1. // Coupes d'Europe
  2. //

Tremble, coefficient français !

Et si, la saison prochaine, les clubs français ne se battaient plus que pour deux tickets pour la Ligue des champions, dont un seul donnant directement accès à la phase de poules ? C’est la menace qui plane, alors que se joue actuellement une lutte féroce à trois au classement UEFA des pays entre le Portugal, la France et la Russie…

Modififié
1k 44
La manière dont sont attribués les tickets européens est connue : pays membre de l’UEFA par pays membre, on regarde les résultats obtenus par les clubs qualifiés les cinq dernières saisons et on répartit les lots. Pour les pays les plus performants, on refile sept sésames : quatre pour la Ligue des champions, trois pour la Ligue Europa. C’est l’Espagne actuellement qui domine outrageusement ce classement européen, avec un total de 90,427 points avant les matchs européens de cette semaine. Puis viennent l’Allemagne (71,320 points) et l’Angleterre (68,534 points) qui complètent ce podium. Ces trois pays ont sept tickets, les trois suivants six tickets, puis à partir de la septième place il n’y a plus que cinq tickets (dont deux seulement pour la Ligue des champions), etc. C’est dire si la marche est importante entre la sixième et la septième place. Comme de passer d’une division à une autre. Or, la France est actuellement sixième et est de plus en plus menacée par la Russie, septième. Le duel est féroce, ou plutôt la bagarre à trois, puisque le Portugal, cinquième, est également concerné. Derrière l’Italie, confortable quatrième (65,439 points), on retrouve ainsi le Portugal avec 48,748 points, la France avec 48,248 points et la Russie avec 47,682 points. Trois nations qui se tiennent en à peine plus d’1 point, soit la différence d’un match nul… Essayons d’y voir un peu plus clair sur cette bataille du ventre mou de l’Europe et ses enjeux.

Comment le barème est-il établi ?

Depuis que les phases de poules ont débuté en C1 comme en C3, chaque équipe remporte 2 points en cas de victoire et 1 en cas de nul. Lors des tours préliminaires de l’été, c’est moitié moins. Des bonus de 1 point sont attribués ensuite à chaque tour de qualification passé : 16es de finale, 8es de finale, quarts de finale, demi-finales et finale. Avec ceci, on compose un coefficient qui évolue après chaque journée disputée. À la fin de la saison, on fait les comptes finaux et on distribue les places européennes en fonction du classement. Très concrètement, la France, qui était cinquième jusqu’alors, a été devancée par le Portugal à l’issue de la saison 2011/2012. Dès la saison suivante 2012/2013, le troisième de L1, qui recevait auparavant une invitation pour disputer les barrages de Ligue des champions, a eu à disputer un tour préliminaire de plus. Pour les clubs portugais, c’est l’inverse. Un état de fait qui dure encore aujourd’hui, car depuis ce changement au classement, c’est le statu quo entre les deux : le Portugal a conservé sa cinquième place devant la France. Jusqu’à la saison dernière, la France était seulement contrariée de s’être fait doubler par le Portugal, avec pour sanction ce troisième tour préliminaire de C1 en plus pour le troisième de la L1. Mais désormais, la Russie menace aussi de doubler la France et de lui refiler sa septième place. En fait, l’écart ne cesse de diminuer depuis trois saisons. Huitième en 2013, la Russie est passée devant le voisin ukrainien l’année suivante et profite d’une grosse régularité depuis, avec le Zénith pour locomotive, à l’image du PSG pour la France.

Que risque la France si elle perd une place ?

L’enjeu est grand pour le football français. S’il est devancé au classement par son homologue russe à la fin de cette saison, il n’y aura donc plus que deux tickets pour la C1 en jeu lors de la saison 2016/2017 de Ligue 1. Le champion de France 2017 continuerait de se qualifier pour la phase de poules de la Ligue des champions, mais seul son dauphin pourrait l’y rejoindre, et en entrant en lice seulement à partir du troisième tour préliminaire. Pour le troisième du classement national, ce serait directement la Ligue Europa. En clair, on ne serait pas tellement mieux loti que la Belgique ou la Suisse… De quoi vraiment valider le sentiment des pessimistes qui considèrent qu’on est devenu une nation mineure du football sur le continent.

Quelle est la tendance depuis le début de saison ?

Dans cette lutte à trois, c’est pour l’instant extrêmement serré. Les deux compétitions confondues, depuis le début des tours préliminaires, on compte 15 victoires pour chacun des trois pays ! Les clubs portugais en sont à 15 victoires, 5 nuls et 10 défaites ; les Français, 15 victoires, 10 nuls, 11 défaites ; les Russes, 15 victoires, 11 nuls et 6 défaites. Avec un avantage pour la France : elle est toujours au complet, et compte pour l’instant toujours un représentant en plus par rapport aux deux autres (d’où le nombre supérieur de matchs dans son bilan). Ils sont six clubs de Ligue 1 présents sur la scène continentale (PSG et Lyon en C1, Monaco, Marseille, Saint-Étienne et Bordeaux en C3), contre cinq clubs de Liga Sagres (Benfica et Porto en C1, le Sporting, Braga et Belenenses en C3, tandis que Guimarães s’est fait sortir dès cet été de la Ligue Europa) et cinq de Premier League russe (Zénith et CSKA en C1, Krasnodar, Kazan et le Lokomotiv en C3).

Ça se profile comment ?

Franchement, la France peut tout aussi bien se retrouver à gagner une place en récupérant celle du Portugal, comme en perdre une de nouveau au profit de la Russie. Ça va se jouer à rien. La France avait même provisoirement gagné une place au sortir de l’été, avant de constater avec inquiétude les bons résultats des équipes russes, lesquelles ont rattrapé une bonne moitié de leur retard sur leurs homologues français lors des deux dernières journées de C1 et C3. Avant les matchs de cette semaine, les trois pays comptent chacun trois qualifiés virtuels : Benfica, Porto et Braga pour le Portugal, PSG, Monaco et Saint-Étienne pour la France, le Zénith, Krasnodar et le Lokomotiv pour la Russie. Il s’agirait de ne pas trop se louper lors de confrontations entre deux équipes des pays concernés, comme ce fut le cas lors des deux défaites de Lyon face au Zénith. Bordeaux, qui reçoit le Rubin Kazan lors de la dernière journée de la phase de poules de C3 le 10 décembre, a la pression…

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Selbycool Niveau : CFA2
Et ce matin, tous les officiels Lyonnais de réagir à l'unisson : "on n'avait pas le niveau !". Cette bonne blague...
OL => 175 M€ de budget, hier soir tu as 5 internationaux possibles sur la pelouse, sans compter les perles étrangères (Darder vraiment intéressant)
Gent => 60 M€ de budget, pas une star

La différence notable ? D'un côté un coach débonnaire qui s'est pris la neige toute la soirée au bord de la pelouse. De l'autre, Fournier les jambes croisées et son costard bien au chaud, qui garde le même schéma asthmatique toute la soirée, pour répéter les mêmes actions qui ne donneront rien...

- En France on n'a pas d'argent ? Comparez les budgets des équipes de L1 face à leurs rivaux en poules de CL ou d'EL
- En France on n'a pas de bons joueurs ? Regardez ce qu'ils font quand ils partent à l'étranger
- La L1 c'est un tremplin, c'est pour ça qu'ils sont pas motivés ? Regardez les résultats des clubs portugais, voire Turques...

En France on a surtout l'encadrement le moins qualifié de tout le foot européen. Nos coachs, à 2 ou 3 exceptions près (dont un Gourcuff qu'on laisse filer...) baignent dans un formol des années 1990, et encore. Et leurs employeurs sont encore plus incompétents qu'eux, puisqu'ils se rassurent en ressortant toujours les mêmes épouvantails du placard.
En ce qui me concerne j'ai hâte que la France se fasse doublée par la Moldavie, les îles Féroé et le Linshteinstein pour que cette ribambelle de trous du culte qui dirigent le foot Français des présidents de district jusqu'à Moustache 1er en passant par les présidents de clubs et leurs coach de mer de soient bien obligés de partir. Il faut tout casser pour tout refaire dans le foot Français.
Haha trous du culte, coach de mer, doublée merci le correcteur
cHris wAddle Niveau : CFA2
On ne va pas se voiler la face, si la France devait perdre une place en CL, ça ne serait que mérité! Depuis plusieurs années, les clubs français n'ont plus le niveau. Quand tu as connu les années 1990, ça fait mal au cul quand même!!! Maintenant faudrait peut-être une remise en question du foot français en général, des joueurs, qui de leur propre aveu ne font pas d'efforts quand ils jouent en France, y a cas voir toutes les ITW une fois qu'ils sont en Angleterre, aux entraîneurs qui pour la plupart cherchent avant tout à ne pas perdre et sur un malentendu à gagner, en passant par les dirigeants qui veulent jouer la Coupe d'Europe mais qui sont contents quand ils sont éliminés - coucou Jean Mimi - car comme ça l'équipe sera plus en forme pour le championnat! Et surtout des instances dirigeantes de la Ligue qui brillent par leur incompétence!
anteouane Niveau : DHR
On identifie des causes liées au contexte actuelle : manque de moyens, calendrier trop dense, semaines d'entrainement pas assez intense..
Mais il faut aussi regarder le contexte historique :
- Ligue Des Champions depuis 1955 : 1 Titre - 5 finale perdues : 5 FINALES PERDUES!!!
- Ligue Europa : 4 finales perdues alors que 11 nations ont gagné cette coupe
- Coupe des coupes : 1 Titre - 2 finales perdues : moins bien que la Belgique ou l'Ecosse.
On n'est pas bon en football de club et pis c'est tout.
La plupart des pays qui réussissent en ligue europa font jouer leurs clubs qui la jouent le lundi en championnat. A méditer.
Il y a évidemment bien d'autres raisons qui ont amené le foot français des clubs là où il en est aujourd'hui. Selon moi l'incompétence des dirigeants, de certains entraîneurs, le manque de travail de fond au niveau du recrutement ainsi qu'un calendrier national trop chargé en sont les principaux facteurs.
Franchement pour voir ces équipes de daubes de Liguain en LDC, avoir juste 1 qualifié d'office c'est très bien.

Si c'est pour se taper des hontes façon OL/OM ces dernières années merci bien.
La Gantoise 60 millions de budget??? N'importe quoi , ils espèrent arriver à 30 millions cette saison... Eh oui faudrait ptet réaliser que la Ligue 1 est quand même bien riche par rapport à de nombreux championnats concurrents.
Orso94210 Niveau : CFA
Message posté par Selbycool
Et ce matin, tous les officiels Lyonnais de réagir à l'unisson : "on n'avait pas le niveau !". Cette bonne blague...
OL => 175 M€ de budget, hier soir tu as 5 internationaux possibles sur la pelouse, sans compter les perles étrangères (Darder vraiment intéressant)
Gent => 60 M€ de budget, pas une star

La différence notable ? D'un côté un coach débonnaire qui s'est pris la neige toute la soirée au bord de la pelouse. De l'autre, Fournier les jambes croisées et son costard bien au chaud, qui garde le même schéma asthmatique toute la soirée, pour répéter les mêmes actions qui ne donneront rien...

- En France on n'a pas d'argent ? Comparez les budgets des équipes de L1 face à leurs rivaux en poules de CL ou d'EL
- En France on n'a pas de bons joueurs ? Regardez ce qu'ils font quand ils partent à l'étranger
- La L1 c'est un tremplin, c'est pour ça qu'ils sont pas motivés ? Regardez les résultats des clubs portugais, voire Turques...

En France on a surtout l'encadrement le moins qualifié de tout le foot européen. Nos coachs, à 2 ou 3 exceptions près (dont un Gourcuff qu'on laisse filer...) baignent dans un formol des années 1990, et encore. Et leurs employeurs sont encore plus incompétents qu'eux, puisqu'ils se rassurent en ressortant toujours les mêmes épouvantails du placard.


C'est vrai pour ce qui est des budgets. Mais après, il y a la fiscalité qui rentre en ligne de compte. Et difficile de lutter à armes égales quand tu te fais tirer les oreilles par la DNCG chaque début de saison.

Y'a qu'à regarder la longue liste des joueurs de qualité ayant quitté nos cadors nationaux ces cinq dernières années.

D'accord en revanche avec ton analyse concernant les techniciens français. Même si, à mes yeux, si Lyon perd hier, la défaite se joue plus sur le plan mental que tactique. une équipe boostée de Lyon, même en 2-6-2 ou en 1-1-3-1-1-1-1-1 elle doit gagner ce match.

Après, Fournier est forcément responsable d'avoir aligné une équipe aussi apathique sur le terrain.
got_feu_dami Niveau : CFA
Message posté par Orso94210
C'est vrai pour ce qui est des budgets. Mais après, il y a la fiscalité qui rentre en ligne de compte. Et difficile de lutter à armes égales quand tu te fais tirer les oreilles par la DNCG chaque début de saison.

Y'a qu'à regarder la longue liste des joueurs de qualité ayant quitté nos cadors nationaux ces cinq dernières années.

D'accord en revanche avec ton analyse concernant les techniciens français. Même si, à mes yeux, si Lyon perd hier, la défaite se joue plus sur le plan mental que tactique. une équipe boostée de Lyon, même en 2-6-2 ou en 1-1-3-1-1-1-1-1 elle doit gagner ce match.

Après, Fournier est forcément responsable d'avoir aligné une équipe aussi apathique sur le terrain.


Jean-michel Apathique ?
Oui on peut ajouter la fiscalité française qui n'est pas des plus avantageuse.
Mais malgré ça les gros clubs français ont un budget qui est supérieur à leurs homologues portugais, belges, russes... au vu de leurs moyens la ligue 1 devrait être un confortable 5e à l'indice uefa.
Le problème c'est que nos clubs manquent cruellement d'idées et d'audace.
Balaise Matuidi Niveau : Loisir
Message posté par vico
En ce qui me concerne j'ai hâte que la France se fasse doublée par la Moldavie, les îles Féroé et le Linshteinstein pour que cette ribambelle de trous du culte qui dirigent le foot Français des présidents de district jusqu'à Moustache 1er en passant par les présidents de clubs et leurs coach de mer de soient bien obligés de partir. Il faut tout casser pour tout refaire dans le foot Français.


Enfin un commentaire intelligent qui va faire avancer les choses !

Virer tout le monde sans distinction de celui qui fait du bon taf de celui qui fout rien, comme si Aulas méritait le même sort que De Tavernost.

On dirait le discours d'un révolutionnaire communiste au Cambodge
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Mais puisque Thiriez vous dit que tout va bien en l1....La réalité c'est que la tradition historique de notre championnat domestique est d'être mauvais. Il y a toujours des exceptions de temps en temps ( Monaco, Marseille, Paris, Lyon) c'est tout.

On se réfugie toujours derrière les chiffres de budget des "ogres européens" pour se cacher et rien ne change. Paris ne sera pas une locomotive pour la l1 comme Lyon ne l'aura pas été. Pas ou peu d'idées, une formation défaillante, un arbitrage calamiteux, aucune identité de jeu dans notre l1 ( blinder derrière n est pas une identité c'est un renoncement).

Bref y a rien à voir, circulez. On n'aura que ce qu'on mérite vu la médiocrité globale en dehors de Paris et Lyon qui ont des moyens et une ligne directrice.

A ceux qui se gaussent sur la gamelle des Gones, ça fait juste 15 ans qu ils jouent l'Europe à fond.
D'ailleurs à ceux qui pensent que les nouveaux stades sortis de terre ou rénovés pour l'euro 2016 permettront à la ligue 1 de grandir, c'est une fumisterie. C'est une réflexion globale qu'il faut mener. C'est certes une bonne chose de se structurer et de bâtir de nouvelles enceintes, mais quand on voit le taux d'affluence à Lille, Bordeaux ou Nice...ça ne suffira clairement pas.
Si derrière la construction de ces stades il n'y a pas une stratégie globale avec des investissements adéquats et des changements de cap nécessaire, c'est comme donner de la confiture à des cochons.
Il n'y a qu'à voir en Pologne où malgré la construction de nouveaux stades pour l'euro 2012, le championnat ne progresse pas significativement. Certes seuls 4 stades ont été bâtis, mais les clubs concernés (Lech poznan, lechia Gdansk, slask wroclaw) ne sont pas devenus pour autant des locomotives de leur championnat. Ils jouent même le maintien cette année. Seul le legia (et encore) arrive à tirer son épingle du jeu.
La L1 n'est évidemment pas comparable à l'ekstraklasa mais tout ça pour dire qu'ils ne suffit pas d'avoir de beaux écrins pour faire du football de qualité.
Budget de La Gantoise : 25 millions, ce qui me paraît plutôt copieux pour la Belgique.. A noter que ce club était quasi-failli et évoluait dans un stade tout pourri il y a une petite génération à peine..

La DNCG est une mauvaise excuse, les footballs belge et néerlandais sont eux aussi soumis à un système de licences après vérification et approbation des comptes, rien d'une spécificité française..

Fiscalité peu avantageuse, vrai..mais d'un autre côté, les droits-TV ayant cours en Ligue 1 sont parmi les plus élevés d'Europe ; au-dessus même de l'Allemagne en 2014 si j'ai bon souvenir..

Le foot russe a (très) sévèrement payé les sanctions occidentales, et cependant..

Bref : aucune excuse..et le football français me paraît tout bonnement renouer surtout avec son ranking historique, car sinon durant ces 20 dernières années..
Bon an mal an, l'OL touche à lui seul en droits-tv ce que perçoit l'ensemble des clubs belges..

Un relégué de Ligue 1 me semble percevoir de 3 à 4 fois plus qu'un champion de Belgique..

A vérifier, il s'agit juste de donner des ordres de grandeur.

Ajouter que, n'étaient les mastodontes Real et Barca (qui y vampirisent ces droits), le foot français est bien mieux doté que l'espagnol..
Il y a déjà 2 simples mesures qui peuvent être mises en oeuvre.

La suppression de la Coupe de la Ligue et une L1 à 18 clubs avec 2 descentes et un barrage.

Cela aurait pour conséquence :

- D'avoir plus de clarté pour les clubs du top quant aux objectifs de compétitions. Championnat-Coupe d'Europe-Coupe Nationale, basta.

- Alléger le calendrier

- Reconcentrer, dans un premier temps ( et j'insiste sur premier temps,cela doit faire parti d'un processus ) les meilleurs joueurs de l'élite dans 18 clubs, enfin ce qu'il en reste des meilleurs joueurs.

- Redonner plus de valeur à la Coupe de France qui est, selon moi, la coupe la plus importante.

- Redistribuer l'argent alloué à la Coupe de la ligue aux 18 clubs de L1 ( proportionnellement selon le classement ou pas, à voir ).
Voir même, redistribuer une partie de l'argent aux clubs qui descendraient dans les budget de fonctionnement, afin qu'il n'y ait pas de licenciement des employés modestes suite à une relégation.

Je ne maîtrise pas le sujet à 100% mais il peut quand même y avoir des débuts de pistes que les dirigeants du football Français pourraientt pondre.
Je rejoins totalement les propositions de kikette
Je rajouterais :
Un départ de moustache qui a fait son temps
Le droit pour les équipes B de monter jusqu'en national
Après, le problème principal des clubs de L1, il faut bien l'admettre, c'est la fiscalité.

Rien ne dit que sans la fiscalité le produit L1 irait mieux, mais la certitude est qu'il s'agit d'un obstacle.

Quand on sait qu'un joueur de foot en France est sujet à une charge fiscale 17 fois plus importante qu'en Espagne, je pense que le problème est claire.

Même si après tout on peut tempérer par le fait que le coefficient passe de 17 fois à 2.5 fois pour le Royaume Uni.

Mais si l'Allemagne a tant progressé que ça, n'est ce pas du au fait que le coefficient redégringole à 16 fois ?

Il serait difficilement compréhensible pour le grand public d'admettre qu'un joueur de football ne soit pas sujet aux même règles fiscales, et cela se comprend.

Mais dans le système économique actuel, vaut il mieux une masse salariale basse taxée à fond, ou une masse salariale haute taxée 2,5 fois moins ?

C'est le fameux trop d'impôt tue l'impôt.

Le problème est très épineux pour les dirigeants, il faut l'admettre, le contexte fait qu'il est très difficile de faire passer certaines décisions.

Le fait de former ne suffit pas. On l'a vu avec Lyon.
Une année au top et un jeune et son agent vont négocier un salaire très haut qui va plomber les finances d'un club. Tout simplement parce qu'il toucherait déjà le même salaire haut juste dans un club comme Swansea.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 44