En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 37 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // St-Étienne
  3. // Itw Dominique Rocheteau

« Tous les étés, je partais aux États-Unis pour voir des concerts »

L’Ange Vert. Parfois on nous attribue des surnoms que l’on n’aime pas. Puis il nous colle tellement à la peau qu’on finit par l’accepter. Après une brillante carrière, Dominique Rocheteau est revenu à Saint-Étienne. Membre du staff dirigeant des Verts, il nous reçoit.

Modififié
On vous surnommait l’Ange vert. Vous n’aimiez pas trop. Pourquoi ?
Je n’aimais pas trop parce à l’époque, j’avais 20 ans. Jean-Pierre Frimbois, le rédacteur en chef de Onze, m’avait surnommé l’Ange vert, et puis c’est resté. J’étais un peu rebelle. Ange, je n’aimais pas !

Vous ne vous reconnaissiez pas dans cette appellation ?
J’avais un côté rebelle, un peu anarchiste, je vivais tranquille, en solitaire dans mon chalet. J’étais assez engagé politiquement, donc « Ange » , ça ne me plaisait pas du tout, mais c’est resté. Et même l’image d’ange sur les terrains, ce n’était pas évident. Lorsqu’on allait à certains endroits, quand on tombait sur certains joueurs assez expérimentés… j’ai réussi à me faire respecter au fur et à mesure. Mais aujourd’hui, je prends ce surnom du bon côté, c’est une reconnaissance.

Vidéo

Dans une interview accordé à Football en 1976, vous disiez : « Jamais le joueur Rocheteau ne devra empiéter sur l’homme. »
Entre ce que je disais à 20 ans et ce que je pense maintenant… Je voulais dire qu’il y avait d’un côté le footballeur, ma passion. J’aimais m’entraîner, j’aimais être avec l’équipe, être avec les autres joueurs. À côté de ça, j’avais une vie, avec d’autres amis que j’avais gardés, d’enfance ou de lycée. Je suis fidèle en amitié. J’avais deux vies différentes. Peut-être façon Docteur Jekyll et mister Hyde, enfin pas vraiment. J’aimais la musique, les concerts. Dès que j’avais un peu de vacances, je partais aux États-Unis. Pour moi le football, c’était loin. Il y avait une vraie barrière.

« Mes parents étaient des paysans de la mer. Mon père était ostréiculteur. On partait en bateau, je vivais près de la mer, de l’océan. Je suis allé au lycée à Royan. C’était une enfance heureuse. »

Vous avez beaucoup changé ?
J’ai toujours des passions. Quand j’étais footballeur, je disais : « Moi, ce que j’aime c’est jouer et puis, après, j’arrêterai parce que le reste ne m’intéresse pas. » Finalement, je suis resté dans le football parce que j’aime ça, j’aime le foot. J’ai passé des diplômes pour être manager à Limoges pendant deux ans. Je me suis retrouvé à Saint-Étienne finalement comme dirigeant, ça fait cinq ou six ans. C’est vrai qu’à l’époque, lorsque j’étais joueur, je n’aurais pas pensé faire ça après.

Vous êtes heureux aujourd’hui ?
Oui, je me sens vraiment bien dans ce que je fais. Je m’éclate avec des gens que j’aime bien. Je suis revenu dans mon club, mes racines, même s’il y a eu le PSG un club qui m’a beaucoup marqué, que j’aime beaucoup, mais Saint-Étienne, c’est mes racines.

Vous aviez un profil atypique, un style atypique, si je dis qu’il s’approchait de celui d’un neuf et demi ?
Non, je ne pense pas. J’ai joué dans toutes les équipes de jeunes près à la Rochelle au poste d’avant-centre. Je comptabilisais mes buts après chaque match. Après quand je suis arrivé à Saint-Étienne, j’ai changé, enfin on m’a fait changer. Avec les valeurs d’ici on m’a fait comprendre que le football était un sport collectif. Robert Philippe qui était mon entraîneur pendant ma formation m’a placé ailier droit parce qu’il l’avait ressenti. On jouait en 4-3-3 à l’époque. Un poste que j’ai gardé pendant toute ma carrière à Saint-Étienne. C’est pour ça que j’ai moins marqué qu’au PSG, où je jouais (il hésite) un peu avant-centre, mais ça a évolué. Avec Boubacar et Toko sur les côtés, deux très bons joueurs, j’avais du mal au début, j’ai dû attendre mon septième match pour marquer mon premier but avec Paris. Après l’organisation tactique a évolué puisqu’on a joué en 4-4-2 à partir des années 1980 comme en équipe de France. Et là j’étais un attaquant libre. J’aimais bien aller sur les côtés, mais j’étais un pur attaquant quand même. Je ne revenais pas au milieu. J’étais 9, 7 ou 11.


Vous êtes né le 14 janvier 1955 à Saintes. Quel type d’éducation avez-vous reçu ?
Très simple, avec des parents aimants. Une jeunesse heureuse à la campagne. Mes parents étaient des paysans de la mer. Mon père était ostréiculteur. On partait en bateau, je vivais près de la mer, de l’océan. Je suis allé au lycée à Royan. C’était une enfance heureuse. (sourire) Quand j’arrive à Saint-Étienne à 15 ans, ça me change beaucoup. Passer de la côte Atlantique avec l’océan à Saint-Étienne, il y a eu un gros changement. Après j’ai beaucoup aimé Saint-Étienne pour ses valeurs. C’était une ville de mineurs. J’apprécie beaucoup les Stéphanois, le côté très famille.

« Ma mère jouait au foot avec une équipe féminine à l’époque. C’était peut-être une des premières équipes féminines. »

Parlons famille, justement. Je vous cite : « Dans le football comme en beaucoup d’autres choses, mon père m’a instruit sans me forcer à apprendre, il m’a amené à la découverte. »
Une enfance heureuse, mais une enfance de football, ma vie c’était le football. Dès deux ou trois ans, je suivais mon père qui était un bon footballeur de la région. Je le suivais partout. Je n’aimais pas trop au début, je préférais avoir un ballon et jouer à côté. Mais mon père était mon exemple. C’est lui qui m’a appris le football, dans le jardin…

En dehors du foot, quelles valeurs vous a-t-il inculquées ?
Mon père n’est pas quelqu’un qui m’expliquait les choses. Pas très causant, mais je le regardais évoluer, sur un terrain de foot comment il se comportait. C’est lui qui m’a appris les choses. Super comportement, jamais un carton jaune, jamais un mot plus haut qu’un autre. Il se conduisait bien.

Vidéo

Quel regard portait-il sur votre carrière ? Vous en parliez ?
Très peu. Je savais qu’il était là, qu’il me regardait. On ne se dit pas énormément de choses, mais on sait.

Votre mère et votre sœur tapaient aussi dans le ballon...
Oui, ma mère jouait au foot avec une équipe féminine à l’époque. C’était peut-être une des premières équipes féminines. Elle jouait un petit peu, pas beaucoup. Toute la famille jouait au foot, mes oncles, j’étais baigné dedans.

« J’aimais la musique anglaise lorsque j’avais 13 ou 14 ans : j’étais plus Rolling Stones que Beatles quand même. Après je me suis tourné vers la musique américaine, californienne et tous les courants musicaux de l’époque. »

À cette époque, avoir une maman qui joue au foot, c'est rare...
Elle aimait le foot, elle faisait quelques matchs, il n’y avait pas de championnat. Je n’en ai que des vagues souvenirs, mais elle aimait le football surtout. Mon père me parlait de Kopa, mais moi durant toute mon enfance je n’ai jamais vu de match professionnel. On était au bord de l’océan. Mon premier match je l’ai vu à 14-15 ans je crois, à Bordeaux pour voir l’un des derniers de Kopa. J’ai regardé les premières Coupes du monde avec Pelé. Mais les joueurs professionnels ne me faisaient pas rêver. C’était plutôt la musique. À partir de 11-12 ans j’aimais les Beatles, les Stones. Mes idoles étaient dans la musique.

Vous auriez pu être musicien ?
Oui, j’aurais aimé, mais bon, j’ai choisi autre chose. J’ai essayé, j’aimais la musique, mais je n’étais pas un grand musicien.


Vous aimiez la country aussi. D’où ça vient ?
Influence musicale, culturelle, des rencontres. J’aimais la musique anglaise lorsque j’avais 13 ou 14 ans : j’étais plus Rolling Stones que Beatles quand même. Après, je me suis tourné vers la musique américaine, californienne et tous les courants musicaux de l’époque. J’étais plus country rock du sud des États-Unis, les Allman Brothers. Tous les étés pour mes vacances, je partais aux États-Unis pour des trips, voire des concerts.

Vidéo

Un voyage vous a-t-il plus marqué qu’un autre ?
Moi, c’était la Californie. J’ai fait toute la West Coast. Pacific One, en voiture, c’est ce que j’adorais. C’était le rêve américain.

« J'aurais bien aimé jouer aux États-Unis. J'ai beaucoup lu Kerouac. »

Racontez-moi.
Je partais avec des amis, ma fiancée de l’époque. On partait à l’aventure. Je ne réservais pas. Ce n’était pas le Club Med. J’arrivais à San Francisco, on descendait et on ne savait pas trop où on allait. J’aimais bien cette liberté.

Pourquoi ne pas avoir fini votre carrière aux États-Unis ?
J’y ai pensé, mais ce n’était pas le moment. Il y a eu une période où plusieurs grands joueurs - Pelé, Cruyff - sont arrivés, mais c’était avant moi. Le football américain voulait amener des grandes stars. Dans les années 1980, il a plongé, mais j’aurais bien aimé.

D’où vient ce côté hippie ? Il vient du phénomène de société ou de votre éducation ? J’ai entendu que vous avez beaucoup lu…
Kerouac, c’était l’écrivain du mouvement hippie. J’aimais bien, mais je voyais ça de loin, j’étais footballeur. Rigueur et tout. Je ne pouvais pas partir dans des trucs… J’aimais bien aller voir des concerts, mais j’avais une vie de footballeur réglée. Pendant les vacances, je faisais ce que j’avais envie de faire, j’étais moi-même.


À la base, la carrière professionnelle n’était pas un de vos objectifs. Est-ce qu’il y a eu un événement décisif ?
Oui, il y a eu un événement. Je ne pensais pas du tout aller dans un club pro. Je jouais dans un petit village, après je suis allé à la Rochelle qui était mieux organisée. C’est là que j’ai été repéré à 14-15 ans, par Saint-Étienne et Nantes, deux clubs formateurs, après avoir fait des sélections. Ils étaient venus au concours des jeunes footballeurs à Paris. Pierre Garonnaire, recruteur de l’époque, a rencontré mes parents durant l’été pour me faire signer. Mais moi, je ne voulais rien décider. J’étais bien chez moi. Le président de la Rochelle arrive au même moment. Il devait savoir que Pierre Garonnaire venait. Il m’avait pris sous sa coupe, était un peu paternaliste. Il y a eu une altercation entre les deux et j’ai dit à ce moment-là : « Je pars à Saint-Étienne. »

Vous arrivez en 71 comme stagiaire. Quels sont vos souvenirs ?
La rencontre de grands joueurs, notamment Salif Keita. Je n’avais pas d’idole, mais certains m’avaient marqué. Keita était sûrement le plus grand joueur de Saint-Étienne. Il était adorable, vraiment gentil avec moi. Après je n’avais pas trop contacts avec eux. Je suivais des études en même temps. Mes parents voulaient absolument que j’aille au lycée, je m’entraînais le soir. Je m’étais fait pas mal de copains lycéens, je n’ai pas eu une vie de footballeur pendant deux ou trois ans. J’avais une vie d’étudiant, ce qui n’était pas plus mal. Ça m’a un peu desservi sur le plan sportif, j’ai pris un peu de retard. J’ai eu le sentiment par rapport à certains jeunes du centre de formation, de vivre une jeunesse normale.


Vous étiez impressionné d’arriver à Saint-Étienne ?
Non, je ne suis pas le genre à être impressionné, mais respectueux.

Vous avez eu pas mal de blessures en début de carrière, puis vous vous révélez dans le 4-3-3 de Robert Herbin en 75-76.
Je jouais avant, j’ai commencé à 17 ans. J’avais fait des matchs, mais pas régulièrement. Déjà parce que j’étais au lycée, mais aussi parce que je pars au bataillon de Joinville faire l’armée. Je devance l’appel à 18 ans. Ça m’a bien servi parce que pendant un an, j’ai bien bossé. Ce n’est que par la suite que je suis vraiment entré dans l’équipe.

Propos recueillis par Flavien Bories
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 12:05 OFFRE SPÉCIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!! Hier à 18:30 Le Récap "Ligue des Champions" de la #SOFOOTLIGUE Hier à 09:53 408€ à gagner avec PSG, Lazio & Fiorentina
Hier à 14:50 Un U17 suspendu trente ans pour avoir frappé un arbitre 37 Hier à 12:16 Bastian Schweinsteiger : « Je suis ouvert à toutes propositions » 24 Hier à 11:47 Ils ont joué à Marseille ET au PSG (via Brut Sport)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 09:50 Luiz Felipe Scolari va quitter Guangzhou Evergrande 20 jeudi 19 octobre Le très joli but d'Olivier Giroud 35 jeudi 19 octobre Une sauce barbecue géante se frite avec les supporters adverses 27 jeudi 19 octobre Il parcourt 6 000 km pour son club sur Football Manager 30 mercredi 18 octobre Lyon-Duchère : Enzo Reale suspendu 7 matchs 11 mercredi 18 octobre Un club de D3 va construire une tribune debout grâce à un crowdfunding 8 mercredi 18 octobre La roulette insolente de JK Augustin 34 mercredi 18 octobre À Coventry, un fan descend sur la pelouse pour engueuler les joueurs 12 mardi 17 octobre 345€ à gagner avec PSG, Bayern & Juventus mardi 17 octobre 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! mardi 17 octobre Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 13 mardi 17 octobre Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 3 mardi 17 octobre Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 mardi 17 octobre Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 12 mardi 17 octobre Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 32 mardi 17 octobre Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 6 lundi 16 octobre 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham lundi 16 octobre Taarabt met fin à trois ans de disette 16 lundi 16 octobre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 16 octobre Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 lundi 16 octobre Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 lundi 16 octobre Un match retardé à cause des confettis 3 lundi 16 octobre Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 lundi 16 octobre Le missile de Guedes avec Valence 21 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 11 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32 dimanche 1er octobre Il envoie un coup de boule à son coéquipier en plein match 2 dimanche 1er octobre Le ciseau d'Haller 1 samedi 30 septembre Villas-Boas suspendu huit matchs 1 samedi 30 septembre Un club de D6 allemande sponsorisé par une actrice porno 26 samedi 30 septembre Scolari veut envoyer Ancelotti en Chine 4 samedi 30 septembre Le plan machiavélique de Lucas Digne (via Brut Sport) vendredi 29 septembre Le licenciement d’Ancelotti provoqué par cinq joueurs 70 vendredi 29 septembre L'Ukip accusé d'avoir plagié le logo de la Premier League 19 vendredi 29 septembre Griezmann va publier des romans 50 vendredi 29 septembre Le mode "foot en salle" à FIFA... (via Brut Sport)