En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 7e journée
  3. // Monaco/Bastia (3-0)

Tranquille comme Monaco

Toujours invaincu, Monaco signe une cinquième victoire. Grâce à ses deux buteurs, Rivière et Falcao, le club du Rocher s'est facilement défait de Bastia (2-0) et garde sa place leader. Auteurs d'un gros début de match, les Corses n'ont pas tenu la route.

Modififié


Visiblement, cette saison, il faudra faire avec Emmanuel Rivière. Lorsque Radamel Falcao débarque en plein été sur le Rocher pour une soixantaine de millions d'euros, personne ne s'inquiétait du sort réservé à l'ancien Toulousain. Destiné à aller voir ailleurs ou à faire le nombre à l'entraînement, mais sûrement pas à être aligné en duo avec l'un des tous meilleurs attaquants de la planète. Quelques semaines plus tard, le Martiniquais est toujours présent. Bien présent même. Avec six buts en six matchs, Rivière, raillé à juste titre par le passé pour son adresse toute relative devant le but, fait taire les haters. Ce soir, une fois de plus, il a été l'un des artisans principaux de la victoire de Monaco face à des Bastiais qui ont tenu une demi-heure avant de disparaître progressivement (2-0). Un but dans le pur style Rivière et une victoire qui permet aux joueurs du Rocher de conforter leur place de leader après les victoires marseillaises et parisiennes. Ah oui au fait, Falcao aussi a marqué. Deux fois.

Rivière / Falcao, la course-poursuite

Rien à perdre, tout à gagner. La phrase est un peu simpliste, mais elle résume bien l'état d'esprit bastiais. Invaincu depuis trois matchs, Bastia veut tenter un coup dans un Louis-II presque acquis à sa cause. Fantastique ou fantomatique avec Sochaux, Ryad Boudebouz montre que l'air corse lui fait du bien. L'Algérien se bat comme un diable sur son côté gauche et fait frissonner la défense monégasque sur chaque corner. Et quand le gaucher n'est pas dans le coup, c'est Kazri qui sème la panique sur son côté gauche. Dans un 4-4-2 monégasque très offensif (Ocampos et Rodriguez sur les côtés, Falcao et Rivière devant), Kondogbia et Moutinho, seuls au milieu, peinent à canaliser leurs adversaires. Les Bastiais jouent tous les coups à fond. Trop à fond peut-être. Dans une partie intense qui va d'un but à l'autre – plus de dix frappes dans le premier quart d'heure – le diesel monégasque laisse les Corses se fatiguer avant de passer la deuxième. Rivière alerte une première fois Landreau sur un centre de Raggi, très bon ce soir. Puis l'ancien Nantais, sollicité de toute part, claque un superbe ciseau de Kurzawa.

Bastia suffoque, Rodriguez et Moutinho le sentent bien. Le premier lance parfaitement Rivière qui gagne son duel avec Modesto et ajuste Landreau d'un plat du pied chanceux (39e). Dans la foulée, le second prend tout son temps pour envoyer un délice de ballon aérien vers Radamel Falcao qui se charge de fusiller Landreau (42e). ça fait six buts chacun, deux pour Monaco, zéro pour Bastia. Le compte est bon.


Kazri, seul contre tous

Mi-temps ou pas, la machine monégasque est lancée. À peine revenus sur le pré, les deux buteurs reprennent leurs bonnes habitudes et donnent du boulot à Mickaël Landreau. Déjà émoussés physiquement, les Bastiais perdent Yannick Cahuzac et Sébastien Squillaci coup sur coup. Dur. Avec deux leaders out et un autre qui fait tout ce qu'il peut dans sa cage pour maintenir les siens en vie, Bastia paraît sérieusement limité. Pourtant les hommes de Frédéric Hantz ne se démontent pas et se remettent à faire le jeu. Toujours emmenés par un très bon Kazri, les Corses s'essayent et butent à Subašić. Mais plus les minutes défilent, plus le numéro 10 et sa boule à zéro sont condamnés à l'exploit individuel. Seul face à Abidal et sa bande, Kazri parvient tout de même à se montrer dangereux grâce à ses crochets courts et sa frappe de mule. Les Monégasques, eux, ont passé leur deuxième mi-temps à gérer leur avance, tranquillement, en faisant tourner. Une habitude sur les dernières sorties, preuve que Claudio Ranieri voit loin. En attendant, Radamel Falcao, en pur renard des surfaces, aggrave la marque (89e) et prend seul la tête du classement des buteurs. Tranquille.

Par Thomas Porlon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 65 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8 mardi 20 février Ronaldinho se lance dans la musique 12