont peu à ce niveau.
Message posté par Headbutt
Sinon quitte a faire un article sur les agents, ce serait interessant d'en savoir un peu plus sur leur quotidien, leurs deplacements, leurs petites gueguerres pour choper les jeunes, les difficultes a trouver des pistes en France et ceux qui placent leur joueur dans les pays de l'Est, etc...
Bon c'est surement plus un sujet pour le mag que le site mais ce serait pas mal, ca permettrait de mieux comprendre comment fonctionnent ces gens et leur profession, surtout pour ceux qui ne sont pas des Raiola ou Mendes justement.

Parce qu'il y a des phrases interessantes dans ce petit article mais rien n'est developpe et il n'y a aucune comparaison reelle entre les differents modeles. C'est dommage parce que c'est un sujet interessant et de plus en plus present dans les debats vu qu'on rale en permanence sur les "jeunes d'ajourd'hui qui n'ont rien prouve, sont trop payes et n'ont aucun respect".

Exemples de phrases interessantes qui auraient pu mener a plus de developpement:
* "En Angleterre, on vous demande si vous avez un mandat du joueur. Vous n'en avez pas ? Au revoir !" -> Comment ca se passe dans les differents pays? A quel point est-ce respecte? Y a-t-il des "agents ecrans"?
* "De toute façon, l'étude est hors sujet car l'agent ne touche pas d'argent sur le montant du transfert. Sa rémunération est indexée sur le salaire brut annuel et les primes à la signature " -> Est-ce vrai partout? Et comment on gere la relation avec les fonds qui possedent un pourcentage d'un joueur? Comment ces realtions on fait evoluer le metier? Va-t-on vraiment vers une globalisation de ce modele?
* "« Ces 345 agents pour gagner leur vie ont donc intérêt à faire bouger les joueurs de manière répétée. En refusant de limiter le nombre d'agents, on a créé un monstre que l'on a du mal à maîtriser. »" -> Combien de joueurs ont ces agents? Est-ce le nombre d'agents representant des joueurs francais ou qui ont le droit de faire des transferts en France/a l'etranger?


Très bonne idée, je vais voir ce que je peux faire ;o)
Message posté par JacK B
je résume: les agents sont gentils, les faux-agents sont les coupables et les clubs leurs complices. j'ai bon?

puis en Angleterre, pépère, la fédé gère tout. faudrait faire comme eux...

ouais bah t'as pas vu comment la FFF galère! laissons-les en dehors de tout ça stp, ils font pitié sur les primes, alors les commissions...


Il n'y a ni gentils ni méchants, juste des mecs (et des meufs) qui cherchent à (bien) gagner leur vie.
Et Jennifer Mendelewitsch, qu'est-ce qu'elle en pense?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Sea, sex and Sunzu
13 36