Trémoulinas et Rami au Bayern ?

Grosses rumeurs de futurs transferts pour Adil Rami et Benoît Trémoulinas vers le Bayern. Retour sur les joueurs français au passé et au présent qui ont joué pour le club bavarois. Un bilan qui pourrait inciter nos deux défenseurs lillois et bordelais à tenter l'aventure...

Modififié
0 4
Bon, ce n'est qu'une rumeur. Mais une rumeur crédible. Parce que pas besoin d'être Pipo l'Intello pour savoir que la défense munichoise, c'est pas la joie. Donc, en gros, Rami arriverait pour remplacer dans l'axe le gros Demichelis, Argentin taciturne en froid avec Van Gaal et partant a priori dès le mercato d'hiver. Et Trémoulinas s'installerait à gauche because Lahm, c'est à droite pour toujours depuis un bout de temps (il alternait autrefois). Mais surtout, le Néerlandais Edson Braafheid (prêté au Celtic) n'a jamais convaincu Van Gaal, le très bon mais très jeune Allemand Diego Contento est un peu vert (20 ans) et son jeune compatriote Holger Badstuber (21 ans) est plus défenseur axial (il y joue avec la Mannschaft) que pur latéral gauche. Adil Rami et Benoît Trémoulinas ont tous les deux 24 ans, donc sont un parti avantageux et un bon plan pour l'avenir du Bayern. Petits détails : le contrat du Bordelais court jusqu'en juin 2013 et celui du Lillois jusqu'en 2012. Question : faut-il aller jouer au Bayern ? Réponse : Jawohl !


Beckenbauer, francophile sur le tard...

Les joueurs français qui ont joué (ou y joue, comme Ribéry) au Bayern ont un point commun : ils ont tous porté les couleurs du club quand l'immense Franz Beckenbauer en était le président : JP Papin, Lizarazu, Sagnol, Alou Diarra (hé, oui ! Bande de petits écervelés !), Valérien Ismaël (hé, oui ! Bande de petits oublieux !), et Francky Ribéry. Francophile en matière de foot, Kaiser Franz ? Pas vraiment, non... Pendant longtemps, il considéra avec “condescendance” (mépris ?) le footeux français, situé bien bas dans son échelle de valeurs : trop lose, trop maigrichon, trop pleurnichard. Franz a toujours battu les Français, sauf l'ASSE avec le Bayern en C1 1969 (2-0 et 0-3) et les Bleus de Platoche, le 23 février 1977 au Parc (1-0, but extraordinaire d'Olivier Rouyer) : c'était le dernier match du Beck avec la Nationalmannschaft...

Sinon, quoi ? Ben, beaucoup de “condescendance”, toujours. Voire carrément de la méchanceté : la veille de la demi-finale du Mundial 82, France-RFA à Séville, il s'invite dans le camp de base de la Mannschaft et recommande ceci aux joueurs allemands : « Jouez très dur ! Les Français détestent le jeu dur ! » Message reçu 5 sur 5. Reçu 6 sur 5 pour Schumacher qui explosera ce pauvre Battiston. Kaiser Franz “moralement et indirectement responsable” de l'attentat de Ugly Harald ? Oui, on peut le dire... Et puis, Beckenbauer va évoluer : la France est championne d'Europe 1984, le foot hexagonal produit des bons joueurs et l'OM pointe le bout du nez en Europe dès la fin des années 80. Intrigué, il accepte d'aller coacher l'OM, séduit aussi par ce grand tchatcheur de Bernard Tapie. Arrivé sur la Canebière en septembre 1990, il se sauve en courant en 1991, horrifié par le fonctionnement interne anarchique du club et par l'omniprésence de Nanard. Il sera remplacé par Raymond Goethals... Pour Kaiser Franz, l'expérience marseillaise aura du bon : il a repéré JPP...


JPP et Bixente...

Jean-Pierre Papin débarquera donc à Munich en 1994, premier Français à jouer au club bavarois. JPP est sur le déclin, après deux saisons moyennes au Milan AC. Deux saisons munichoises galères (1994-96) où il marque peu (3 buts seulement !), joue peu, miné par les blessures et les problèmes familiaux (sa petite fille Emily est “malade” : c'est pour elle qu'il créera l'association “Neuf de Cœur”). Petite consolation : il gagnera une unique coupe d'Europe, la Coupe de l'UEFA, en battant Bordeaux en finale. JPP avait joué le match aller à Munich en tant que titulaire. A noter que JPP parlait « un peu » l'allemand... Pas comme Lizarazu, qui lui ne parlera qu'anglais et espagnol (beaucoup de joueurs d'Amsud au Bayern, durant ses années munichoises), ce qui lui sera régulièrement reproché. Mais heureusement, Bixente était très bon... Deux périodes pour Liza : 1997-2004 puis janvier 2005 à mai 2006 où il arrêtera sa carrière. En 2009, il déclarera : « Le meilleur choix que j'aie fait dans ma vie, c'est de partir au Bayern Munich » . Tu m'étonnes ! C'est au Bayern qu'il remportera la quasi-totalité de son palmarès en club. Du très lourd... Champion d'Allemagne 1999, 2000, 2001, 2003, 2005, 2006, Ligue des Champions et Coupe intercontinentale 2001. On passe les Coupes d'Allemagne et les Coupes de la Ligue.


Grands moments : la C1 qu'il remporte avec l'autre latéral, droit, Sagnol (joli sprint sur la pelouse des deux Französen champions d'Europe en tenant ensemble la coupe aux grandes oreilles) et puis la baffe à la vache sacrée munichoise, Lothar Matthäus, à l'entraînement. Dernier clin d'œil : le docu-TV réalisé pour Canal +, “Merci Beaucoup Und Au Revoir” en 2007 qui retrace les dernières semaines de sa carrière. Émouvant et plutôt réussi. Snif. Il est à noter que Bixente doit une fière chandelle au Bayern qui l'a enrôlé au moment critique où il galérait sec à l'Athletic Bilbao (1996-97). A un an de la Coupe du Monde, Jacquet avait été catégorique : celui qui ne sera pas titulaire en club ne jouera pas le Mondial ! Pas hyper chaud pour aller en Bavière, Liza ne regrettera jamais son choix. Danke schön, Bayern ! Ceci dit, en contrepartie, en super professionnel, Liza s'imposera en Bundesliga (pas évident, au départ !), donnera une très bonne image du footballeur français en Allemagne en général et au Bayern en particulier. Et ça profitera à l'autre Grand Français du Bayern, Willy Sagnol.

[page]
Sagnol et Ismaël

Sagnol jouera sept saisons au Bayern (2000-2008). S'il avait déjà été champion de France avec Monaco (2000), Willy va lui aussi blinder un palmarès aussi conséquent que son pote Bixente : Champion d'Allemagne en 2001, 2003, 2005, 2006, 2008, vainqueur de la Ligue des Champions en 2001 et de la Coupe Intercontinentale en 2001et quatre Coupes d'Allemagne... Ses perfs au Bayern et chez les Bleus en feront le meilleur latéral droit au monde. Officieusement... Adoré du public, cité en exemple par les dirigeants, parlant bien l'allemand et pressenti pour devenir capitaine du club, honneur rare pour un joueur étranger (après la fin de carrière de Kahn), des blessures chroniques depuis 2007 pourriront la fin de son bail, qu'il écourte définitivement en janvier 2009. Clin d'œil et signe des temps : Willy Sagnol le Stéphanois saura séduire Kaiser Franz, bourreau des Verts à deux reprises en C1 (demies en 75 et finale en 76, à Glasgow). A la fin de sa carrière, à 32 ans, il sera question pour Willy, en plus d'avoir des touches pour être dirigeant de Monaco, d'intégrer le staff technique du Bayern. Cela ne s'est pas fait, mais Willy est chez lui au club et il invité à voir jouer le Bayern en Ligue des Champions : d'où sa joie “anti-patriotique” dans la carré VIP de l'Allianz-Arena lors de la victoire des Bavarois sur les Lyonnais l'an passé (1-0).

Au milieu des années 2000, la défense du Bayern comptera trois Français : Sagnol, Lizarazu et Valérien Ismaël (2005 à décembre 2007). Ce dernier, déjà champion d'Allemagne avec le Werder Brême 2006? laissera plutôt un bon souvenir en défenseur axial, avant de filer à Hanovre 96. Gros regrets : c'est pendant sa brillante période Brême-Bayern qu'il aurait mérité d'avoir sa chance avec l'équipe de France. La sous-exposition médiatique de la Bundesliga a sûrement joué dans cette non-convocation. C'est d'ailleurs toujours le même risque pour les footballeurs français d'aller jouer en Allemagne : ils risquent de passer beaucoup plus inaperçus que leur collègues frenchies qui jouent en Angleterre (Arsenal, notamment !) ou Espagne et Italie. Rami et Trémoulinas ne seront pas insensibles à ce paramètre allemand “défavorable”. Surtout au moment où Lol Blanc bâtit encore son équipe de France. A ce propos, il faut rendre hommage à Liza qui fait brillamment la promo de la Bundesliga, encourageant indirectement les joueurs d'ici à aller jouer “là-bas”...

Ribéry... et Alou Diarra !

Avant de parler de Lascarface, petit retour sur l'aventure oubliée d'Alou Diarra en Bavière... Alou est arrivé très jeune de “Louhans-Cuistot” (19 ans). Deux saisons 2000-2002. Malheureusement, il ne s'imposera et ne jouera aucun match de Bundesliga, à cause de l'hyper concurrence du moment. Il jouera donc au Bayern B (équipe réserve) : il fera 41 matchs et marquera 5 buts. Il ira ensuite à Liverpool où il ne s'imposera pas davantage. Alou aura sa petite revanche l'an passé, en C1 quand Bordeaux punira deux fois le Bayern au premier tour (2-1 et 2-0). Enfin, Ribéry... On a déjà tout dit, on ne va pas s'attarder. Des débuts canon en 2007 et des buts canon, Ribérymania über ganze Deutschland au début. Surnommé Kaiser Franck... Beau joueur, le vrai Kaiser ne tarit pas d'éloges : « Quand nous l'avons engagé, c'est comme si nous avions gagné au Loto » ... Et puis les choses se gâteront après le magnifique doublé Coupe-Championnat 2008 : deux saisons en demi-teinte (surtout la deuxième, en fait) à cause d'un transfert avorté au Real, des blessures, un clash avec Van Gaal, l'affaire Zahia, Knysna et cette sale blessure en début de saison qui le tient éloigné des terrains jusqu'en novembre... Heureusement, le club l'a soutenu, se montrant plus loyal avec lui que lui envers le Bayern. Un mauvais point : il a souvent manqué de respect au club (Liza a eu des mots très durs envers Francky) et a donné une mauvaise image des joueurs français. Apparemment, tout est rentré dans l'ordre : il a resigné en mai dernier un contrat qui court jusqu'en 2015, pour 10 millions d'Euros par an, soit le joueur le mieux payé de toute l'histoire de la Bundesliga...


Conclusion : bilan largement positif pour les joueurs français et pour le Bayern. Franz Beckenbauer aura eu l'intelligence de croire aux footballeurs hexagonaux, comme le Bayern a eu l'intelligence de s'ouvrir au monde. Rami et Trémoulinas peuvent aller en Bavière les yeux fermés. Surtout, Trémoulinas, souvent encensé à la TV... par Bixente Lizarazu ! Comme lui, ex-latéral gauche bordelais. Au fait, Liza : tu prends combien sur le transfert ?

PS : Une petite dernière news pour la route... En mai dernier, le jeune Français Augustin Hamidouche a effectué un essai de deux semaines avec le Bayern. Pensionnaire du Racing CF (Groupe D de CFA), le jeune milieu de 19 ans devait signer pour rejoindre la réserve du Bayern. Pas de nouvelles depuis. Vous en avez, vous ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Et merde !

Je commençais à lire l'article et là je me suis dit :"oh putain, me dites pas que Ghemmour en est l'auteur", alors je clique sur "page 2" pour vérifier la signature, et là l'horreur, je constate la signature : Chérif Ghemmour...

Encore un article que je ne lirai pas, dommage le sujet était intéressant.
On n'a surtout rien appris.
"il considéra avec “condescendance” (mépris ?) le footeux français, situé bien bas dans son échelle de valeurs": Chérif??? Tu parles de toi à la 3em personne du singulier maintenant?. Sinon effectivement, n'en déplaise à l'auteur, on n'a rien appris...
Pseudo3000, je te trouve un peu dur quand même !!

Mais il est vrai qu'à défaut d'avoir un style bien à lui , il a des idées qui lui sont propres !

Comment qu'il disait déjà ? Ah oui condescendant ...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le sommet de Copenhague
0 4