1. //
  2. // River Plate

Trezeguet, la revanche d’une bombe

Non, David Trezeguet n’a pas baissé le pied. Après une expérience ratée dans les émirats, il s’offre une cure de jouvence du côté de River Plate, avec deux buts inscrits en trois bouts de matches.

0 7
Les goleadors ne s’éteignent jamais. Alors qu’on le disait mort pour le football à trente-trois ans, Pippo Inzaghi s’était chargé d’offrir sur un plateau la Ligue des champions 2007 au Milan AC, grâce à un énième doublé de renard. Tandis que ses détracteurs creusaient déjà sa tombe après six mois de purgatoire à Bani Yas, David Trezeguet, trente-quatre printemps, revit sous les couleurs de River Plate depuis plusieurs semaines. Hier, il a inscrit son deuxième but officiel de la saison, sur une passe exquise de l’ancien Bordelais Fernando Cavenaghi. En tout et pour tout, l’ancien international tricolore n’a disputé que quarante-trois minutes de jeu depuis la reprise du championnat. Et livré deux petites «  frutillas del postre » (cerises sur le gâteau) venues étoffer des rencontres déjà acquises, certes.

Deux cerises sur le gâteau

Sa tête décroisée face à Independiente de Mendoza le week-end dernier (3-0) et sa frappe opportuniste contre Desamparados de San Juan (4-1), dimanche, confirment le retour en forme du Français et rappellent aux sceptiques que Trezegol n’est pas fini, même s’il convient de relativiser, River Plate évoluant dans l’antichambre d’un championnat relativement faible. Au-delà de l’aspect purement sportif, le retour au premier plan du champion du monde 98, à l’instar de Thierry Henry à Arsenal, ravit tous les nostalgiques et les romantiques du ballon rond. Trezeguet n’a jamais semblé aussi ému de faire trembler les filets, le quotidien sportif Olé évoquant dans ses colonnes « un gamin de 34 ans  » .

Revanche

Contre le Racing - son premier but, en amical - puis contre Independiente de Mendoza, il s’était frappé la poitrine à maintes reprises tout en déployant des bises virtuelles aux supporters et en arborant un large sourire de débutant, en guise de festivité. Hier, les yeux pétillants, il affichait encore une vraie satisfaction après avoir porté le coup de grâce en toute fin de match. « C’est unique ce que je vis ici, regardez les gens…  » , s’était simplement exprimé la semaine dernière Trezeguet à sa sortie de terrain. Avec un arrière-goût de « revanche » après son échec émirati. Vendredi, il pourrait connaître sa première titularisation en championnat face aux Cerveceros (les Brasseurs) de Quilmes (ville qui a donné son nom à la plus célèbre des bières argentines), actuel dauphin de River. Avec toujours le même objectif en tête : rendre amers ses adversaires.


Par Florent Torchut, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

Et personne n'en a voulu en France il y a quelques mois. Tant mieux pour River !
L'un des meilleurs "9" de l'histoire !! Un grand champion, mais aussi un grand homme !!
nissart06230 Niveau : Loisir
drfv3 : Nice le voulait cet été mais le salaire ne lui convenait pas, dommage !
Bien bel article Florent!
waynerooney Niveau : CFA
Encore merci pour ton but en or Trezegoaaal!
C'est pas le premier et seul "français" à jouer en Argentine, le Trez?
Bravo Trezegol, buteur exeptionnel renard, des surfaces!!! Dommage qu'il n'a finalement jamais eu sa chance en EDF
Mon eternel regret: Qu'on (biensur je m'idetifie lol) l'ai rate a Paris pour une connerie
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La semaine Twitter
0 7