1. //
  2. // Roma/Lazio (2-0)

Totti s'offre le derby

Le derby le plus chaud d'Italie n'a pas failli à sa réputation. La Roma s'est imposée grâce à son capitaine Totti. Mais malheureusement pour le spectacle, personne n'a pensé à jouer au football.

Modififié
0 6
On voulait du spectacle. On voulait du plaisir. On voulait un magnifique match de football avec deux équipes qui rêvent de Ligue des Champions. Au final, ce derby entre la Roma et la Lazio restera peut-être comme le plus triste depuis un 0-0 arrangé entre les deux clubs lors de la saison 2004-05, lorsque l'une et l'autre luttait pour le maintien. Sauf que cette fois-ci, il y a eu deux buts, signés du capitaine-symbole Totti (2-0). Alors, que retenir? Pas grande chose. A part qu'à force d'offrir ce genre de spectacle infâme, le derby de Rome rameutera de moins en moins de monde. Ils étaient 80 000 il y a 10 ans. Cet après-midi, ils n'étaient que la moitié. Et ce n'est pas la faute du mauvais temps. Analyse en trois points.

Trop de provoc tue la provoc

La Roma est bien devenue la bête noire de la Lazio. Avec le succès d'aujourd'hui, la Louve enchaîne une cinquième victoire consécutive lors des confrontations avec son adversaire de toujours, dont trois cette saison. Les Romains, pourtant pas au mieux psychologiquement, réussissent toujours à aborder ce match avec un mental plus fort, une détermination plus forte et une volonté de gagner plus forte. Et c'est bien là la grande différence entre les deux équipes. Sur le plan du jeu, l'une et l'autre ont offert un spectacle digne d'une affiche du dimanche soir en Ligue 1. Une occasion de part et d'autre sur toute la rencontre : une frappe de Pizarro sur la barre pour la Roma, un coup de tête de Floccari pour la Lazio. Et c'est tout. Tristesse. Les deux buts sont arrivés sur des coups de pied arrêtés. Comme au match aller d'ailleurs. Et comme l'an dernier aussi. Mais la roue tourne toujours en faveur des giallorossi. Peut-être parce eux savent comment la faire tourner. Reja (rebaptisé "Roja" par Christophe Josse, qui a également appelé Biava "Bavia" pendant toute la rencontre) avait ordonné à ses joueurs de ne pas tomber dans la provocation. Reçu cinq sur cinq : deux expulsions pour des réactions incontrôlées. Propre. Et l'addition aurait pu être plus salée, si l'arbitre avait vu le coup de crampon dégueulasse de Matuzalem sur le visage de Totti. Roi de la provoc et de tout un stade, Totti, auteur du doublé vainqueur, a gagné sa guerre des nerfs sur la pelouse.



Les Romaines en Europa League ?



La Lazio n'a pas encore l'étoffe pour aller chercher une place en Ligue des Champions. Perdre trois derbys lors d'une même saison, quasiment de la même façon, est significatif. Cela prouve tout simplement que l'équipe n'est pas prête à passer le palier. A chaque fois qu'il a fallu franchir un cap cette saison, en remportant le match qui aurait permis de faire un saut de qualité au classement, le club a échoué. La Lazio se retrouve aujourd'hui cinquième (à sa place?), doublée par une Udinese qui ne s'arrête plus de séduire (victorieuse 4-0 à Cagliari aujourd'hui), et avec la Roma qui revient à deux points. Si mathématiquement, tout reste possible avant la fin de la saison, il semble bien que la place de cette équipe soit en Europa League. En revanche, la Roma prouve qu'elle n'est pas morte. Trop vite enterrée après les démissions de Ranieri, la Louve s'est relevée avec l'arrivée de Montella et, malgré l'élimination en C1, a récolté 10 points sur 12 lors des quatre derniers matches de Serie A. La quatrième place n'est plus qu'à quatre points, même si l'Udinese court très vite, trop vite peut-être pour être stoppée.



Un stade à moitié vide



Le derby de Rome n'est plus ce qu'il était. Lors des deux dernières saisons, le spectacle a toujours été triste, haché, et a atteint son paroxysme cet après-midi. Les 3-3, 5-1 et 4-2 du début des années 2000 semblent de lointains souvenirs. Aujourd'hui, on remporte son derby 1-0 ou 2-0, avec des buts sur pénalty ou sur coup-francs. Les occasions se comptent sur les doigts d'une main, contrairement aux fautes et aux vilains gestes. Lors des 7 derniers derbys, répartis sur les trois dernières saisons, 9 cartons rouges ont été sortis. De l'engagement, oui. De la hargne, oui. Mais pas ce genre de spectacle, ça non. Le public ne s'y trompe pas, et déserte peu à peu ce match pourtant censé être une immense fête dans la Ville Éternelle. Un beau gâchis.

Lire : Top 10 / Derbys romains

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Match assez pauvre effectivement.

Il n'y avait bien que dans l'excès de joie de la part des romains (en rouge) qu'on pouvait deviner un quelconque enjeu.

A croire qu'ils avaient gagné le match de l'année.

Sinon l'ami Menez a fait peine à voir. Il a tenté, encore tenté, sans conviction, et a perdu tous ses ballons. Logiquement remplacé par Taddei avant l'ouverture du score, il n'aura pas vraiment pris part à la fête...

Ranieri se plaignait de son inconstance... oui c'est vrai
meme si l'an passé le derby di ritorno etait esaurito avec tt vendu en 2 jours ..74 000 personnes.
donc n'exagerons rien,faut aussi parler du probleme de la tessera.
l'an passé la Lazio a joué des rencontres contre Bari avec un stade plein alors qu'elle jouait le maintien.
c'est pas à vous signor Maggiori tifoso biancoleste que je vais l'apprendre.
il y a des italiens qui vous lisent,vos articles sont bien ecrits mais sont des fois incomplets.
L'AMBIENTE
Cielo grigio e pioggia per questo derby pomeridiano.
Lo stadio offre una Tribuna Tevere sostanzialmente vuota e desolante, senza alcuno striscione.
La Curva Sud è piena ma lascia un vuoto nella parte bassa, di protesta per la repressione.
Le squadre entrano in campo, la Roma con la divisa classica, la Lazio con una strana divisa che ricorda la Pro Patria,
sia per disegno che per colori.
Della coreografia laziale si è già detto, così come del comportamento in linea con la logica della curva della Roma.
Durante la partita ci sono larghi momenti di silenzio da parte di entrambe le curve.
Quasi inesistenti gli striscioni di sfottò tra le tifoserie.
Molti stranieri in una Tribuna Monte Mario dove piove all'interno, e per fortuna è uno stadio 5 stelle!
Qualche incidente dopo la partita. Per quel che ho visto io mentre tornavo a casa, due laziali sicuramente arrestati.
Chissà quando potremo tornare a vedere un derby normale.

je me permet de citer l'article ,ca aidera surement les gens a comprendre le pourquoi du stade pas esaurito,et c'est pas le manque de spectacle sur le terrain,a ecouter les commentaires de Zampa et de De Angelis ils s'en caguent un peu...

http://www.asromaultras.org/1011romalazio.html
Pareil qu'avanti partenope: le problème c'est cette tessera, tout le monde boude le match comme au parc avec le plan anti-ultra, c'est tout. La saison dernière c'était plein. Pour le jeu, le problème c'est les coaches. À l'époque de Spalletti on ne parlait pas de problème de jeu à la Roma. Après le problème c'est que pour jouer son jeu, il appliquait des entraînements que sur le physique, la course é l'aérobie, tout ça sans ballon. Donc quand les résultats ne venaient plus, les joueurs se sont lassés. Au Milan, avec Ancelotti et Kaka non plus on ne parlait pas du jeu. Faut que l'Italie fasse comme tout le monde et change ; il n'y a qu'en France et en Italie qu'on est frileux.
Lors des 3 derbys de cette année, les places étaient ouvertes même aux non-détenteurs de la tessera ...
Les gros "trous" dans la tribune Tevere (face à la caméra) était du à un périmètre de sécurité démesuré imposé entre les deux tifoserie.

La Curva Sud était par contre assez peu remplie d'après les images ...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Lille, forte tête
0 6