1. //
  2. // River Plate

Samedi, le Français a inscrit un doublé synonyme de remontée en première division pour River Plate. L’aboutissement d’un rêve de gosse.

Modififié
31 16
Il en a rêvé. Il l’a fait. David Trezeguet a expédié River Plate en Primera à l’issue d’une demi-saison idéale : « Treze » a inscrit samedi après-midi ses douzième et treizième buts en dix-neuf matches sous la tunique des Millonarios. Une rencontre formidable pour l’ancien goleador des Bleus, qui a toutefois manqué un pénalty en cours de route. River a mal joué, comme la plupart du temps cette saison, mais River a gagné grâce à son numéro 7, toujours aussi opportuniste. En première période, dans une ambiance de feu - et ce, malgré la fermeture du virage des Borrachos del Tablón, la barra brava millonaria (suite à l’assassinat d’un supporter il y a quinze jours) -, il alerte la défense d’Almirante Brown sur une occasion en trois temps qui termine en corner.

Mais Trezegol a très envie de marquer, d’entrer dans l’histoire de ce club qu’il supporte depuis son enfance, de boucler la boucle, après une carrière bien remplie sur le Vieux Continent. À la 50e minute, après un long dégagement, il réalise un une-deux aérien avec Rogelio Funes Mori, entré à la mi-temps à la place de Fernando Cavenaghi, avant de déclencher une frappe sèche du gauche à ras de terre qui vient se loger dans le petit filet du gardien adverse. Un à zéro et le stade qui chavire dans le sillage du « Franchute » (le Français), sur lequel se jette aussitôt l’ensemble de ses coéquipiers.

Sous les yeux du clan

Il se frappe le torse et adresse des baisers en direction de la loge où sont installés sa maman, ses oncles, ses cousins et ses amis d’enfance. Comblé de bonheur, à l’instar des dizaines de milliers de supporters hystériques, il sait qu’il est à deux doigts de reconduire en première division le club qu’il vénérait enfant, après une année en enfer. Une demi-heure plus tard, Martin Aguirre est fauché sur le côté droit de la surface. Tandis que les joueurs d’Almirante Brown se précipitent sur l’arbitre, Trezeguet récupère le ballon. Il se concentre à l’écart. Il sait qu’un second but mettrait quasiment River Plate à l’abri d’un retour.

Il s’élance, avec ses petites foulées à la Roberto Carlos, mais le gardien se couche parfaitement. Les démons de sa finale perdue avec la Juve contre le Milan en 2003 et de la Coupe du monde 2006 ressurgissent. Le Monumental a froid dans le dos. Les minutes passent et River n’est plus sûr de rien, même si deux de ses trois adversaires directs pour la montée trébuchent (Rosario Central perd 3-2 contre Desamparados de San Juan, et Instituto de Córdoba chute 3-0 contre Ferro Carril Oeste, tandis que Quilmes assure contre Guillermo Brown 2-0).

Il aurait pu repartir avec le ballon…

Mais Trezegol ne peut pas rester sur un échec. Sur une offrande de Rogelio Funes Mori, il allume le gardien au six mètres. Délivrance à deux minutes de la fin du temps réglementaire. Le Monumental explose de joie : River va retrouver la Primera. Trezeguet a signé un retour gagnant dans le pays de son enfance, il s’est consacré en héros d’un club dont il est hincha depuis toujours. Il y a un an, il observait depuis les tribunes le naufrage de ceux qui allaient devenir ses coéquipiers. Hier, il a vengé le peuple riverplatense de deux golazos. En l’observant faire le tour d’honneur tout autour de la piste d’athlétisme du Monumental, savourer son pari gagné au milieu des supporters qui ont envahi la pelouse, on se dit que l’expression « boucler la boucle  » n’a jamais été aussi bien illustrée.

Florent Torchut, à Buenos Aires
Modifié

Millonario Niveau : DHR
Note : 1
Son sourire reste immortel
Note : -1
Dommage le hors jeu flagrant de son coéquiper qui lui fait la passe D sur le premier but puis le péno généreusement accordé ensuite.
Trezeguet JTM.
 //  Hooligan della Bourg-Péronnas
Note : 1
L'euro ? Quel euro ?...
Note : 3
Sa change des joueurs qui finissent leur carrière au Moyen-Orient ou en Chine... Lui a décidé de la finir dans son club de cœur.

Bonne continuation à toi champion !!
Coeur*

Au passage l’e dans l’o ne s'affiche pas sur le site.
Note : -1
ouais il est phénoménal, par contre va falloir qu'il arrête de rabaisser les moments passés en Bleus depuis qu'il est à River.
Eternel Trezeguet.
Note : -1
Ay Che bostero vos sos ortiba,
Vos sos amigo de la policía,
En Mar del Plata, no te plantaste,
Con los Borrachos, como cobraste!

Oéoéoéoéoéoéoaaa !!! Trezeguet siempre en mi corazoonn !
Note : 3
Il veut pas passer un coup de fil à la Benz pour lui assurer que c'est sans risque d'approcher la surface ?
c'est EL Xeneize qui doit être content ;)
Harry Redknapp Niveau : District
Juste une question, un peu débile, que je voudrais poser aux connaisseurs du foot Argentin:
Quelle est la prononciation de River Plate ?
-A la "française", avec le "Plate" comme celui dans "assiette plate"
-A l'anglaise, avec le "Plate" façon "plaite"
-On prononce le "V" de River à l'espagnol comme "vamos"...
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
 //  Paris S-G
Quand même ce joueur !! Quel joueur !!!
Il n'a pas vraiment eu la carrière qu'il méritait en équipe de France !
@Harry...on prononce le River presque Rivé (avec un r final presque inexistant) quant au Plate, c'est à l'anglaise...
Dans les chansons des supporters ça donne...
Rivé mi buen amigo, esta campaña volveremos a estar contigo... et ça se termine par cada vez te quiero mas.
riquelmat Niveau : DHR
Nan ça se dit riBer

A riBer le dicen Bandera nacional... Porque su destino era entre las manos de Belgrano.
A riBer le dicen chofer descuidado... Porque arranco en segunda.
A riBer le dicen Mayonesa dietetica...Porque no tiene huevos.
A riBer le dicen ginecologo ... porque baja para conocer el interior

un hincha de riBer sube el aconcagua y grita riBer es de primeraaaaa
y el eco le responde:ERAAA ERAA ERAAAAAAA
Childebert1 Niveau : DHR
Note : 1
Extraordinaire buteur, unique en son genre dans le foot français, joueur qui s'est toujours donné à 100%, ça fait plaisir pour lui de voir qu'il continue à cartonner.
Partenaires
Vietnam Label Le kit du supporter Trash Talk basket
A lire ensuite L’Italie finalement
31 16