Tottenham, roulez jeunesse !

Harry Kane et Ryan Mason l'an passé, Dele Alli depuis plusieurs semaines, Tottenham s'est fait une spécialité de sortir de jeunes talents depuis plusieurs saisons. Les résultats d'une politique de formation ambitieuse, ainsi que d'une stratégie sportive très largement axée sur le recrutement de joueurs en devenir plutôt que de vétérans confirmés.

8 8
L'argent a beau couler à flots en Premier League, les observateurs en Angleterre aiment bien scruter le travail des centres de formation des cadors du championnat. Et si Metro UK affirmait en début de mois que Manchester United était le club sortant le plus de joueurs professionnels de son académie, l'étude annuelle Soccerex 2015 fait de celle de Tottenham - 205 gamins de 8 à 18 ans dans ses murs - la nouvelle référence nationale. Le chiffre déterminant ? Six, comme le nombre de produits maisons inscrits sur la liste des 25 joueurs des Spurs pour la saison de Premier League, quand Manchester United n'en compte plus que cinq. Avant même les résultats de Soccerex, Mauricio Pochettino avait fait l'éloge de l'institution dirigée par John Mc Dermott dans le Telegraph : « Pour nous, c'est très important de développer de jeunes joueurs parce que nous avons une académie et un terrain d'entraînement incroyables, nous devons en profiter. Une académie, c'est toujours le cœur d'un club. C'est l'une des raisons principales de ma venue. La possibilité de travailler avec l'académie de ce club, c'était fantastique. Je pense qu'il s'agit de la meilleure en Angleterre et peut-être même en Europe. »

Des joueurs formés pour devenir titulaires


Et pourtant, l'entraîneur argentin a officié à Southampton, encore récemment considéré comme le club le plus efficace en matière de formation après avoir sortir Oxlade-Chamberlain, Théo Walcott ou encore Gareth Bale en un temps record. À White Hart Lane, les fruits de la politique de formation ont réellement commencé à éclore lors de l'exercice 2014-2015 avec les révélations d'Harry Kane - 21 buts en Premier League, 7 en Ligue Europa - et Ryan Mason, intégrés en équipe nationale par Roy Hodgson depuis. Au-delà de chiffres basiques quant au nombre de joueurs professionnels formés ou inscrits sur les listes pour la Premier League, les Spurs se démarquent de la concurrence d'un club comme Manchester United par l'importance qu'ont pris ses talents « homegrown » dans son effectif. Ainsi, si à Old Trafford, Paddy Mc Nair, Jesse Lingard, Sam Johnstone ou James Wilson sont des joueurs de complément, voire de simples figurants, à White Hart Lane, Kane, Mason, mais aussi Nabil Bentaleb et Andros Townsend sont des titulaires réguliers, quand Alex Pritchard - prêté la saison passée à Brentford en Championship - et Tom Carroll - prêté à Swansea - sont des internationaux espoirs anglais qui commencent à pointer le bout de leur nez sur les feuilles de match de Pochettino.

Dele Alli, la nouvelle merveille


Historiquement, Tottenham n'est pas - et de loin - la référence anglaise quand il s'agit de sortir des joueurs, même si les Spurs peuvent se targuer d'avoir formé Glenn Hoddle, Sol Campbell, Peter Crouch, Stephen Carr ou encore Nick Barmby. Et même accueilli David Beckham quelque temps avant qu'il n'opte pour Manchester United. Mais depuis plusieurs années, le club londonien a décidé d'axer sa politique sportive sur une optimisation de son centre de formation et une politique de recrutement qui donne la priorité aux jeunes talents avec une vraie marge de progression. C'est ainsi qu'en 2007, les Spurs sont allés chercher Danny Rose à Leeds à seulement 17 ans, histoire d'achever sa formation et de l'intégrer progressivement dans le onze titulaire. Une logique presque comparable à celle opérée sur le recrutement de Kyle Walker en 2009, même si l'international anglais était alors officiellement « formé » .

Fort de moyens financiers importants, Tottenham n'a pas hésité ces dernières saisons à internationaliser son recrutement de futures stars avec Erik Lamela, Christian Erikssen ou encore Son Heung-min cet été. À chaque fois, des joueurs choisis pour leur fort potentiel et qui sont amenés à devenir - plus ou moins rapidement - des éléments importants de l'effectif professionnel. Le symbole de cette politique pro-jeunesse de Tottenham s'appelle aujourd'hui Dele Alli. Recruté en février 2015 au Milton Keynes Dons - où il a été prêté pour finir la saison 2014-2015 - le jeune international espoir anglais de 19 ans a fait quelques entrées remarquées depuis le début de la saison et a déjà reçu les éloges de Gary Lineker, l'ancienne gloire anglaise et désormais présentateur de Match of the Day sur la BBC, ayant pronostiqué sur Twitter la présence du milieu de terrain à l'Euro 2016 avec l'Angleterre. C'est peut-être un peu rapide pour juger un gamin qui n'a que cinq matchs de Premier League dans les jambes. Mais la remarque traduit bien l'image d'usine à talents que Tottenham est en train de se forger en Angleterre.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
El Chelito Delgado Niveau : CFA2
Rendez-nous le N'jié, on a champomy!
Champomy d'abord!
En tant que fan des Spurs, je dois dire que j'adhère à cette nouvelle philosophie, même si les résultats en patissent quelque peu. D'ailleurs vous auriez pu aussi citer Eric Dier (anglais, 21 ans, acheté au Sporting Lisbonne (je me demande toujours ce qu'il foutait là bas)) qui est titulaire indiscutable avec Pocch, Kieran Trippier (25ans) ou encore Ben Davies (22ans). Parce qu'une des particularités c'est aussi qu'ils achètent britannique, c'est d'ailleurs pas rare que l'équipe joue avec 5-6 anglais/britanniques titulaires.

Le problème c'est qu'à côté de cette politique de formation très prometteuse, y a une gestion sportive assez catastrophique, avec des entraineurs virés tous les ans ou presque, et les meilleurs joueurs vendus et mal/pas remplacés. Le club a besoin de stabilité, et je pense que ça peut porter ses fruits de joueur sur la jeunesse.
Sans oublier que quand Bale a signé, il n'avait pas encore 18 ans.
Marlow Stanfield Niveau : District
Je pense que Pochettino veut absolument s'appuyer sur les jeunes pour faire fructifier les efforts de sa direction sur les moyens mis à disposition des équipes de jeunes mais je trouve qu'il exagère il fait jouer des jeunes qui n'ont pas beaucoup de talents comme Mason qui a était préféré à Stambouli ou Dembélé alors que ces 2 joueurs lui sont supérieurs surtout Dembélé , on nous parle de Alli comme un futur crack mais de ce que j'ai vus je lui trouve rien de spécial.
Bonne trentaine d'années de football derrière moi, même certaine sympathie dès les 80's pour les Spurs, et d'ailleurs assisté à quelques matchs à WHL durant les années 90...

Pourquoi ce préambule? Simplement que l'idée d'un club s'appuyant historiquement bien peu sur sa formation, 3ème paragraphe, ne colle absolument pas avec mon expérience personnelle (certes dispensable) et les souvenirs et ressentis que m'inspire ce club en l'espèce ; je pige vraiment pas où l'auteur va chercher ça..

Je vais m'en tenir à la période que j'ai connue, depuis le début des années 1980 disons. Et donc, que les Spurs fussent longtemps un brin singuliers en matière de recrutement, "exotique" disons : c'est un fait, club qui détonait sur ce point, notamment par cet attrait tout particulier des joueurs latins..mais j'ai l'impression que l'on s'abuse souvent de cela, comme s'il n'y avait par conséquent eu de place pour des talents endogènes, home-made....

Auquel cas : quelle erreur..

Cas ma foi inverse : United.........dont on fait et fera toujours des tonnes, miroir aux alouettes habituel (Busby-Babes etc..) ; les coulisses de leur "formation" valent le coup d'oeil.
La formation chez les Spurs, ce furent par exemple aussi la légende Perryman, ou plus près King.. En se bornant aux Lions issus des Spurs, ils ne manquèrent historiquement point.

Et si on devait comptabiliser tous les mecs lancés à leurs 20 ans par ce club, quoique issus d'autres horizons certes.. Dans le genre, je garde un faible pour ce pauvre Darren Anderton.
Ca dénote surtout avec l'éppque Redknapp où il adorait recruter des "joueurs d'expérience" plutot que des jeunes
et @Marlow Stanfield ben regarde encore parce que ce mec est clairement un futur top mondial
cf. le petit pont tranquille sur modric en pré saison
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
8 8