En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options

Trop d'étrangers en Italie pour Sacchi

Modififié
Après avoir récemment fustigé la Serie A dans son ensemble, Arrigo Sacchi a identifié un problème plus précis.

Lors de la remise du prix Maestrelli, ce lundi soir, à Montecatini Terme en Toscane, l'ancien entraîneur notamment du Milan AC et de l'équipe d'Italie s'est en effet emporté contre la présence de trop de joueurs étrangers en Italie : « J'ai honte d'être italien. Vous aussi - les journalistes - devriez avoir honte. Pour avoir du succès, on est prêt à vendre notre âme au diable. L'Italie n'a pas de dignité et d'orgueil. Il y a des équipes avec 15-16 joueurs étrangers, parce qu'on met le business au premier plan. Quand on fait cela, le football ne peut pas avoir de succès. On peut voir historiquement avec l'invasion des étrangers, que cela a été mal non seulement pour la Nazionale, mais aussi pour les clubs. Les années d'or ont été de 89 à 2005. À cette époque, on a été 10 fois en finale sur 11 éditions en Coupe de l'UEFA, et 8 fois en 11 éditions (en réalité 9 fois sur 10, ndlr) en Ligue des champions. Avec très peu d'étrangers, mais des bons » , a asséné Sacchi.

« Je ne suis pas raciste. Mon histoire en tant qu'entraîneur le démontre. J'ai regardé le tournoi de Viareggio aujourd'hui (lundi) et je me dois de dire qu'il y a trop de joueurs de couleur, déjà dans les équipes primavere. C'est une offense pour le football italien. Quand j'étais au Real Madrid, les journalistes et les tifosi nous critiquaient parce qu'on n'avait pas de joueurs de la cantera espagnole. Cela n'arrive jamais en Italie. Nous sommes un peuple qui n'a pas de dignité et d'orgueil pour son propre pays » , a conclu le mage de Fusignano.


On est curieux de voir les réactions du monde du football pour des propos finalement très similaires à ceux prononcés, l'été dernier, par Carlo Tavecchio, le président de la Fédération italienne, suspendu en conséquence six mois par l'UEFA. EM2
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3