Tourne le Vion

Champion du monde des moins de vingt ans avec Pogba and co en 2013, Thibault Vion n’était depuis qu’un long silence et un vague souvenir. Puis, il a bossé pour revenir jusqu’à son doublé décisif face à Lorient samedi. Un bel hommage à Weight Watchers.

Modififié
1k 10
C’est le problème quand on se barre de chez soi pendant près de deux ans. Votre tête n’est plus reconnue, votre nom n’est qu’un lointain souvenir et votre sourire n’est qu’une expression sur une vieille photo où l’on se dit : « Tu te rappelles de ce gamin ? Ouais, un gâchis... » Saint-Symphorien ne plaisante pas avec la mémoire, Philippe Hinschberger, artiste-chanteur de son état, encore moins. Cette fois, il n’est pas là pour une sérénade, mais plutôt pour tomber dans le biblique. Grimpé sur son podium, le coach du FC Metz a préféré le costume à l’aube, mais parle de « rédemption » et répète le mot « espoir » tout en profitant de son temps de parole pour sécher son groupe qui a joué « comme des grand-pères » .


Le FC Metz, mené 3-1 à un quart d’heure de la fin par Lorient, a réussi à gratter un nul presque inespéré (3-3) au bout du scénario fou de cette quatorzième journée de Ligue 1. Dans la forme, Hinschberger n’est pas content, mais dans le fond, il s’en satisfera. La forme, justement. Il y a des instants où chaque propos est mesuré et c’est peut-être le moment de la conférence de presse donnée par l’entraîneur messin samedi soir qui est finalement le plus attendu. Face à son assistance, il démarre : « C’était un espoir, si j’ai bien compris... Il était en perdition pour le football. C’est une belle victoire, une belle récompense. Thibault est sur le chemin de la rédemption. » Amen. La dernière fois que Thibault Vion avait été vu sur une parcelle de Saint-Symphorien, le FC Metz dansait déjà avec la zone rouge et Anthony Martial menait l’attaque de l’AS Monaco, soutenu par Yannick Ferreira Carrasco. Une victoire en fin de match de l’ASM (1-0), treize minutes sur le terrain pour le gamin et une nouvelle disparition. C’était le 20 décembre 2014.

Le loft et les kilos en trop


Thibault Vion était alors déjà un nom connu des observateurs. Un « espoir  » comme on aime appeler les jeunes prometteurs. Lors de l’été 2013, l’ado était devenu champion du monde U20 avec Paul Pogba, Samuel Umtiti et Kurt Zouma. Deux ans plus tôt, il avait quitté la France pour apprendre au FC Porto, puis était finalement revenu où tout avait commencé en janvier 2014. Prêt à décoller. Problème : le moteur s’est enrayé. Alors, Vion a finalement été prêté en Belgique, au RFC Seraing, club satellite du FC Metz, en deuxième division. Un an pour continuer à bosser, à apprendre. Mais Vion s’est cassé la gueule avec violence.


Lui parle d’une saison « un peu compliquée » où un nouvel entraîneur débarqué à l’hiver 2015 ne lui a plus fait confiance. De quoi plonger. Personne ne sait vraiment ce que Thibault Vion a fait pour évacuer son spleen. Reste qu’il est revenu à Metz cet été en fracassant la balance avec dix kilos en trop. De l’avis de beaucoup, Vion n’a plus rien d’un joueur de foot et est finalement revenu avec un statut de lofteur au sein de son club formateur. Philippe Hinschberger ne peut même pas le prêter, alors il lui colle dans les pattes le préparateur physique du club : Hugo Cabouret. Pour « redevenir un joueur de football » .

« Je ne faisais plus attention à rien »


Bingo. Hinschberger le réintègre progressivement au groupe pro et lui file quelques minutes à bouffer à Toulouse (2-1) samedi dernier. Le lendemain, Vion retrouve la CFA2 et ouvre le score contre Vauban Strasbourg (3-2). Histoire de continuer à bosser la répétition des rencontres, le rythme et la confiance. Jusqu’à entrer samedi soir face à Lorient à un quart d’heure de la fin. Le buteur claque deux buts sur ses deux premiers ballons et murmure, après la rencontre, qu’il aurait « pu faire le tour du stade tellement [il était] content » .


Il s’est contenté d’aller chercher le ballon dans les filets une première fois avant d’exploser, le doigt levé et la tête enfoncée dans la masse créée pas ses coéquipiers-soutiens sur l’égalisation. Vion a réussi son premier pari : redevenir un footballeur normal, à la ligne normale et à la tête en ordre. Loin de cette période où il avouait récemment au Républicain Lorrain qu’il ne « faisait plus attention à rien » . Philippe Hinschberger ne veut plus en parler comme d’un espoir. Thibault Vion n’a que vingt-deux ans et en reste malgré tout un. À lui d’arracher définitivement l’étiquette.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

PierreFanFanJoséKarl Niveau : CFA2
Il s'est bien fait casser le Vion. Mais il est encore debout. Il marche encore !
J'aime cet article... Merci... Dorénavant, je jetterai un coup d'oeil sur les rencontres de Metz...
C'est ce qu'il appelle revenir de loin. Il a des qualités indéniables de buteur, tous les gens à Metz le savent. S'il arrive maintenant à se faire violence et a aimé faire les efforts ce sera bénéfique au club. En espérant qu'il ne finisse pas comme un certain Thibaut Bourgeois...
supernabot Niveau : DHR
j'aimerais y croire mais 2 buts en 15 matchs a Seraing en D2 Belge...
supernabot Niveau : DHR
au fait puisque probablement les commentateurs de cet article sont supporters messins : suis-je le seul a trouver Didillon assez moyens ces derniers temps ?
Certes il est pas aide par la defense mais ca lui ferait peut-etre du bien de gouter du banc quelques matchs j'ai l'impression, surtout que Kawashima ou Oberhauser ne sont certes pas des foudres mais pas des tanches non plus...

Un peu comme Sarr qui semble accuser le coup aussi apres un debut de saison tres prometteur (apres se taper les selections avec le Senegal (et les deplacements qui vont avec) + L1 pour la 1ere saison pro ca doit etre complique a gerer)
Didillon n'est pas au top en ce moment c'est vrai mais on a une défense à deux visages: solide à l'extérieur et friable à domicile. Les buts que l'on prend viennent d'erreurs d'inattention de la défense la plupart du temps et le pauvre Didillon est un peu livré à lui-même.
Je n'ai jamais vu jouer le gardien japonais. Oberhauser a un niveau correct et a toujours répondu présent lorsqu'on a fait appel à lui, c'est un bon remplaçant.
Je pense quand même qu'il faut laisser Didillon titulaire
1 réponse à ce commentaire.
oui c'est plus le didillon de la ligue 2.

Pour vion il peut rentrer dans la rotation en tant que n°3
supernabot Niveau : DHR
en debut de saison il a sauve pas mal de points. J'ai l'impression que la rouste contre Monaco + le fait qu'il se soit fait depasse dans la hierarchie des espoirs lui ont porte un coup au moral (et puis il a peut-etre un coup de mou physique aussi, vu qu'il a pas mal enchaine depuis 2 saisons entre club et selection).

J'ai jamais vu jouer Kawashima mais je suppose que s'il etait gardien du Japon ca doit pas etre une buse non plus.

Sinon sur Sarr pensez-vous qu'il va casser la baraque ou plafonner ? (je suis assez optimiste meme si en ce moment il est un peu dans le dur)
supernabot Niveau : DHR
*depasser* (humble district pas de fonction edit)
j'en profite sur mon post precedent : *moyen*
2 réponses à ce commentaire.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 10