1. // Amical
  2. // Argentine/Brésil

Trêve de plaisanterie

A moins de huit mois de l'ouverture de la Copa America, les deux géants du football sud-américain s'affrontent au Qatar. Un vrai test pour Menezes comme pour Batista, qui leur permettra de dresser un premier bilan, à l'issue de ce quatrième amical.

0 0
Confirmé dans ses fonctions en début de mois, Sergio Batista peut désormais travailler sereinement, les attaques médiatiques de Maradona lancées à son encontre ayant été vaines. Checho a dessiné un 4-3-3 dans lequel Messi occupe le flanc droit, un poste qui l'a conduit vers les sommets avec Barcelone comme avec la sélection olympique, avec Batista, déjà, dans le costume de sélectionneur. La grande nouveauté, c'est la titularisation au poste de meneur de jeu de Javier Pastore, auteur d'un triplé ce week-end avec Palerme et d'un début de saison tonitruant avec le club sicilien, derrière un trident ultra-technique Messi-Higuain-Di Maria. Ce système avait plutôt bien réussi contre l'Espagne en septembre (4-1) et la défaite face au Japon (0-1), en octobre, avec Messi, D'Alessandro et Tévez en soutien de Diego Milito, sans véritable numéro 10, a achevé de convaincre Batista d'y revenir.

Batista revient au 4-3-3

Le champion du monde 86, qui doit déjà se passer de deux défenseurs (G. Milito et Samuel), de deux milieux (Gago et Cambiasso) et de trois attaquants (Milito, Tévez et Agüero), ne pourra probablement pas compter sur Martin Demichelis, débarqué au Qatar avec une contracture à la cuisse droite. Nicolas Pareja, le défenseur du Spartak Moscou, devrait former la charnière centrale albiceleste aux côtés de Nicolas Burdisso. Ever Banega, bien dans le rythme face à l'Irlande et à l'Espagne, retrouvera une place de titulaire aux côtés de Javier Mascherano. L'Argentine n'a plus battu le Brésil depuis cinq ans (victoire 3-1 en éliminatoires de la Coupe du Monde 2006). Dont trois défaites cinglantes en finale de la Coupe des Confédérations 2005 (4-1), en finale de la Copa America 2007 (3-0) et en éliminatoires de la dernière Coupe du Monde, l'an dernier à Rosario (3-1). « Il est l'heure de gagner » , a claironné Messi il y a quelques jours.

Le sans-faute de la charnière brésilienne

Pour tenter de prolonger cette belle série, Mano Menezes s'appuiera sur une charnière Thiago Silva-David Luiz, qui n'a encaissé aucun but depuis sa prise de fonction, lors des trois victoires face aux États-Unis (2-0), à l'Iran (3-0) et à l'Ukraine (2-0). Les cages seront occupées par Victor, le portier du Gremio Porto Alegre, en l'absence de Julio Cesar, convalescent. Au milieu, Ronaldinho sera chargé de l'animation du jeu en compagnie de Philippe Coutinho, la révélation de l'Inter Milan. Devant, en l'absence de Pato, blessé à une cuisse, les deux joyaux révélés à Santos que sont Robinho et Neymar seront chargés d'achever le travail. Ronaldinho ne veut pas manquer le train pour le Mondial 2014, sa dernière opportunité de briller avec le Brésil, même s'il ne faut pas oublier qu'il fut de la campagne asiatique en 2002. « Mon objectif, c'est de m'installer en Seleçao jusqu'à la Coupe du Monde 2014 » , a ainsi déclaré le Milanais sur Sport TV. Les cinquante mille entrées du Khalifa International ont trouvé preneurs. On attend désormais un duel digne de ce nom à Doha.

Alejandro Carbone, à Buenos Aires

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Top 10 : Flops Frenchies
0 0