Traoré/Muratori : « Ruffier est bouillant »

Ils sont gauchers, sont concurrents mais ne se coupent jamais la parole. Le respect sans doute. Djimi Traoré et Vincent Muratori abordent la saison de l'AS Monaco avec une grosse envie.

Modififié
0 0
Comment se sont passées les vacances ?


VM : Je n'ai rien fait d'extraordinaire. Je suis resté en famille dans la région. J'ai vu mes potes. Je me suis surtout reposé. Aucune folie.


DT : C'était surtout la famille. Je suis ensuite allé en Sardaigne pour souffler, recharger les batteries. C'était soleil, repos et famille.

Avec le recul, quelles conclusions tirer de la saison dernière ?


VM : Une saison forcément positive et qui amène de l'expérience pour la suite, surtout pour les jeunes. Je retiens surtout le beau parcours en Coupe de France même si le regret d'avoir perdu persiste. Mais ça doit nous servir pour la suite.


DT : Sur un plan personnel, je suis heureux car c'était ma première saison au club et je me suis bien intégré à l'équipe sur et en dehors du terrain. Je me suis fait des amis, notamment Sébastien Puygrenier. Mais comme Vincent, je retiens le parcours en Coupe même si on n'a pas gagné le match qui fallait. Et puis notre 8ème place en championnat aussi, ce n'est pas rien. On était plutôt une équipe de coupe. Un peu insouciante sur certaines rencontres. On a pris des grosses claques dans la tronche de temps en temps mais on s'est toujours relevés .

Comment se passe la concurrence entre vous deux au poste de latéral gauche ?


VM : Ça me motive. On s'entend bien et Djimi a un palmarès qui parle pour lui. Un gars qui a gagné une Ligue des Champions avec Liverpool, on l'écoute. Il me fait part de son expérience et c'est primordial.


DT : La concurrence est saine. Vincent a l'avenir devant lui donc il faut qu'il me laisse encore le poste. Mais comme on est souvent blessés tous les deux, on arrive à jouer quand l'autre est à l'infirmerie. Par contre, je ne l'ai jamais blessé, ce n'est pas mon style hein.

Et l'arrivée du Viking Peter Hansson en défense ?


VM : Il s'est vite intégré. Il parle français donc ça aide beaucoup. Il est super sérieux et appliqué. Son calme est impressionnant dans les moments chauds. C'est le genre de mec indispensable pour entourer des jeunes, surtout en défense.


DT : J'ai déjà joué six mois avec lui à Rennes, donc on s'est retrouvés avec plaisir. Il sait s'adapter très rapidement, c'est véritablement un plus pour l'équilibre de l'équipe.

Vous avez perdu Nenê qui jouait devant vous au milieu et qui n'était pas le meilleur défenseur, comment le vivez-vous ?


VM : Nenê n'était pas connu pour ses qualités défensives, on le prenait en compte mais ça ne nous embêtait pas. Il était capable de débloquer le match à lui tout seul donc ça compensait. On connaissait le joueur que c'était.


DT : Je ne suis pas d'accord. On formait un bon petit duo défensif. Il m'aidait dans les tâches de repli notamment. Ok, ce n'était pas le meilleur défenseur mais il m'apportait un soutien précieux. Par contre, on a perdu une arme sur coup de pied arrêté. C'était le meilleur buteur de l'équipe mine de rien aussi. Mais ça va nous forcer à prendre nos responsabilités et c'est tant mieux.

Quelles sont vos ambitions personnelles pour la saison à venir ?


VM : Jouer le plus possible déjà. Ensuite, j'aimerais refaire un beau parcours en Coupe car j'en garde un souvenir exceptionnel.


DT : Faire mieux que l'an dernier tout simplement. Après parler d'objectif collectif, c'est difficile en cette période de l'année car le recrutement n'est pas bouclé.

Vous venez de battre le champion de France marseillais en amical, que faut-il en tirer ?


VM : Rien du tout. C'est un match de préparation comme les autres. C'est sûr que gagner sans prendre de but c'est bon pour le moral, mais il faut surtout ne pas se planter le 7 août.


DT : Ça sert de base de travail. On a pu notamment voir l'apport de Niculae devant. C'est le genre de joueur qui nous manquait. Des mecs capables d'aller au charbon et de donner des caviars aux autres. Mais on a surtout bossé notre assise défensive et là-dessus, on est plutôt contents pour le moment. Et puis avec Stéphane Ruffier chaud comme ça, on est bien. Le mec est archi-préparé avec l'épisode du Mondial français. Il va encore tout casser.

Justement le Mondial, vous en avez pensé quoi ?


VM : J'ai adoré les Allemands. C'était rapide, fluide, ça allait constamment de l'avant avec un jeu direct.


DT : Pareil. Un gros kiff devant les Allemands. C'était spectaculaire et incisif. L'Espagne était plus calme où tout le monde défendait et attaquait. Ça a confirmé que le collectif prime sur les individualités.

Djimi, vous avez gagné la C1 avec Liverpool, un club que devrait rejoindre Loïc Rémy, vous pensez qu'il fait le bon choix ?


C'est le moment d'y aller avec le nouveau coach. Je sais qu'ils ont des soucis sportifs et financiers, mais Liverpool ça ne se refuse pas. Avec son style, il peut se faire une petite place au soleil.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Rémy sur la pente Red ?
0 0