1. //
  2. // 38e journée

Triple Sow

Gens qui rient, gens qui pleurent. La défaite de Monaco face à Lyon file le sourire à pas mal de monde. Sur les pelouses de Ligue 1, l'heure est au soulagement, aux déceptions, mais aussi et surtout aux vacances. C'est passé vite...

Modififié
0 2
Nancy 4-0 Lens

C'est ce qu'on appelle finir en “mocheté”. Mauvais et résignés depuis leur relégation officielle, les Lensois ont terminé la saison de la pire des manières. Sur tous les plans. Peut-être supplié par les Monégasques de ne pas prendre de but à Marcel Picot, Laszlo Bölöni a trouvé le moyen d'aligner un 4-1-5 jamais vu en Ligue 1 cette saison, et jamais depuis la première Guerre Mondiale en fait. Capables d'offrir un peu de lol avant même la partie, les Lensois ont prouvé qu'aligner un mur de défenseur ne servait pas à grand chose quand on ne sait pas quoi faire du ballon. Martyrisés par les frappes de mule de Pascal Bérenguer, les coéquipiers d'Adil Hermach ont craqué à quatre reprises. Le temps pour l'homme en forme de l'AS Nancy-Lorraine se nettoyer deux fois la lucarne nordiste et pour Marama Vahiura de pagayer. Pablo Correa ne finira pas son périple nancéien sur une relégation.

Lille 3-2 Rennes

Le véritable enjeu de la soirée pour les joueurs du LOSC était le troisième trophée de la saison : le titre de meilleur buteur. En duel à distance avec le redoutable Kevin Gameiro, Moussa Sow, bien aidé par ses partenaires, a claqué un petit triplé pour s'assurer le sésame. Côté Rennais, la fin de saison catastrophique fait mal. Et ce qui devait arriver arriva : défaits à Villeneuve d'Ascq malgré le magnifique csc d'Aurélien Chedjou, les Bretons voient Sochaux les coiffer au poteau. Si le championnat avait continué tout l'été, les Rennais auraient probablement terminé en Ligue 2.

Arles-Avignon 1-3 Sochaux

C'est bon. Le calvaire arlésien est terminé. La saison de galère s'est achevée comme elle a commencé, par une défaite. Face à une équipe de Sochaux en pleine bourre, la tâche n'était pas aisée. Rapidement menés au score, suite à une Panenka de Boudebouz (oui, pour humilier Arles, il y a du monde...), les locaux avaient pourtant trouvé les ressources nécessaires pour égaliser. Galvanisés par la possible cinquième place, les joueurs de Francis Gillot n'ont pas laissé filer une si belle occasion. Nogueira puis Maïga, sont venus offrir le succès aux Doubistes, qui peuvent prendre des vacances bien méritées.

Brest 0-2 Toulouse

Les Brestois le savaient, même en cas de défaite, la relégation était quasiment impossible. Alex Dupont, qui exigeait que ses joueurs affichent un joli sourire toute la semaine à l'entraînement, avait raison. Pas de souci à se faire. Un brin trop détendus, les Bretons ont offert un joli doublé au Toulousain Pentecôte avant le week-end de l'Ascension. Les joueurs d'Alain Casanova voleront la vedette au Stade Toulousain l'espace d'un soir. Brest est maintenu. Tout le monde est content.

Caen 2-2 Marseille


Le mariage de Stéphane M'Bia a laissé des séquelles dans la charnière centrale phocéenne. Médiocre depuis quelques matches, celle qui a fait le succès de l'équipe de Didier Deschamps la saison passée est plus fébrile que jamais. Punie à deux reprises suite à des buts de Mollo et Niang, homme providentiel de la fin de saison normande, la défense marseillaise peut remercier Loïc Rémy. Bonne affaire du mercato estival de l'OM, l'ancien niçois a planté ses neuvième et dixième buts en treize rencontres. C'est ce qu'on appelle bien finir la saison. Taiwo et Heinze ont joué leur dernier match, Lucho voudrait se tirer. C'est le début de l'été, le bordel à Marseille ne fait que commencer.


Lorient 1-2 Auxerre

Kevin Gameiro a tout perdu. Pas de titre de meilleur buteur, pas de victoire, pas de Coupe d'Europe. Dominés par des Auxerrois décomplexés, les joueurs de Christian Gourcuff se sont inclinés 1-2 sur le synthétique du Moustoir. Pourtant, tout avait bien commencé puisque Gameiro himself avait ouvert le score à la 20ème minute, cinq minutes avant que Ecuele Manga, en difficulté avec son football suite à un centre de Sammaritano, égalise d'un csc. En Ligue des Champions face au Real Madrid, relégables, puis à la lutte pour le maintien, les Auxerrois terminent leur saison montagnes russes à la neuvième place. N'importe quoi cette Ligue 1.

Bordeaux 2-0 Montpellier

Un match sans enjeu, aux fausses allures de jubilé d'Ulrich Ramé. Pour son dernier match sous les couleurs bordelaise, le portier du sacre girondin de 1999 aura eu un double-cadeau : victoire et standing ovation après sa sortie à la 56ème minute. Pas décidés à se laisser faire, les Montpelliérains, en manque de solution technique, ont répondu par le physique. Résultat, deux cartons rouges et un attentat de Marveaux sur Trémoulinas. Le finale du top 14, c'est pas ce week-end.

Swann Borsellino

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Vous êtes durs avec Rennes, qui a certainement fait son meilleur match depuis 15 rencontres, et qui ne méritait absolument pas de perdre (cet amour de ballon de Leroy sur le poteau...cruel !). Ceci dit, vous n'avez peut-être pas tort au vu de la piètre prestation de la semaine dernière. Que cette intersaison va faire du bien !
Ramé est "le portier du sacre girondin de 1999" comme vous dites mais en 2009? C'était quand même le capitaine de l'équipe championne en 2009.
Merci Ramé et bon courage.

Sinon le passage sur Auxerre est un excellent condensé de cette saison de L1 complètement folle où aucune tendance claire pour le classement final ne s'est dessiné avant la 60em de la dernière journée....
"En Ligue des Champions face au Real Madrid, relégables, puis à la lutte pour le maintien, les Auxerrois terminent leur saison montagnes russes à la neuvième place. N'importe quoi cette Ligue 1."
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
On était à Wembley
0 2