Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 2e journée
  3. // Crystal Palace / Tottenham

Tottenham et le cas Bale

Tottenham débute aujourd'hui sa saison de Premier League. Avec en arrière plan le vrai/faux départ de Bale et en face un ressuscité : Crystal Palace, l'équipe sourire de cette Premier League. Ambiance.

Modififié
Tottenham est finalement un drôle de club. Et c'est sans doute dans sa comparaison avec Arsenal que l'ironie de la situation du club du nord de Londres trouve tout son sel. Car les Spurs surfent depuis plusieurs saisons sur un drôle de paradoxe : paraître plus fort que les Gunners mais terminer derrière. Les joueurs recueillent les louanges pour leur football, - de même que le projet, revisité par Villas-Boas depuis peu-, mais ne parviennent toujours pas à transformer cette hype en résultats lorsqu'il s'agit de terminer devant l'ennemi héréditaire, le club le plus critiqué de Premier League également. Ou l'impression que les commentateurs sortiraient tous volontiers les Gunners du Big Four dans leurs pronostics d'avant-saison et que les Spurs trouvent toujours le moyen de refuser cette place qui leur tend les bras. Pire encore, l'an dernier, les joueurs ont réalisé, avec 72 points, la meilleure saison statistique de l'histoire du club pour mourir à la 5e place lors de la dernière journée, un tout petit point derrière Arsenal. Un tout petit point derrière la Ligue des champions. L'ironie, encore.

« C'est ici qu'est son avenir  »

Néanmoins, à l'heure de démarrer la saison de Premier League, c'est à une toute autre chimère que sont confrontés les Spurs : vouloir garder leur meilleur joueur, Gareth Bale, convoité par l'un des plus grands, le Real Madrid. Et ils doivent donc tenter de répondre à une question vieille comme le monde : que faire face aux offres les plus folles pour un joueur que l'on ne souhaite pas vendre ? Villas-Boas propose un élément de réponse : « C’est ici qu’est son avenir. Nous avons été très, très clairs avec tout le monde concernant notre volonté de le garder, mais apparemment dans le football tout peut arriver. C’est un joueur que nous aimons beaucoup et qui nous a aidé à progresser. On veut continuer avec lui. Nous sommes conscients de l’intérêt du Real Madrid, mais cela ne veut pas dire que nous sommes prêts à négocier pour lui  » .

Mais Gareth Bale, lui, l'assure, il veut partir. Il aurait confié à ses coéquipiers qu'il « ne rejouera plus » . Alors que l'on prête à Carlo Ancelotti ces propos : « Je suis très content de cette équipe. Pourquoi parler de Bale alors que Morata et Jesé ont très bien joué ? » . Au milieu de ce poker menteur, vous l'aurez compris, et ce même si les recrues Capoue, Paulinho, Chadli et Soldado sont à disposition de Villas-Boas, les Spurs débuteront leur championnat dans la position la plus bâtarde qui soit avec leur meilleur joueur. Et donc dans le flou le plus complet quant à l'avenir de l'équipe à court terme. Mais qu'ils soient rassurés, c'est à Selhurst Park, dans l'antre de Crystal Palace qu'ils feront le déplacement. Crystal Palace, un club qui, à défaut d'être 100% prêt pour cette Premier League, devrait au moins la faire rire.

Crystal Palace, l'équipe qui va vous faire mourir de rire


Un club qui compte se maintenir en Premier League avec Marouane Chamakh, Florian Marange, Elliot Grandin et le toujours vivant Kevin Philipps doit forcément avoir quelque chose de bon, mais encore plus lorsqu'on sait que l'équipe est drivée par l'un des personnages le plus funs du foot anglais : Ian Holloway dit « Ollie » . Un homme qui sait y faire pour valoriser les effectifs cheapos avec le sourire, un homme qui a déjà ferraillé dans les divisions inférieures aux manettes de Bristol, des Queens Park Rangers, de Plymouth, de Leicester City et qui était de l'épopée folle des Seasiders de Blackpool en 2010 en Premier League. Vous l'aurez compris : un homme qui ne peut regarder dans le rétro de sa carrière qu'armé d'une bonne dose d'humour. Un homme capable de balancer à Blackpool : « Je ne vois pas ce qui pose problème dans le fait que les footballeurs retirent leur maillot après un but. Ils sont contents et les jeunes femmes en profitent aussi. Cela dit, cela n'explique pas ce qu'elles font pour nous, car mes joueurs sont vraiment moches comme des poux » .

Un homme capable, aussi, d'évoquer sa femme malade d'un cancer sur ce ton : « Dans la vie, la seule chose dont je suis accroc, c’est ma femme. En même temps, combien de fans de Batman n’ont jamais rêvé de vivre avec une chauve-souris ? » . Un homme à qui les médias anglais filent des chroniques hebdomadaires tellement il est drôle. Un homme qui raconte très peu dormir en ce moment pour préparer une saison qui s'annonce longue, très longue, lui qui a laissé partir Wilfried Zaha à Manchester United, perdu son buteur Glenn Murray, auteur de 31 buts la saison passée sur blessure, raté Darren Bent parti finalement pour Fulham avant de se retourner vers Chamakh qui n'a pas joué depuis une éternité. Un homme qui dit attendre de ses joueurs qu'une chose : « qu'ils se battent » . Vous l'aurez compris : un homme qui est prêt à tout, sauf à affronter Tottenham, même sans Gareth Bale, à qui l'on prête une blessure (diplomatique). Peu importe, « Ollie » et ses joueurs vendront chèrement leur peau. Pour le meilleur. Et pour le rire?

Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3