1. // CAN 2010

Tout ce qu'il ne sert à rien de savoir sur la CAN

... mais qu'on peut toujours servir dans les dîners en ville. En vrac et pour le fun, tout un tas de chiffres et stats inutiles, rien que pour vous.

Modififié
0 0
-Deux des affiches de ces quarts de finale ont donné lieu dans le passé à des finales de légende : Zambie-Nigeria et Egypte-Cameroun par deux fois. L'affrontement entre les Chipolopolo et les Super Eagles remonte à plus de quinze ans pour la deuxième et dernière victoire du Nigeria (2/1) à la CAN en 1994. En 1986 et en 2008, l'Egypte a gagné deux finales contre les Lions indomptables. La première aux tirs au but à domicile et la seconde (1/0) au Ghana, il y a deux ans, après les avoir déjà joués et souffletés en poules (un cinglant (4/2).

-Le record d'affluence d'une rencontre de la CAN appartient d'ailleurs à la finale de 1986, Egypte-Cameroun au Caire avec 122 000 spectateurs.

-Six finales aujourd'hui se sont à ce jour terminées aux tirs au but : Libye-Ghana en 1982, Egypte-Cameroun en 1986, Ghana-Côte d'Ivoire en 1992, Nigeria-Cameroun en 2000, Sénégal-Cameroun en 2002 et Egypte-Côte d'Ivoire en 2006.

-Une seule finale fut rejouée. Celle de 1974, où après un premier match nul entre le Zaïre et la Zambie (2/2), le premier nommé, qui ne s'appelait déjà plus le Congo-Kinshasa (victorieux en 68) et pas encore la République démocratique du Congo (son nom actuel), allait rafler un second titre (2/0) lors de la seconde rencontre.


Ironie de l'histoire : la seule finale de coupe d'Europe des clubs champions (future ligue du même nom) à être rejouée date de... 1974. Le Bayern avait dû aussi s'y reprendre à deux fois pour battre l'Atletico (1/1 et 4/0).

- Cette CAN 2010 pourrait valoir à l'Egypte d'enrichir son riche palmarès et sa copieuse collection de records :

-Avec 22 participations, elle est déjà l'équipe la plus assidue en phase finale. Elle n'a manqué aucune biennale du foot africain depuis 1984 (13 participations consécutives : record ici aussi).


Trois de ses joueurs ont remporté trois CAN : Hossam Hassan (1986, 98 et 2006), Ahmed Hassan (1998, 2006, 08) et Essam Al Hadary (1998, 2006, 08). Ces deux derniers pourraient agrandir leur CV en cas de succès dimanche prochain.


Ahmed Hassan a fêté hier sa cent soixante-dixième sélection lors du quart de finale contre le Cameroun. Record d'Afrique battu. Il était détenu par son compatriote et ex-coéquipier, Hossam Hassan.


En battant le Cameroun en quart de finale, les Pharaons poursuivent leur série d'invincibilité et la portent à dix-sept matchs sans défaite. Leur dernier revers remonte à la CAN 2004, en phase de poule contre... l'Algérie (1/2), leur rival honni qu'ils retrouveront ce jeudi en demi-finale.


Bien évidemment, si la marque atteignait les dix-neuf rencontres sans perdre, cela voudrait dire dans la foulée que l'Egypte aurait gagné sa septième CAN (record), sa troisième de rang (une première dans l'histoire).

-Chez les coachs, l'entraîneur ghanéen Charles Gyamfi est le seul à en avoir raflé trois avec la Black Star (1963, 65, 82).

-Outre les trois joueurs égyptiens (mentionnés plus haut) vainqueurs de trois trophées, huit joueurs ont disputé trois finales de coupe d'Afrique des nations : l'Egyptien Al Fanagili (1957, 59, 62), le Ghanéen Jones Attuguayeflo (1965, 68, 70), le Nigérian Rashidi Yekini (1988, 90, 94) et les Camerounais Roger Milla et Emmanuel Kundé (1984, 86, 88), Samuel Et'o, Rigobert Song et Geremi Ngetap (2000, 02,08).

-Trente-quatre pays ont déjà joué une phase finale sur les cinquante-trois qui sont affiliés à la Caf. Treize l'ont emporté : l'Egypte (6 fois), le Ghana et le Cameroun (4), le Nigeria et la RDC (ex-Zaïre) (2) et l'Ethiope, le Soudan, le Congo, le Maroc, l'Algerie, la Tunisie, l'Afrique du Sud et la Côte d'Ivoire.

-Dernière équipe “novice ” à intégrer une phase finale : le Bénin en 2004. Depuis les Ecureuils se sont qualifiés de nouveau en 2008 et 2010. Dix-neuf autres sélections attendent encore et toujours leur dépucelage en phase finale.

-Après avoir permis aux Egyptiens et aux Ghanéens d'organiser une quatrième CAN (en 2006 et 2008) à domicile, les hauts stratèges de la Confédération africaine ont décidé de favoriser des pays qui ne l'avaient pas encore organisée. C'est donc l'Angola qui festoie cette année, premier pays du sud du continent depuis l'Afrique du Sud en 1996.

-Après le Ghana et le Nigeria en 2000, on fêtera le revival des organisations bicéphales avec l'attribution conjointe au Gabon et à la Guinée-Equatoriale de la CAN 2012. Comme pour l'Euro polono-ukrainien, l'hydre à deux têtes est dans l'air du temps. On parle de candidatures portugo-espagnole, dano-suédoise et belgo-néerlandaise pour le Mondial 2018. On rappellera à tous ces jeunes gens dynamiques que le record mondial du genre appartient à la cultissime Asian Cup 2007 (victoire de l'Irak) avec quatre pays organisateurs : Malaisie, Thaïlande, Vietnam et Indonésie. Avis aux amateurs...

-La coupe d'Afrique de 2014 reviendra à du classique, si l'on ose dire, avec la nomination de la Libye (déjà pays hôte en 1982). Le colonel s'impatientait. Pour 2016, la Caf est prévoyante, le Kenya, la Guinée, la RDC, le Maroc et le Cameroun ont déjà expédié un dossier.

-69 joueurs issus du championnat de France disputent cette CAN 2010. Loin derrière, ce sont la Premier League et la L1 égyptienne qui fournissent le plus de matières premières (25 chacune). On trouve ensuite l'Afrique du Sud (avec notamment des sélectionnés du Malawi, quelques Angolais, des Zambiens, des Mozambicains) avec 23 sociétaires, l'Allemagne suit avec 19. Viennent après les ligues tunisienne (16), espagnole et angolaise (12).

-Pour ce qui concerne les clubs représentés, c'est l'OGC Nice qui présente le plus fort contingent (8 joueurs). Suivent Ah Ahly (Egypte), l'Atletico Luanda (Angola), Leiria (la tête de pont européenne des Angolais, comme l'Udinese peut l'être avec les Ghanéens) présentent cinq éléments. Une moitié d'équipe (5 pro) manquent en ce moment au CF Maputo (Angola), à l'Etoile du Sahel et à l'Espérance de Tunis, au Zamalek SC (Egypte) et au Super Escom (Malawi). Monaco, Nantes et Marseille, Chelsea et Portsmouth, Sion et le club Africain sont, eux, privés de quatre hommes.

-Avec 99 buts (moyenne : 3,09/match), la CAN organisée au Ghana il y a deux ans, est la plus prolifique de tous les temps. Pour l'instant, Angola 2010 en est à 66 buts en 25 matchs (moyenne 2,64 par rencontre) après les quarts de finale. L'absence du Togo a ôté trois matchs à la poule B. Parmi les demi-finalistes, les Pharaons présentent le meilleur bulletin scolaire, en attaque (11 buts) comme en défense (2 buts contre).

-La gâchette la plus rapide de toute l'histoire s'appelle Ayman Mansour, elle est égyptienne et elle a frappé au bout de vingt-trois secondes d'un match contre le Gabon en 1994 (4/0).

-Avec ses deux buts du premier tour cette année, Samuel Eto'o compile désormais 18 buts à la CAN. C'est le meilleur buteur de l'histoire. Il en a inscrit à chaque tournoi depuis qu'il participe : quatre en 2000, un en 2001, un en 2004, cinq en 2006, cinq en 2008 et deux cette année pour l'instant. Contre l'Egypte, il a joué son vingt-neuvième match à même pas... vingt-neuf ans, soit une moyenne de 0,62 but par rencontre.

-Sur un tournoi, c'est Ndaye Mulamba (9 buts) qui a réussi le meilleur total en 1974 pour le Zaïre (RDC).

- Pour sa huitième participation record à une phase finale, Rigobert Song a probablement joué contre la Zambie son trente-cinquième et dernier match de CAN depuis 1996 à une phase finale (record). Jusque cette année, il partageait cette marque avec le gardien ivoirien Alain Guamené (de 1988 à 2000).

-La première CAN a été organisée en 1957 à Khartoum (Soudan). Quatre pays (1) étaient invités et l'Egypte l'avait déjà emporté. Pour la quatrième édition, en 1962, on instaura des éliminatoires. La périodicité se fixe à deux ans entre les éditions de 68 et 70. A partir de 1967, les sélections ont pu utiliser deux joueurs professionnels n'évoluant pas au pays. Ce n'est qu'au début des années 80 qu'il n'y eut plus de quotas et que les équipes purent aligner qui elles voulaient.

-A titre de comparaison, la copa America débute sur invitation avec trois équipes en 1910 mais le vrai tournoi commence en 1916 (l'Argentine l'organise les deux fois). Onze tournois à quatre seront organisés en douze ans (de 1917 à 1929). Puis un trou de six ans avant de repartir en 1937 avec six équipes. Ce n'est qu'en 1949 au Brésil que dix équipes bataillent en prévision du Mondial auriverde de l'année suivante.

La Concacaf (Amérique du Nord et centrale) initie, elle, un championnat unifié en 1963 mais les deux entités qui l'ont fondée avaient chacune leur épreuve depuis un moment : la Confédération d'Amérique centrale et des Caraïbes organisait le CCCF Championship depuis 1941 (le Costa Rica fut sacré sept fois sur dix) ; la Ligue nord-américaine de soccer (NAFC) débute en 1947 et le Mexique a raflé les deux titres mis en jeu. Depuis 1991, le champion continental est consacré, tous les deux ans, lors de la Gold cup (la suite du championnat CONCACAF) qui se déroule la plupart du temps aux Etats-Unis avec douze équipes invitées ou qualifiées.

L'Euro naît en France en 1960 avec quatre équipes. Il passera à huit en 1980 puis à seize en 1996. Tous les quatre ans. Comme l'Asian cup qui trouve tout de suite sa formule à Hong-Kong (alors territoire britannique) en 1956 avec comme presque tous les autres continents une première formule à quatre. La Corée du Nord est titrée. Ce n'est qu'à la septième édition au Koweït en 1980 que la coupe d'Asie passe à dix équipes. Curiosité de la géopolitique du football, Israël sera sacré champion d'Asie en 1964.

Enfin, le sixième continent (parce que dans le monde de la balle ronde ils sont six) sera le dernier à organiser sa compétition continentale. Et encore. Créée en 1973 en Nouvelle-Zélande, avec cinq équipes, la coupe d'Océanie ne connaît que deux éditions en vingt-trois ans. Depuis 1996, elle consacre enfin un vainqueur tous les deux ans. Seul hic de taille : l'Australie, la nation phare, s'en est allée... en Asie à la chasse aux billets pour le Mondial (5 places pour l'Océanie, une demi pour l'Océanie) et à un titre continental un peu plus reluisant.



(1) : Invitée au Soudan, l'Afrique du Sud a finalement décliné, ne voulant pas céder aux injonctions des trois équipes (Ethiopie, Egypte et Soudan) d'aligner une équipe mixte (Noirs et Blancs). Pour le régime de Pretoria, c'était l'un ou l'autre. Ce ne fut donc personne et la première CAN n'abrita que trois équipes.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Amerika Perdida
0 0