En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 5e journée
  3. // PSG/Bordeaux (2-2)

Trapp se prend les pieds dans le tapis du Parc des Princes

Paris laisse échapper ses premiers points de la saison. Dans une rencontre qu'ils pensaient maîtriser, les joueurs de Laurent Blanc ont vu leur gardien commettre deux boulettes. Solidaire de Carrasso, le mec.

Modififié

PSG - Bordeaux
(2-2)

E. Cavani (27'), E. Cavani (34') pour PSG , H. Saivet (30'), W. Khazri (80') pour Bordeaux.


C'était une formule trouvée par le consultant Guy Roux au début des années 2000, quand les purges faisaient leur apparition lors des prime times en Ligue 1. Plutôt que de parler de la faiblesse du niveau technique des éléments offensifs, l'entraîneur d'Auxerre incitait les journalistes de la chaîne cryptée à mettre en avant la qualité des gardiens pour justifier les 0-0. Ce PSG-Bordeaux s'est, lui, terminé sur un 2-2. De quoi se dire que le spectacle de la Ligue 1 repose sur la maladresse de Trapp et Carrasso ? Évidemment non, parce que le gardien bordelais a aussi empêché Di María de marquer son premier but en France en remportant un face-à-face alors que son homologue allemand a détourné de quelques centimètres une tête de Crivelli sur coup franc en seconde période. Juste ce qu'il fallait. Mais pas sûr que les joueurs préfèrent cette issue, avec des images de buts qui vont faire le tour des télés tout le week-end, et pas vraiment parce qu'ils ont été marqués par des joueurs du niveau de Messi.

Cavani en renard, puis en costaud


Pour cette rencontre, Laurent Blanc ne prend aucun risque avec Ibrahimović, touché au dos en sélection. Plutôt pratique, puisque ça lui permet de mettre à nouveau Cavani en pointe. Avec Di María et Lucas pour l'entourer. Son partenaire au Variétés Club de France, Willy Sagnol, doit lui se passer de Sané, Sertic, Thomas Touré, Plašil et Cheikh Diabaté. Et il n'a pas le cœur à faire du Courbis en disant que ces absences vont permettre aux présents de mieux se montrer. C'est son équipe pourtant qui s'offre la première occasion du match. Crivelli remet comme il faut dans la surface, mais Khazri est un poil trop court pour la pousser dans le but vide. Paris se met doucement en route, et à la 26e, Verratti sort une ouverture velours en plein dans la surface. Peut-être parce qu'il admirait le geste au départ, Carrasso se rate totalement en voulant attraper la balle. Cavani en profite et se l'amène pour placer une volée puissante dans le but vide. Bordeaux revient presque miraculeusement dans la foulée. Une tête de Saivet au premier poteau sur un corner incite Trapp à s'emmêler les pinceaux et envoyer la balle dans ses propres cages. Carrasso exulte, fait des signes au public parisien. Cette défaite ne sera pas la sienne. Sauf qu'à la 34e, Cavani décide de tirer un coup franc à l'entrée de la surface. Le portier de 90 kilos ne bouge pas et voit le cuir le dépasser après avoir survolé le mur. Le PSG profite de l'adresse retrouvée de son attaquant pour passer une vitesse. Matuidi et Thiago Motta ratissent, mais Di María et Lucas tergiversent dans la zone de vérité.

Paris tombe dans le Trappnard


Cela semble tout de même anecdotique au vu de la seconde période. Paris déroule comme il en a pris l'habitude depuis maintenant un bon moment en Ligue 1. Aurier et Maxwell montent pour se faire plaisir offensivement. Laurent Blanc pense rapidement à la suite en donnant du temps de jeu à Kurzawa, Lavezzi et Rabiot. Les Bordelais, qui n'existent que par l'intermédiaire du volontaire Crivelli devant, craquent à un quart d'heure de la fin. Saivet commet une faute évitable et prend un deuxième jaune. Mais, en infériorité numérique, les Bordelais vont revenir, à la surprise générale. Khazri va au pressing sur Trapp, qui pousse trop la balle sur contrôle et s'effondre. Le meneur de jeu n'a plus qu'à botter dans le but vide. Stupeur au Parc qui se met à siffler sa recrue en provenance de Bundesliga. Paris essaie de réagir sur les dernières minutes, mais doit se résoudre à finir le match sur une embrouille entre Cavani et Nicolas Maurice-Belay. Le charme de la Ligue 1 opère toujours.

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:35 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
il y a 5 heures Les maillots du PSG floqués en mandarin 13 il y a 10 heures La panenka ratée de Diego Castro en Australie 14 Hier à 23:25 Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement Hier à 23:23 Suivez SoFoot.com sur Facebook
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 21:45 Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6