Tottenham entre deux eaux

La qualification en C1 leur a cette fois-ci échappée, avec comme lot de consolation la Ligue Europa. La gestion de l'intersaison, le dégraissage de l'effectif, les cas Modric, Bale et Lennon indiqueront dans quelle catégorie ranger le club du nord de Londres. Celui des clubs qui comptent ou pas.

Modififié
0 5
S'il y a un enseignement à retenir de l'exercice 2011, c'est que Tottenham n'était pas armé pour jouer efficacement sur tous les tableaux. Découvrant de façon plutôt heureuse la Ligue des Champions (barrage difficile mais spectaculaire contre les Young Boys de Berne, sortie première de son groupe, Bale qui fait son trou, élimination du Milan en huitièmes), l'élimination brutale contre le Real Madrid a secoué une mécanique bien huilée mais sans expérience commune suffisante pour réussir à digérer l'exigence requise au très haut niveau. Capables de rivaliser avec Arsenal en Premier League ou l'Inter de Milan en C1, les Spurs ont manqué de régularité et ont subi deux gros crashs (à Santiago Bernabeu et à Blackpool en février) et ont laissé traîner de précieux points contre les mal-classés (Wolverhampton, West Bromwich et West Ham). Pas franchement aidé non plus par l'état physique des troupes (King, Bale, Lennon, Modric, Gallas, Kaboul, Dawson), Tottenham a tout de même réussi à nous divertir, à défaut de nous convaincre complètement.

L'intersaison sera tout aussi divertissante. Les gros bonnets sont convoités. Ferguson voit en Luka Modric un successeur à Paul Scholes, Kenny Dalglish est prêt à se payer la pile Lennon et Gareth Bale ne serait pas contre une offre grassement rémunérée d'un top européen (Real, Chelsea ou Inter en tête de gondole). Chez les Spurs, on reste ferme et déclare les trois vedettes intransférables. Le cas le plus pressant semble être en passe d'être réglé. « Nous ne pouvons nous permettre de perdre Luka si nous voulons être un club compétitif » avait averti coach Harry en fin de saison. Daniel Levy, président du club, y répond en souhaitant faire de Modric le joueur le mieux payé de l'histoire du club (90 000 livres la semaine, soit 100% d'augmentatin pour le Croate), condition obligatoire pour calmer les ardeurs de Lennon et Bale.

Les moyens et les ambitions

La deuxième priorité est de dégraisser un effectif bien trop fourni (une quarantaine de joueurs). Jonathan Woodgate, étonnamment trop blessé, n'a plus de contrat, Kranjcar s'apprête à découvrir le Dynamo Kiev de Shevchenko, Pavlyuchenko veut sa place de titulaire dans un club au pays, les latéraux droits Hutton et Corluka sont priés de trouver un nouveau toit avec le retour de prêt de Kyle Walker (très convaincant à Villa cette saison), Defoe aimerait bien s'assurer sa place chez les Three Lions en étant lui aussi titulaire, pourquoi pas ailleurs qu'à White Hart Lane, les gros salaires Palacios, Kaboul, Jenas, Dos Santos et Robbie Keane sont aussi dans la charrette et Bassong et Rose pourraient tous deux servir de monnaie d'échange pour une future arrivée. Bref, on resserre l'effectif avant de prétendre signer le moindre joueur. A une exception près : l'arrivée énigmatique de Brad Friedel, 42 ans, au poste de gardien, en concurrence avec les tout aussi jeunots Gomes et Cudicini.

Les besoins en recrutement des Spurs sont ciblés : un défenseur central (Samba de Blackburn et Cahill de Bolton en particulier), un milieu de terrain susceptible d'être mis en concurrence avec Sandro et Pienaar (Scott Parker en tête de liste) et un tueur de surface (Forlan est vivement souhaité à Londres, Gyan en second choix) susceptible de concrétiser les déboulées des ailiers, marque de fabrique du jeu à la Redknapp. Tout cela dans un contexte empreint de quelques doutes quant aux moyens servant les ambitions du club : Tottenham a perdu l'idée d'un grand, beau et tout neuf stade (le futur stade olympique a été attribué à West Ham) et devrait selon toute vraisemblance perdre Harry Redknapp en fin de saison 2012, souhaité par toute l'Angleterre du football à la succession de Fabio Capello chez les Three Lions.



Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

En lisant l'article, on a pas vraiment l'impression que Tottenham est entre deux eaux mais carrément dans la mouise.
"Bale qui fait son trou"

=> J'envoie illico ton CV à Philippe Bouvard, Ronan.
"Tottenham a perdu l'idée d'un grand, beau et tout neuf stade (le futur stade olympique a été attribué à West Ham)"
> Ils ont quand même depuis quelques temps un projet de nouveau stade : http://www.tottenhamhotspur.com/futurep … 91210.html
Tottenham a volé un peu au-dessus de ses moyens les deux dernières saisons. Ils sont financièrement un peu dans la gadoue donc vont être obligés de vendre.

Ils ne peuvent que descendre pour l'instant...
Pas sûr qu'ils soient dans la mouise financièrement.

Il me semble qu'ils sont régulièrement cités dans les clubs les plus riches de la planète (autour du 10e rang), mais ils ont juste une politique de transfert cohérente et n'ont pas pour habitude d'offrir des gros salaires.

Maintenant il leur manque clairement : Une solidité dans l'axe de la défense et un avant centre, parce qu'au milieu c'est vraiment du lourd : Bale-Modric/Pienaar/Jenas-Sandro/Huddelstone/Palacios-Lennon
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 5