En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 35 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Itw Peter Schmeichel

« Tous les enfants rêvent de devenir quelqu’un »

Il n'a pas changé. La coupe est toujours soignée, le regard toujours aussi convaincu et les mains toujours aussi immenses. Vainqueur de l'Euro 92, légende de son poste, Peter Schmeichel était de passage cette semaine à Paris pour Carlsberg, partenaire officiel de l'Euro en France. L'occasion de voir que la détente n'a pas changé. Entretien.

Modififié
Le début de l’Euro en France doit vous évoquer beaucoup de bons souvenirs. Où étiez-vous et que faisiez-vous quand vous avez appris que vous alliez finalement disputer l’Euro 1992 avec le Danemark ?
Je terminais une première saison très décevante avec Manchester United. Nous avions perdu le titre dans les deux dernières semaines. Nous aurions dû le gagner, mais nous avons déconné. J’étais très déçu. Nous avions encore un match de préparation face à la CIS avec la sélection. Nous nous entraînions tous les jours pendant deux semaines. Nous n’étions pas vraiment en vacances : là-haut un petit peu (il montre sa tête), mais en bas pas du tout (il montre ses jambes). Tous les matins, nous venions nous entraîner. Le fameux jour, nous avions deux séances d’entraînement, une le matin et une l’après-midi. Nous déjeunions tous ensemble le midi. On y pensait, bien évidemment, mais on se disait tous : « Ça n’arrivera jamais, ils n’excluront pas la Yougoslavie comme ça. » C’était une décision très lourde de la communauté internationale. Ça ne touchait pas que le sport, c’était à tous les niveaux. Nous n’espérions pas ça, nous savions que c’était terrible pour le peuple yougoslave et pour les joueurs qui s’étaient qualifiés sur le terrain pour aller à l’Euro. Mais nous entendions les rumeurs d’exclusion. Puis d’un coup, elles sont devenues vraies. On nous a avertis et on a dû commencer la préparation. Peu importe comment on retourne la chose, on a quand même réussi à bien se préparer.

Avant la compétition, votre sélectionneur, Richard Møller Nielsen, a pourtant eu ces mots : « On va en Suède pour gagner le championnat d'Europe. » C'était vraiment l'objectif ?
C’est facile de dire oui avec le recul, alors qu’on l’a effectivement gagné. Personne ne croyait vraiment qu’on pouvait faire un coup. Mais l’ambiance dans le groupe était bonne. Si on met les deux premiers matchs de qualification de côté, on était la meilleure équipe du groupe. Nous savions que nous avions le niveau pour bien figurer pendant cet Euro. Notre ambition, c’était surtout d’y aller et de bien figurer. Nous ne voulions pas venir, perdre trois matchs et rentrer à la maison pour être oubliés pour toujours. Beaucoup de jeunes joueurs avaient vécu ça quatre ans plus tôt en Allemagne, moi le premier. Je pense que c’était une bonne expérience de perdre des matchs, mais nous ne voulions pas revivre ça en Suède.


On entend souvent parler de la bonne ambiance de l’équipe pendant la compétition sans jamais en savoir plus. Qu’est-ce qui a fait naître cette atmosphère au sein du groupe ?
Je pense que c’est un peu l'histoire du football danois qui s’écrivait avec nous. Il faut que tout le monde comprenne que le Danemark a développé le football professionnel très tard. Le football n’est devenu professionnel qu’en 1978. Jusqu’à cette date, il fallait être amateur pour jouer pour l’équipe nationale. Nous étions très en retard sur les autres pays européens. Grâce à cette loi, et grâce à Carlsberg, les choses ont changé. Carlsberg croyait au potentiel du football au Danemark. Ils ont investi beaucoup d’argent. Ils sponsorisaient l’équipe nationale, ils créaient des compétitions. C’étaient les seuls à faire ça, les seuls à agir. Au début des années 80, les joueurs ont commencé à emmagasiner de la confiance, d’où la qualification pour l’Euro 1984. Un Euro qui s’est terminé en demi-finales face à l’Espagne, aux tirs au but ! En 1985, il n’y avait toujours pas de clubs professionnels au Danemark. Quand Brøndby est passé professionnel à plein temps en 1986, les joueurs du club sont devenus des leaders. Nous devions tracer le chemin à suivre pour les générations futures. L’équipe du Danemark était en fait presque l’équipe de Brøndby. Et nous devions nous battre contre toutes les critiques, tous les gens qui pensaient qu’on n'arriverait à rien. Nous sommes restés ensemble, soudés comme aucun autre groupe de joueurs. Et cet esprit est resté en 1992. Tout vient de Brøndby et de ce groupe de joueurs dont je faisais partie. On était habitués au fait que les gens ne croyaient pas en nous, pas en notre football. On était blindés contre ça, on vivait dans un groupe incroyablement joyeux et soudé.

« Je sais qu’aujourd’hui, tout le monde n’a d’yeux que pour les statistiques. On le voit pendant les séances. Un gars du staff arrive avec une feuille de statistiques pour conseiller le gardien. Mais moi, quand on me parlait de statistiques, je me disais juste : "Et si jamais il ne la met pas là où il est censé la mettre ?" »

Et un groupe qui voulait à tout prix manger au McDonald’s…
Ah oui… Ça fait partie des choses qu’il faut faire pour préserver la vie de groupe. Pas forcément aller au McDonald’s, mais casser la routine. C’est vraiment très ennuyeux. Vraiment. Vous vous imaginez devoir rester avec les mêmes personnes tout le temps pendant cinq ou six semaines ? En 1998, en France, nous étions ensemble pendant sept semaines ! C’est extrêmement long ! Si on ne fait rien qui sort de l’ordinaire, on craque. Le coach le savait. On passait devant le McDonald’s tous les jours et on disait : « Hé allons-y, allons-y ! » On savait très bien qu’on n'aurait pas le droit d’y aller, mais on espérait quand même. Le coach a voulu nous rendre heureux, mettre un sourire sur nos visages en nous donnant la permission. On jouait aussi beaucoup au mini-golf. En 1998, on jouait énormément au golf en France. On était dans l’hôtel d’un golf. Je pense que notre joli parcours est aussi à mettre sur le compte de ces moments. Nous étions capables de nous éloigner du football pour deux ou trois heures.

Lors de l’Euro 1992, vous sortez un tir au but de Marco van Basten en demi-finale pour qualifier votre équipe. Quand avez-vous décidé de quel côté plonger ?
Je me décidais systématiquement avant le début de la séance. Je décidais pour tous les tirs de quel côté plonger et je m’y tenais. Je sais qu’aujourd’hui, tout le monde n’a d’yeux que pour les statistiques. On le voit pendant les séances. Un gars du staff arrive avec une feuille de statistiques pour conseiller le gardien. Mais moi, quand on me parlait de statistiques, je me disais juste : « Et si jamais il ne la met pas là où il est censé la mettre ? » Je ne pense pas que les joueurs savent où ils vont tirer. Je pense qu’ils se décident au dernier moment, au moment de poser le ballon. J’ai tiré beaucoup de penaltys, j’en ai marqué, j’en ai raté. À chaque fois, je me décidais pendant que je me dirigeais vers le point de penalty, jamais avant. Aujourd’hui, je suis convaincu que tous les joueurs font pareil. Je suis absolument certain que tout le monde choisit dans les vingt secondes qui précèdent le penalty. En tant que gardien, j’avais donc pris la décision de parier avant le début de la séance. Comme ça, je suis en contrôle et responsable de tout. Si je l’arrête, c’est entièrement grâce à moi. Si je le rate, c’est entièrement à cause de moi, de mon choix.

Vidéo

Vous avez longtemps joué au handball. En quoi cette expérience vous a aidé dans votre carrière de gardien de but ?
Le handball m’a énormément aidé. J’ai appris l’art de boucher les angles, de faire croire aux attaquants que j’étais plus grand que le but. J’ai surtout appris que peu importe la manière de faire un arrêt. Tout ce qui compte, c’est de le faire. J’ai vraiment utilisé tout ce que j’ai appris au handball tout au long de ma carrière. J’ai quand même joué au handball jusqu’à ce que je devienne un footballeur professionnel. C’est un sport dangereux pour les mains et les chevilles. En plus, moi, je jouais gardien et joueur de champ.

Et Kasper joue aussi au handball ?
Non, non. Il a grandi en Angleterre, vous savez. La première fois que les Anglais ont entendu parler de handball, c’était lors des Jeux olympiques de 2012. Et ils ont absolument adoré ça. C’était le sport dont les gens parlaient le plus !

« Quand je travaillais dans l’usine de textile, je bossais avec des gars qui nourrissaient leurs familles avec ce boulot ! Des gars qui avaient la vie dure. À moins d’être un bâtard insensible, ça t’aide à prendre du recul, à réfléchir sur la vie. »

Comment se fait-il qu’un jeune handballeur danois rêve de devenir footballeur professionnel en Angleterre, pour Manchester United ?
Tous les enfants rêvent de devenir quelqu’un. Je jouais au football tous les jours. Et nous devenions tous quelqu’un. À cette époque, les équipes à la mode étaient Leeds, Liverpool, puis Nottingham Forest. En hiver, pendant trois ou quatre mois, la télé retransmettait un match anglais le samedi après-midi. À part ça, nous n’avions rien. Le football anglais était le seul football qu’on connaissait. Je n’ai aucune idée de pourquoi je suis tombé amoureux de Manchester United, mais c’était plus fort que moi. C’était peut-être les noms qui m’inspiraient : Bobby Charlton, George Best. Et vous savez, quand les enfants ont un rêve, ce dernier est relativement tenace. Et quand on jouait, on n’était plus nous-mêmes, on devenait les joueurs qu’on aimait. On s’appelait par leurs noms. On faisait les commentaires du genre : « Best passe à Charlton, Best et buuuuuuuut ! » Vous connaissez ça, on connaît tous ça. Et puis les gens ont commencé à me dire que j’avais un talent. Mais pour tout de suite me dire que peu importe ce que je voulais faire, je n’y arriverais pas. « Tu ne peux pas le faire. Personne ne peut vivre du football » , c'est ce qu'on me disait tout le temps. Quelque part, ça m’a aidé. Je me disais : « Je vais leur montrer, moi. » Je voulais leur prouver qu’ils avaient tort.

Dans votre jeunesse, vous avez collectionné les petits boulots (homme de ménage, ouvrier dans une usine de textile) et prouvé que vous étiez un gros bosseur. Tout ça a dû énormément vous aider à accomplir votre rêve, non ?
Certainement. Je ne suis pas allé à l’université. Je voulais avoir le temps de jouer au football. Donc j’ai accepté tous ces petits boulots. Je ne voulais pas m’engager dans une longue scolarité. Mes parents le voulaient. On discutait souvent, ils n’étaient pas contents et ne comprenaient pas mes choix. Mais je pense que tout ça m’a aidé. Quand je travaillais dans l’usine de textile, je bossais une semaine le matin et l’autre l’après-midi. Je savais que j’étais là pour peu de temps, que ça n’allait pas être toute ma vie. Mais je bossais avec des gars qui nourrissaient leurs familles avec ce boulot ! Des gars qui avaient la vie dure. À moins d’être un bâtard insensible, ça t’aide à prendre du recul, à réfléchir sur la vie. J’ai eu beaucoup de boulots différents. J’ai appris plein de trucs différents. Très tôt, j’ai appris à regarder la vie sous plein d’angles différents. Quand j’étais agent d’entretien, j’ai bossé dans des prisons. Ce ne sont pas des endroits sympas. Christ ! (Il marque une pause) Je pense que toutes ces expériences m’ont beaucoup aidé, oui. J’ai compris ce qu’était la vie. Les gens pensent que la vie de footballeur est exceptionnelle, que tout le monde s’occupe de tout pour toi. Quand t’y arrives, tu te rends compte que ce métier est aussi difficile que tous les autres. C’est simplement différent. Ce n’est pas glamour. Quelques personnes veulent te le faire croire, mais c’est faux. Ceux qui vivent comme ça durent quoi ? Un an, deux maximum. Les gars qui arrivent à monter tout en haut en partant de tout en bas sont ceux qui savent prendre du recul.


Et comment avez-vous utilisé cette expérience sur le terrain ?
Je pense que j’ai appris à développer une certaine rigueur. On voit aujourd’hui des dizaines de joueurs qui sont incroyablement doués. Et je me dis : « Il peut vraiment faire ça avec ses pieds ?! » Mais la plupart ne jouent pas dans une équipe professionnelle. (Il se lève) Je ne sais pas si vous jouez au golf, les gars. Vous connaissez les « trick shots » ? J’en ai vu récemment. Un mec est debout sur une gym ball, en équilibre. D’une main, il jongle une balle de golf avec un club. Dans l’autre main, il a un drive. D’un coup, il lève la balle et tape dedans avec le drive. (Il se rassoit) Mais ce mec ne sera pas professionnel. Parce que comme au football, ce n’est pas une question de technique, mais de mentalité. C’est pour ça que Gary Neville, qui n’était pas le meilleur footballeur techniquement parlant, est devenu une légende. Il avait la meilleure mentalité que je n’ai jamais vu de ma vie. Le sport professionnel, c’est difficile. Regardez Serena Williams dimanche dernier. Elle était dans un mauvais jour et elle a perdu. Mais c’est une championne au mental d’acier. Croyez-moi sur parole, elle va gagner Wimbledon. Je vous le garantis.

« Je suis persuadé qu’il y a un lien très fort entre le fait de jouer de la musique et de jouer au football. Une équipe repose sur un rythme et le comprendre, c’est comprendre le jeu »

Votre fils, Kasper, a lui aussi un mental d’acier…
Kasper a suivi le parcours le plus difficile qui soit. Je suis persuadé qu’il aurait pu jouer plus à Manchester City. Il s’est entraîné comme un malade, a bossé pour faire son trou dans l’équipe première. Tout ça pour jouer sept matchs. Il a tout construit pour tout se voir retirer d’un coup. Il n’a eu aucune explication. Il est passé de numéro un à numéro deux. Puis de numéro deux à numéro trois. À cette époque, il était jeune. C'était un long tunnel sans lumière. Il n’a jamais été encouragé. À ce moment-là, il a essayé de relancer sa carrière seul. Il est parti quatre divisions en dessous et est devenu bon avec Notts County. Puis il est parti à Leeds. Mais là encore, le manager ne lui a pas adressé la parole pendant un an. Sans aucune raison. Toute sa carrière suit le même modèle : il se redresse avant de se faire coucher. Et tout ça parce qu’il est le fils de quelqu’un. S’il n’avait pas été mon fils, il aurait eu plus de chances. Il aurait été traité plus équitablement. On l’aurait regardé comme un bon joueur au lieu de tout le temps dire : « Il n’est pas aussi bon que son papa. » Il n’a jamais abandonné et il a convaincu tout le monde qu’il était assez bon. Il est devenu, pour les Anglais, un des meilleurs gardiens du monde. Ce parcours l’a beaucoup aidé. Il a une mentalité de vainqueur. Je suis extrêmement fier que ce soit mon fils, et pas le fils de quelqu’un d’autre. (Rires)

Vidéo

En parlant de relation père-fils : votre père était un musicien chevronné. Vous a-t-il transmis sa passion ?
Oui ! Mon père a toujours voulu que je devienne musicien à mon tour. Il me forçait à jouer du piano. Moi, je ne voulais pas. Plus tard, j’ai eu le droit de choisir un instrument. J’ai choisi la guitare. Ensuite, j’ai voulu me remettre au piano. À l’école, j’ai appris à jouer de la batterie. Je jouais trop d’instruments pour devenir vraiment bon avec l’un d’entre eux. (Rires) Je joue encore de tous ces instruments, mais je ne suis pas très bon. Je suis trop vieux maintenant. Avec du recul, je me dis que mon père avait raison. J’aurai dû m’entraîner un peu plus… Je suis persuadé qu’il y a un lien très fort entre le fait de jouer de la musique et de jouer au football. Une équipe repose sur un rythme et le comprendre, c’est comprendre le jeu.


Donc être batteur, c’est un peu comme être gardien de but ?
Je ne sais pas, peut-être. Mais dans ce cas, qui joue de la basse ? Le latéral gauche ? Le défenseur central ? Et les milieux, ils sont quoi ? Les guitares rythmiques ? L’ailier gauche est la guitare lead ? Mais qui est le chanteur ? L’attaquant ? Mouais… Mais qui joue de la trompette ? Moi, je pense que c’est le défenseur central, non ? (Rires)

Propos recueillis par Maxime Brigand et Gabriel Cnudde, à Paris.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure Craig Bellamy : « le foot anglais est prêt à accepter l'homosexualité »
il y a 11 heures Steven Gerrard n'a pas une bonne mémoire, mais beaucoup de répondant 24
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 11:15 Un espion, des drones et des caméras cachées à la solde de Grêmio 8 Hier à 10:53 Il marque un doublé, puis voit naître son enfant 20 Hier à 09:48 359€ à gagner avec Chelsea, Bayern & Juve - Barça mardi 21 novembre Pronostic Juve Barça : 365€ à gagner sur l'affiche de C1 ! 2 mardi 21 novembre Le capitaine de l'Atalanta reçoit un disque d’or 15 mardi 21 novembre Vincent Labrune veut lancer une nuit du football 34 mardi 21 novembre Tavecchio accusé de harcèlement sexuel 45 mardi 21 novembre Mexique : un assassinat lié au procès FIFA 19 lundi 20 novembre Galway United : vingt matchs en vingt-quatre heures 4 lundi 20 novembre Des associations d'ultras français s'unissent pour leur liberté 21 lundi 20 novembre Une pancarte « Wenger Out » lors d'une manifestation au Zimbabwe 27 lundi 20 novembre Il marque et adresse un doigt d'honneur à son coéquipier 15 lundi 20 novembre Ce but marqué en D8 anglaise va vous émouvoir 30 lundi 20 novembre Le merveilleux csc de Fankaty Dabo 16 dimanche 19 novembre Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 15 dimanche 19 novembre Le carton rouge complètement idiot de German Lux 18 dimanche 19 novembre Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 29 dimanche 19 novembre Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 dimanche 19 novembre Le raté de l'année signé Neal Maupay 13 samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 3 vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 51 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 8 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 131 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 11 mercredi 15 novembre Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 14 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 46 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 mardi 14 novembre Les Suédois ont cassé le plateau d'une chaîne de TV après la qualif' 30 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 189 lundi 13 novembre OM : la photo souvenir d'Évra 43 dimanche 12 novembre Le geste de grande classe de la réserve du Rayo Vallecano 14 dimanche 12 novembre Un penalty d'une dimension parallèle marqué en D4 roumaine 21 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 vendredi 10 novembre Le but classieux de Lys Mousset lors de France-Bulgarie 6 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Ben Arfa piégé comme un bleu par Hanouna 50 jeudi 9 novembre Le but de furieux signé Keisuke Honda en Coupe du Mexique 16 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Le tacle assassin d'un U17 de Fenerbahçe face à Galatasaray 22 dimanche 5 novembre Le but magnifique de Meijers face au Feyenoord 1 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS D'OCTOBRE 8 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 vendredi 3 novembre MHD présente le nouveau maillot du Cameroun 9 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Le superbe but d'une joueuse de Nancy face à Grenoble 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre Le but « messiesque » d'un jeune de 14 ans du Benfica 11 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Le Récap "Coupe de la Ligue" de la #SOFOOTLIGUE 7 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16