1. //
  2. // River Plate

Trezeguet montre la voie

La dernière réalisation de David Trezeguet avec River Plate lui a valu une nouvelle pluie d'éloges en Argentine. Les espoirs de remontée du peuple millonario reposent désormais sur les miracles du goleador.

0 6
Neuf buts en treize rencontres de championnat. Match après match, David Trezeguet empile les buts sous les couleurs de River Plate, pour le plus grand bonheur de ses supporters, de ses coéquipiers et de son coach, Matias Almeyda, sous pression permanente. Grâce à sa nouvelle réalisation ce week-end -un coup de tête puissant au second poteau- face à Gimnasia de Jujuy (1-0), le Français permet à River de ne pas décrocher du peloton de tête du Nacional B, avec un seul point de retard sur Instituto de Cordoba, le leader, à égalité de points (mais avec un meilleur goal-average) avec Rosario Central et quatre points d'avance sur le quatrième, Quilmes. Le cinquième (Boca Unidos) étant relégué à douze points, ce total lui garantit presque de disputer au minimum les barrages pour la montée, à six journées de la fin du championnat. Mais Almeyda et sa troupe se refusent à l'idée de jouer leur saison sur deux instances à haut risque, face à un club de Primera, qui pourrait être...San Lorenzo, l'un des cinq grands clubs historiques du pays, bien mal en point à l'heure actuelle.

La presse en fait un saint

En grand compétiteur qu'il est, l'ancien goleador des Bleus a bien saisi le message et - après avoir offert la victoire contre l'actuel leader Instituto de Cordoba, au Monumental (1-0 également), il y a quinze jours - a remis le couvert en délivrant les siens d'un "cabezazo" libérateur. "Quand la balle était une boule de feu, quand le murmure du public reflétait l'impatience pour le triomphe qui paraissait s'échapper, quand le brouillard convertissait le Monumental en une scène remplie de fantômes, quand les idées venaient à manquer et les jambes commençaient à peser, quand River n'arrivait pas à trouver le chemin pour rompre la barricade défensive imposée par Gimnasia de Jujuy...David Trezeguet, le footballeur le plus déséquilibrant de la Nacional B, est apparu pour défaire ce noeud et mettre fin aux souffrances, sceller le serré mais juste succès (1-0) et lancer la fête", déclame Alberto Cantore, éditorialiste du quotidien La Nacion, pour le moins sous le charme.

"Miracles" et "apparitions divines"

Les éloges n'en finissent plus de pleuvoir sur le buteur tricolore. "Ce que réalise David Trezeguet ressemble à une question religieuse. Comme s'il s'agissait d'une mission dont on lui aurait confié la charge, il a de nouveau offert la paix à River sur le chemin de la catégorie supérieure. Chaque action, depuis son arrivée à Nunez, donne lieu à une célébration particulière. Peut-être est-ce pour cela que ses apparitions revêtent quasiment un aspect divin (...)", enchaîne Andrés Vazquez, l'un de ses confrères. Trezeguet a définitivement enfilé le costume de sauveur de la Banda. "Tandis que la nuit commence à envelopper le Monumental, Trezeguet rend le miracle possible. Et permet que les fidèles Millonarios croient à nouveau et puissent se libérer de tant de souffrance", poursuit Daniel Avellaneda, du journal Clarin. Pas de quoi émoustiller le champion du monde 98. "Gimnasia a joué très bas et on a eu du mal à trouver l'ouverture. Nous savons qu'il nous reste six finales. Cette victoire est très importante après notre match nul (la semaine dernière) contre Aldosivi. Il faut prendre cela avec calme, mais nous voulons être champion, et pour cela, nous allons donner le maximum jusqu'à la fin", se contente d'affirmer la nouvelle idole des Millonarios. Avec le sang-froid qui caractérise la race des grands buteurs.

Le coup de tête de Trezeguet
Youtube


Par Florent Torchut, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

C'était un dieu a Monaco, un dieu à la juve, c'est un dieu a River...
Grand parmis les grands
Une légende
Abilbelnarqaw Niveau : DHR
Dommage qu'il ait jamais réussi à s'imposer en EdF, il en avait le talent mais avec Domenech fallait pas trop demander (entre Snake, Pirès et lui ...)
c clair que j'ai les boules quand je repense à son entente avec Henry en 2003 (remember contre l'Allemagne). Mais avec un système à 18 défenseurs, c'était mort pour lui. P----n, avec lui en pointe, Pirès et Giuly, on aurait une 2e étoile sur le maillot tricolore....merci ray-do.
Captain_H Niveau : DHR
Putain vous m'haves trop donné envie j'viens d'le reregarder :

http://www.youtube.com/watch?v=7dswX9yRddE

J'en reviens pas du level qu'il y avait à l'époque! Entre Henry, Lizarazu, Sagnol, Zidane , Coupet ,Trezeguet, Silvestre, Pirès , etc ... C'est un putain d'film de cul à regarder!
lalbatros Niveau : DHR
Faut arrêter de se faire du mal avec le passé, moi j'suis d'accord avec la rédac' de so foot, Trezegoal à l'Euro c'est loin d'être une utopie franchement, ça fait pas 2 saisons qu'il est parti de la Juve et ses expériences à Herculès (honorable vu le statut du club) et à River (ça ferait rêver de voir un but comme sa reprise y'a quelques semaines, mais contre une équipe nationale !!) prouvent qu'il est pas du tout cuit, et lui contrairement à Zidane je crois pas qu'il ait pris sa retraite internationale donc pas besoin que son grand-père ou qui que ce soit lui demande de revenir en rêve...
Le goal-average n'a aucune importance en argentine. Si ça restait en l'état, River et Central joueraient un match de départage (desempate), pour savoir qui montera directement et qui jouera la promocion.
Y a des chances pour qu'il y ait une promocion entre River et San Lorenzo, et alors là...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 6