Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 34e journée

Tottenham se rapproche, City enterre Chelsea

Le titre se jouera entre Leicester, auteur d'un nul courageux face à West Ham, et Tottenham, impitoyable à Stoke. Citizens de Manchester et Reds de Liverpool surfent sur leurs succès européens quand Arsenal n'y croit plus. En bas de tableau, Norwich, Sunderland et Newcastle vont lutter pour ne pas accompagner Aston Villa au purgatoire.

Modififié

L'équipe du week-end : Aston Villa


La série est en cours. Face à Manchester United, Aston Villa a enchaîné sa neuvième défaite de rang en Premier League, et officiellement dit au revoir à l'élite anglaise. MU n'a pas spécialement brillé pour s'offrir le scalp des Villains qui ont produit le plus vilain niveau de jeu qu'aient connu les supporters dans leur histoire. L'apogée des années 80, ses victoires en championnat (81) et Coupe d'Europe (82) sont bien loin. Tout comme le sursaut de 1995 avec une victoire en League Cup contre cette même équipe de Manchester. Cette saison, Aston Villa aura démontré tout ce qu'il fallait faire pour flinguer ses espoirs au plus haut niveau : un actionnaire majoritaire, Randolph Lerner, qui tâtonne et n'offre pas les investissements escomptés, un recrutement estival foiré, et des joueurs comme Joleonn Lescott qui maîtrisent peu ou pas du tout leur compte Twitter. Seule recrue vraiment convaincante dès le début de saison, le latéral gauche Jordan Amavi s'est pété les croisés avec l'équipe de France espoirs le 12 novembre. Le grand club de Birmingham a ringardisé - ou terminé de le faire - Tim Sherwood et Rémi Garde, et pourrait avec un peu de réussite finir la saison avec un goal average à moins 50.

Le joueur du week-end : Dele Alli


En voilà un dont on va encore entendre le nom maintes fois lors des prochaines semaines. Dele Alli par ci, Dele Alli par là. La jeune pépite de Tottenham est partout. Et il a confirmé cette omniprésence sur la pelouse de Stoke City. D'abord en inscrivant le deuxième but des Spurs, après une longue domination de son équipe. Puis en s'offrant un loupé incroyable, en frappant le poteau à quelques mètres des buts vides. Il aurait pu se contenter de son but et rester sur cet échec. Mais ce n'est pas le genre du bonhomme qui, quelques minutes plus tard, est allé s'offrir un doublé, comme son copain Harry Kane. Cela fait 10 buts en 32 matchs pour sa toute première saison en Premier League. Il lui reste encore quatre matchs pour rendre ce total encore plus impressionnant. Avant un Euro dont il sera forcément l'un des protagonistes.

La déclaration de la journée : Pellegrini et l'âge avancé de Touré


On a connu marque de soutien plus appuyée.
« Malheureusement, c'est un vieux joueur, mais il sait quelles critiques sont importantes et lesquelles ne le sont pas. » Manuel Pellegrini, à propos de Yaya Touré
Alors qu'il était interrogé sur le niveau de jeu de City sans Yaya Touré et l'hypothèse que son onze soit meilleur sans l'Ivoirien, Manuel Pellegrini a eu des propos ambigus. « Malheureusement, c'est un vieux joueur, mais il sait quelles critiques sont importantes et lesquelles ne le sont pas. » Le Chilien a beau avoir également dit que son box to box était important et performant, il faut espérer qu'il soit moins susceptible que Samuel Eto'o, épinglé sur son âge par José Mourinho il a plusieurs saisons. Normalement, quand on tient à son vieux briscard, on dit «  qu'il a de l'expérience » . Point barre.

L'analyse définitive : Chelsea, une saison à oublier


Thibaut Courtois expulsé à la 78e, une volée à la maison contre Manchester City (0-3) et 7 points de retard sur une potentielle place en Ligue Europa. Le champion en titre Chelsea a encore vécu un sale week-end et perdu ses derniers espoirs de sauver une saison morose. Distancé en championnat, éliminé dans toutes les coupes, le grand club londonien peut déjà penser à la saison prochaine sous les ordres d'Antonio Conte. Qui pourra se focaliser sur la Premier League et réfléchir à l'avenir des joueurs cadres comme Eden Hazard qui ont foiré leur saison. Face à City, alors que les Blues se faisaient démonter, une polémique s'est développée sur Twitter parce que le Belge profitait de la glace de son fils dans les loges de Stamford Bridge. Un signe qui ne trompe pas sur la morosité ambiante. Sans Ligue des champions, les Blues pourraient être moins attractifs sur le marché des transferts, en revanche, ils n'en seront que plus dangereux en Premier League, sans la C1 pour puiser dans leurs réserves.

Les actions du week-end


Il n'avait pas joué depuis de longues semaines, mais Wayne Rooney n'a rien perdu de sa vista avec une longue ouverture pour Antonio Valencia à la demi-heure de jeu, qui amène à la passe décisive de l'Équatorien pour Marcus Rashford.

Si Manchester City a écrasé Chelsea à Stamford Bridge, c'est bien sûr grâce au triplé de Sergio Agüero, mais aussi parce qu'un autre Argentin, Nicolas Otamendi, s'est substitué à Joe Hart à la sixième minute alors que Pedro pensait tranquillement ouvrir le score.

Avant de se faire expulser pour avoir fauché Fernandinho, Thibaut Courtois a effectué deux interventions à montrer dans toutes les écoles de football : parade du genou droit devant Kevin De Bruyne (23e) et un duel gagné tout en maîtrise face à Samir Nasri (27e), encore une fois sans les mains. Sur le premier but de Sergio Agüero, ce n'est pas sa faute, Gary Cahill détourne la frappe.

Il est cramé pour l'équipe de France, on le sait, mais Samir Nasri a quand même régalé Agüero d'une belle passe décisive qui élimine à elle seule trois défenseurs sur le second but de l'Argentin (54e).

Dès la seconde minute du choc Leicester-West Ham (2-2), Dimitri Payet envoie son coup franc sur la tête du Sénégalais Cheikhou Kouyaté, et le ballon s'en va embrasser les deux poteaux de Kasper Schmeichel avant que le Danois ne se saisisse du ballon. La chance du champion ?


Deux minutes après l'égalisation d'Andy Carroll, Aaron Creswell marque d'une sublime reprise du gauche. West Ham mène alors 2-1 à Leicester, réduit à 10, et on se dit que le championnat peut encore être relancé. À moitié seulement avec l'égalisation d'Ulluoa, qui a pris en importance avec le festival de Tottenham à Stoke City.


Une prise de balle à l'extérieur gauche de la surface, retour vers l'axe et frappe enroulée du droit qui vient lécher le bas du poteau gauche de Shay Given. Harry Kane a fait une dédicace à Thierry Henry au moment de prendre la tête du classement des buteurs.

Petite ouverture de Christian Erikssen, contrôle de la cuisse, une petite poussée de balle et un amour de ballon piqué pour tromper Shay Given signés Dele Alli. L'action de Tottenham sur le but du 2-0 est belle. Même si l'alignement de la défense de Stoke City l'était beaucoup moins.

Les boulets du week-end


Au lieu de pleurer la relégation, Joleonn Lescott a parlé de « poids en moins sur les épaules » , et s'est attiré les foudres des supporters d'Aston Villa.

Visiblement, le défenseur de Norwich Robert Brady n'avait pas conscience des risques lorsqu'il a poussé l'Américain de Sunderland DeAndré Yedlin sur un panneau publicitaire. En 2008, un footballeur croate était décédé à Zadar dans une situation similaire. Si l'Irlandais n'aura pas de mort sur la conscience, il a quand même provoqué un début de bagarre générale. Faut pas chauffer Sam Allardyce.

L'Anglais Andre Wisdow défonce la cheville de Fabio Borini devant l'arbitre en pleine surface. Quoi dire de plus ? Norwich a perdu 3-0 contre Sunderland et se retrouve avec les Black Cats dans le rétroviseur.

La stat utile


En marquant son 13e but de la saison, le vétéran de Sunderland Jermain Defoe s'est rapproché du top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la Premier League. Encore trois pions et il rejoint Alan Shearer, Wayne Rooney, Andy Cole, Frank Lampard, Thierry Henry, Robbie Fowler, Michael Owen, Les Ferdinand, Teddy Sheringham et Robin van Persie. Que du beau monde.

What else ?


Wayne Rooney était de retour comme titulaire après plus de deux mois d'absence avec Manchester United. Un retour dont s'est satisfait Louis van Gaal après le match. Il faut dire que c'est une longue ouverture de l'international anglais qui amène le but de Marcus Rashford.

Rafa Benítez a enfin gagné avec Newcastle, cinq semaines après son arrivée, ce qui maintient les Magpies dans la bataille à trois avec Sunderland et Norwich. Il n'en restera qu'un. D'ailleurs, Moussa Sissoko a marqué son premier but de la saison en Premier League, ce qui augmente de 150% ses chances de disputer l'Euro.

En arrachant le nul sur la pelouse d'Arsenal grâce à une frappe de Yannick Bolasie et à une main pas assez ferme de Petr Čech, Crystal Palace se rapproche du maintien avec 9 points d'avance sur Sunderland, premier relégable, qui n'a plus que 5 matchs à jouer.


En marquant sur penalty à la 84e minute, Andy Carroll a mis fin à l'invincibilité de Kasper Schmeichel qui durait depuis presque six matchs.

Saïdo Berahino a loupé deux penaltys pour West Brom contre Watford, qui est reparti avec les trois points. Mais Tony Pulis est un coach magnanime, son jeune attaquant qui avait pleuré pour rejoindre Tottenham en août reste son tireur attitré. S'il en a le courage.

Arsène Wenger l'a assuré après le nul contre Crystal Palace : il ne croit plus au titre. Trop perspicace.

  • Résultats et classement de Premier League
    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

    Par Nicolas Jucha
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
    Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 74 Hier à 14:14 La statue de Falcao 30 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
    Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5