Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Supercoupe d'Espagne
  2. // Barcelone-Séville (3-0)

Tranquille comme le Barça

Jamais inquiétés, ou presque, les Blaugrana ont confirmé leur large supériorité face au FC Séville. Le succès, encore plus large qu’à l’aller (3-0), permet ainsi au Barça de se proclamer super-champion d’Espagne, et à Arda Turan de se signaler.

Modififié

FC Barcelone 3-0 Séville FC

Buts : Arda Turan (10e, 46e) et Messi (55e) pour le Barça

En larmes un soir de défaite chilienne, Lionel Messi entame ce nouvel exercice avec le sourire d’un enfant médaillé. Avec le brassard de capitaine, aussi. En l’absence d’Andrés Iniesta, l’Argentin connaît enfin sa première récupération de trophée sous la liquette blaugrana. Car comme la cascade de forfaits et le résultat de la manche aller le supposaient, le FC Barcelone n’a pas peiné à remporter sa première breloque dorée de la saison. Une douzième Supercoupe d'Espagne qui porte le sceau de la Pulga, évidemment buteur et passeur, mais également celui d’Arda Turan. Porté disparu depuis son arrivée sur les bords de la Méditerranée, le Turc retrouve de sa splendeur passée et ravit enfin le Camp Nou. Une renaissance qu’explique en grande partie son repositionnement. Utilisé à un poste de relayeur la saison passée, il profite de l’absence olympique de Neymar pour se revendiquer en tant qu’ailier. Dans les faits, le Stambouliote convertit un caviar de l’Argentin (10e), puis gratifie les aficionados du nouveau super-champion d’Espagne d’un lob tout en toucher (46e). Somptueux.

Les adieux réussis de Claudio Bravo


À défaut « d’inventer des joueurs » comme il s’en amusait en avant-match, Jorge Sampaoli dégaine un schéma inédit pour son onze sevillista. D’abord entreprenant, le collectif sévillan – avec pas moins de sept changements par rapport à la manche du Sánchez-Pizjuán –, grippe la mécanique azulgrana. Durant cinq tours de cadran, tout du moins, le néo-Palangana Ben Yedder chauffe les gants de Claudio Bravo avant de titiller sa barre. Deux opportunités qui restent orphelines jusqu’au penalty concédé par un Samuel Umtiti à la mimine baladeuse. Sans jus et sans idée, le capitaine Iborra confirme la soirée sans des siens et offre à Claudio Bravo une jolie parade d’adieux. En instance de départ vers Manchester City, le Chilien se détend de tout son long et permet au champion de Liga de conserver son avance. En soi, un juste retour des choses, tant pour le portier si régulier durant ses deux exercices blaugrana, que pour un collectif déjà rodé malgré le roulement d’effectif orchestré par Luis Enrique.

Une génération 93 taille patron


L’Asturien, justement, est un entraîneur comblé. Après avoir aligné six nouvelles têtes par rapport au onze victorieux à Séville, il assiste à un récital de ses poulains. Au premier rang des satisfactions figurent les trois recrues de la génération 93. Samuel Umtiti, solide au duel et soyeux à la relance, Lucas Digne, désireux d’épauler Turan et au centre sur le 26e pion de Lionel Messi face à Séville (56e), et André Gomes, dont la technique léchée illumine déjà les pupilles des spectateurs du Camp Nou, rendent une première prestation convaincante. Ces performances rassurent le conseil d'administration de Josep Bartomeu autant que son compte en banque, vidé de quelque 90 millions d’euros pour ces acquisitions. Une félicitée qui est pourtant assombrie à dix minutes du terme lorsque Javier Mascherano, touché musculairement, quitte le pré. Mais l’essentiel est ailleurs pour un Barça guéri de ses maux défensifs de pré-saison et prêt à affronter une nouvelle campagne de Liga.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier