En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Tottenham : Spurs du vide ?

Après trois années à jouer les premiers rôles, le club du Nord-Est de Londres risque de rentrer dans le rang, dans la foulée de sa fin de saison dernière catastrophique. Dommage car les Spurs forment vraiment l'une des escouades les plus excitantes du royaume.

Harry Redknapp est une grande gueule et une belle peau de vache. C’est ce qui fait son charme, c’est ce qui fait son fiel aussi. Celui qui était il y a à peine trois mois encore le manager de Tottenham vient de lâcher dans la presse la stratégie du club pour les semaines à venir et notamment le cas épineux de Luka Modric. « La vérité, c’est que Tottenham serait ravi de le vendre s’ils ont une offre à la hauteur. D’ailleurs, l’an dernier, le président (Daniel Levy) lui avait dit : "Allez, reste une saison avec nous et après si le Real fait une proposition, nous ne te retiendrons pas". Franchement, je serais très surpris que Modric débute la saison avec les Spurs » . Ah, Dirty Harry ou comment savonner la planche de ses anciens patrons et de son successeur sur le banc. Car évidemment, le Croate est un enjeu essentiel pour Tottenham. Meilleur joueur du club, dans le secteur crucial de l’entrejeu qui plus est, Modric est la condition sine qua non du destin de son équipe.

Andre Villas-Boas se voit donc dans l’obligation de gérer un cas qui avait déjà plombé le début de saison dernière quand les Spurs avaient mis plusieurs matches, le temps de régler le cas de leur star, à entrer dans le Championnat : « Modric s’entraîne seul actuellement, nous avons décidé que ça sera le cas tant que son mental ne lui permettra pas de travailler avec le reste du groupe » . Sans que l’on sache véritablement si ce "traitement" est plus destiné à son meneur de jeu qu’au reste de l’équipe sans doute déstabilisée par ce nouveau feuilleton. Et on ne fait pas ici référence à celui de l’été dernier avec le même Modric mais bel et bien le soap qu’avait été la vraie-fausse nomination de Redknapp à la tête de l’équipe d’Angleterre après la démission de Fabio Capello en février. A cette époque, le pensionnaire de White Hart Lane était encore dans la course au titre derrière les deux Manchester avant de dévisser très méchamment exactement au moment des supputations interminables sur un éventuel départ de leur mentor. Résultat : non seulement, Tottenham n’a pas chopé le titre après lequel il court depuis plus de cinquante ans mais en plus il a fini hors du Big Four qualificatif pour la Ligue des champions. La lose se pratique avec un art consommé à Seven Sisters Road.

La balle à l’aile, la vie est belle

Le hic, c’est qu’on ne voit pas bien pourquoi cette tradition changerait cette saison. Évidemment, il y a la rumeur Hugo Lloris pour posséder enfin un gardien de niveau mondial (même si les quelques failles du Lyonnais dans le domaine aérien sont la promesse de passer de sales quarts d’heure dans la boîte). Mais ça paraît un peu court pour sécuriser une formation qui n’en finit plus d’organiser des journées portes ouvertes. Il se murmure aussi que Yann M’vila serait ciblé en cas de départ très probable de Modric mais là encore, le Rennais est bien gentil mais un peu tendre pour garantir à lui seul la tranquillité de son back four. En gros, comme d’habitude, les Spurs vont surtout devoir compter un plan simple : marquer un but de plus que l’adversaire. Si la qualité sur les flancs, entre Gareth Bale à gauche et Aaron Lennon à droite, offre une force de percussion rare (unique ?) en Premier League, dans l’axe le pauvre van der Vaart a intérêt à être affûté pour porter une attaque longtemps pléthorique mais qui, désormais, se résume à Defoe et Giovanni après les départs d’Adebayor (retour de prêt à City) et Saha (fin de contrat).


Et encore, on ne parle là que des cas individuels car sans la capacité d’orchestration de Modric, c’est toute la fluidité d’ensemble qui risque de pâtir de l’absence de l’ancienne pépite du Dinamo Zagreb. En gros, l’affaire se présente mal… Sauf que le mercato ne fait que commencer et que les Nord-Londoniens, sans avoir le chéquier de Manchester City, possèdent suffisamment de caillasse pour attirer du beau monde et on peut parier que le vestiaire va sérieusement se garnir dans les prochaines semaines. Du coup, une fois de plus, les Spurs risquent de n’enrôler au mieux que des seconds couteaux excitants. Idéal, au fond, pour perpétuer la tradition de perdant magnifique de Tottenham.

Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9