Toulalan « Que Ribéry se préserve pour les Bleus ! »

Le marathonien de l'OL a longuement refait le match avec les journalistes, hier soir. Bordeaux, Ribéry, Messi... Extraits.

Modififié
0 0
Comment avez-vous abordé cette rencontre historique face aux Girondins ?


Comme contre le Real Madrid, on savait que si on prenait un but, il ne faudrait pas paniquer. On s'était dit aussi qu'il faudrait marquer un but. On ne l'a pas fait. On n'a même pas eu la moindre occasion... Mais l'essentiel est sauf : la qualification !

Est-ce la meilleure équipe de l'OL dans laquelle vous avez évolué ?


Je ne sais pas... On n'a pas été exceptionnels ce soir. Mais une chose est sûre : quand on n'attend pas une équipe, c'est parfois là qu'elle va au bout ! Il y a eu Porto (vainqueur de la Ligue des Champions 2004). J'espère que ça nous arrivera. En tout cas, il faudra, avant tout, finir dans les trois premiers en Championnat. C'est notre priorité.

Avez-vous pris du plaisir lors de cette rencontre ?


On n'a pas eu beaucoup le ballon... C'était difficile. Le plaisir n'est venu qu'à la fin car on s'est qualifiés et c'est historique. Mais prendre du plaisir sur un match comme ça ? (Mouais) Bof...

Pourquoi, l'OL n'a pas semblé maître de la rencontre ?


Bordeaux poussait pas mal et on n'a pas réussi à bien garder le ballon. On s'est un peu précipités.

Qu'avez-vous pensé de la prestation des Bordelais ?


Ils nous ont mis pas mal de pression mais ils n'ont pas non plus eu beaucoup d'occasions. Et pas grand-chose leur a souri... Il y a le super arrêt de Hugo (Lloris) mais aussi une barre transversale. On a eu de la chance. A nous d'en profiter !

A quoi devez-vous cette qualification ?


A la solidarité de l'équipe. On n'a rien lâché malgré les nombreux pépins que nous connaissons. “Boum” (Boumsong) s'est blessé... Mais Mathieu (Bodmer) est bien rentré. Depuis janvier, c'est ce qui fait la différence.

Retrouver le Bayern en demi-finale, c'est une surprise ?


(Moue dubitative) Oui et non. Ça se joue à pas grand-chose lors de ces matches-là. Le fait que Rooney était absent a dû être décisif.

Mais il a joué et même débuté le match...


Ah, il a joué ? Bon... (gêné). En tout cas, avoir été mené 3-0 avant d'aller chercher la qualification, c'est fort.

Vous allez donc une nouvelle fois affronter le Bayern...


C'est toujours un plaisir ! On essaie de gagner chaque rencontre et on continuera. En ce moment, on essaie vraiment de penser match après match plutôt que de se focaliser sur la Ligue des Champions.


Que pensez-vous de cette formation bavaroise ?


Défensivement, ils sont solides et ils ont des atouts exceptionnels devant avec Robben et Ribéry.

A titre personnel, vous allez retrouver Franck Ribéry...


(Sourire) Faut qu'il se préserve pour l'Equipe de France ! Mais évidemment, il fera le maximum. Ce ne sera pas facile face au Bayern mais sur une double-confrontation, c'est possible.

En finale, vous pourriez retrouver Lionel Messi qui vient d'inscrire quatre buts à Arsenal...


(Rires) Ce serait difficile...

Pour lui ou pour vous ?


Oh, pour nous, pas pour lui... C'est un joueur extraordinaire. On ne fait pas le même métier. Franchement, il n'y a pas de mots... Ce qu'il réalise est extraordinaire, fabuleux...

Il pourrait jouer dans votre zone. Comment le marquer ?


Le problème, c'est qu'il va presque aussi vite avec le ballon que sans... Et chaque fois qu'il fait un pas, il touche le ballon. Donc, il peut changer de direction à tout moment. C'est là-dessus qu'il est fort. Et même si on lui donne des coups –sans vouloir le blesser bien sûr–, ça ne change rien. Mais Xavi aussi est un joueur exceptionnel.

Propos recueillis par Gelaajo Ba, à Bordeaux

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0