Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // Ligue1/Ligue 2
  2. // Barrage retour
  3. // Toulouse Ajaccio (1-0)

Toulouse finit le boulot et sauve sa peau

Sans briller, le Téfécé a assuré dimanche soir son maintien en Ligue 1 grâce à une deuxième victoire face à l'AC Ajaccio (1-0).

Modififié

Toulouse FC 1-0 AC Ajaccio

But : Durmaz (89e) pour le Téfécé.

Souvenez-vous Sainté-Hajduk, Metz-Barça, Real-Anderlecht ou encore Deportivo-AC Milan. Souvenez-vous en bien, et oubliez tout : ce barrage retour, c'est le jeu, avait été vendu avec du suspense, le vieux refrain qui veut que « tout est possible dans le football » et l'idée, relayée par Mickaël Debève en personne, que tout pouvait encore se passer. Y a-t-on cru ? Très peu, il faut être clair, d'autant que le menu présenté conduisait à tout sauf à l'émergence d'un improbable script inversé : un AC Ajaccio privé de nombreux cadres (Coutadeur, Gimbert, Leca), avec un entraîneur, Olivier Pantaloni, toujours enfermé en tribune, et dont le groupe de supporters principal, l'Orsi Ribelli, avait décidé de ne pas se rendre au Stadium. Difficile de croire à quelque chose dans ces conditions. Puis, il y a eu un match et on a vu le troisième de Ligue 2 marcher sur des œufs et surtout tenter de bousculer les choses via de maigres occasions lointaines (Keita, Laci). Résultat ? Rien à signaler, si ce n'est qu'on retrouvera le Téfécé sur la grille de départ d'une seizième saison de Ligue 1 consécutive en août prochain grâce à un maigre succès arraché en fin de match (1-0). Pour le reste, Issa Diop a tout résumé après la rencontre : « C'était une saison de merde. »

Imbula en piñata, Durmaz s'allume un pétard


À oublier aussi pour sa conclusion, donc : car dimanche soir, soit quatre jours après avoir réglé sa survie en trois coups de cuiller à pot dans une Mosson fermée à huis clos (0-3), Toulouse est resté planqué une bonne partie de la soirée et s'est surtout contenté d'éteindre les derniers feux de la bande d'un Pantaloni qui avait effectué six changements dans son onze. Avec Toivonen plutôt que Durmaz et Kelvin Amian préféré à Steeve Yago, les hommes de Debève n'ont alors sorti le bout de leur nez que par bribes : une volée foireuse de Toivonen (2e) pour ouvrir le bal, une frappe lointaine de Moubandje bien sortie par Mandanda (18e) et un coup franc malin de Gradel retombé dans le petit filet du portier corse avant la pause (45e). Sinon ? Rien, à l'exception d'un Sanogo aux fraises sous une pluie battante et d'un Giannelli Imbula transformé en piñata pour sa dernière nuit chez les Violets.


Ainsi, que faire ? « Se relâcher un peu » , souffle-t-on dans les rangs toulousains à la pause. C'est ce qu'on a progressivement vu, Debève redonnant un peu de vie à son équipe en lançant Durmaz et Blin, entré pour relayer un Imbula sorti de scène sous les sifflets de la foule. Au rayon des occasions, ça a donné un chouette double arrêt de Mandanda devant Gradel et Durmaz à l'heure de jeu, une balle de 1-0 croquée par Jullien sur une belle ouverture de son pote suédois, une autre cartouche de Sangaré en solitaire, mais aussi une barre touchée par l'ACA sur une sortie ratée de Lafont devant Joris Sainati (73e). En fin de match, Blin lâche une dernière miette dans les gants du portier ajaccien et laisse finalement Durmaz arroser les dernières minutes de foot français de la saison d'un petit pétard du gauche (1-0, 89e). Voilà le baiser cherché par la LFP obtenu : la forteresse du dix-huitième de Ligue 1 a été sauvée.


Toulouse (4-4-2) : Lafont – Amian, Diop, Jullien, Moubandje – Somalia (Jean, 86e), Sangaré, Imbula (Blin, 65e), Toivonen (Durmaz, 56e) – Gradel, Sanogo. Entraîneur : Mickaël Debève.

Ajaccio (4-2-3-1) : Mandanda – Sainati, Avinel, Hergault, Cabit – Boé-Kane, Keita – Maazou (Pierre, 79e), Laci (Cavalli, 61e), Vialla (Tramoni, 54e) – Nouri. Entraîneur : Olivier Pantaloni.


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 31 minutes Alessandro Nesta va prolonger l'aventure à Pérouse

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
À lire ensuite
Karius, sombre carrosse