1. //
  2. // Bratislava/PSG (0-0)

Triste Paris

Que ce fut triste ! Haché, faible techniquement, et pauvre en occasions, ce match entre le Slovan Bratislava et le PSG fut une sacrée purge. Les Parisiens, trop individualistes ont déçu et ramènent, à 9 contre 11, un point presque inespéré au final.

Modififié
0 3
Bratislava - PSG : 0-0

Après le coup d'arrêt contre Bilbao lors de dernière journée, le PSG était dans l'obligation de l'emporter ce soir face au Slovan Bratislava, bon dernier du groupe. Mais force est de constater que, malgré les millions alignés cet été, le Paris Saint-Germain ne dispose pas d'un banc si conséquent que ça. La preuve avec la titularisation d'Erding en pointe et le positionnement de Sylvain Armand en milieu récupérateur. Du coup, le PSG version Europa League n'a pas grand chose à voir avec la formation évoluant en championnat. Mais contre le quatrième du championnat slovaque, ça aurait quand même dû suffire.

Le début de match est assez indigeste. Paris se contentant de faire tourner derrière sans trouver la faille. Et lorsque le décalage est fait, Tiéné s'empresse de centrer en tribune (15è). Il s'en faut d'ailleurs de peu pour que le Slovan ouvre le score. Idéalement placé aux 20 mètres, Zofcak caresse le cuir pour l'envoyer dans la lucarne de Douchez. Ce dernier s'arrache pour la sortir en corner (21è). Une occasion qui a le mérite de secouer, un tantinet, des Parisiens peu inspirés. Quatre minutes plus tard, Nenê perfore l'axe slovaque et glisse une merveille de passe dans le dos de la défense pour Erding. Le Turc tente l'extérieur mais Hroso l'avait vu venir (25è). Peu à peu, donc, le PSG impose son style et se montre davantage menaçant. Reste à conclure les actions. A la 34e minute, Ménez déboule sur son aile gauche, se retrouve en position idéale pour servir, en retrait, Erding parfaitement placé au point de Penalty. Oui mais non, Jérémy veut briller. Résultat : une frappe écrasée dans les gants de Hroso.

Paris sous tension

Compte tenu du score à la pause, on osait imaginer une réaction d'orgueil des Parisiens après le repos. Mais excepté un corner dangereux à la 47è minute, où Erding et Lugano rivalisent de maladresse, il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Le rythme est toujours aussi lent et les actions franciliennes gâchées par des excès d'individualisme. Nenê, à la 57è, traduit à la perfection ce manque de liant. Le Brésilien perce jusqu'à l'entrée de la surface adverse et à partir de ce moment, plus personne n'existe. Ménez a beau gesticuler sur sa gauche pour être servi et être en position idéale pour ouvrir le score, Nenê préfère envoyer un pétard en pleine lucarne. Problème, la réalisation est dégueulasse et le ballon file en tribune. La situation semble alors désespérée mais Clément Chantôme n'est pas de cet avis et décide de rajouter à la difficulté parisienne du soir en récoltant un deuxième jaune pour une faute sur Grendel (64è).

Dans la foulée, Kombouaré sort Erding pour Ceara. Les intentions sont claires. Sauvons ce qui peut encore l'être. Quelques minutes plus tard, AK passe à l'étape supérieur. Il pense déjà au prochain match de championnat. Exit Pastore, méconnaissable ce soir, et bonsoir Gameiro. La fin de rencontre est tendue et les Parisiens, vexés de ne pas disposer aisément des Slovaques, pètent une durite. Sur une contre-attaque adverse, Tiéné se charge de stopper à sa façon Stepanovsky et prend, lui aussi, un deuxième jaune. Les dix dernières minutes se résument alors à une attaque défense entre les deux équipes. Mais à 9 contre 11, ce PSG-là ne peut que résister. Le coup de sifflet final arrive comme une délivrance. Visiblement peu motivés par ce déplacement, les Parisiens, deuxièmes du groupe ce soir, se satisferont de ce maigre point et devront faire le boulot à domicile pour ne pas décevoir le Prince.



Sylvain Michel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

luckystar Niveau : CFA
La belle semaine européenne des Français conclue en beauté... Heureusement, celui-là, j'avais eu l'intuition de ne pas le regarder.
Suffisance Suffisance Suffisance....

Pastore et Menez ont été des vrais branleurs hier...
Incroyable de constater le manque de motivation sur le terrain de certains joueurs hier soir...Comme si le PSG n'était pas intéressé par l'Europa League.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'Udinese, Blaise!
0 3