Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Tottenham/AC Milan (0-0)

Tottenham de champion ?

Pas foutu de se procurer plus de deux occasions franches, le Milan AC s'est fait sortir sur un match nul, vierge et peu inspiré à Londres. Les Spurs ont attaqué et mis Crouch à contribution, mais auront surement du mal face à une grosse équipe en quarts.

Modififié
Le vendredi 17 décembre dernier, à Nyon, nombreux étaient ceux qui pensaient que Tottenham n'avait une chance de se qualifier qu'en comptant sur un grand Gareth Bale face au Milan AC. Finalement, le Gallois n'aura passé que vingt-cinq minutes sur la pelouse à White Hart Lane, sans briller particulièrement. Mais voilà, Tottenham a fini par décrocher les quarts dont il rêvait. Et ce, grâce à un match nul et vierge, certes, mais sans se cacher. Avec fierté. Après un début de match en ping-pong (un pointu de Van der Vaart par-ci, un corner de Robinho par-là), le Milan a pourtant dominé l'essentiel de la première période. Pato et Robinho passent d'une aile à l'autre en s'appuyant sur Ibrahimovic, pendant qu'Abate la joue comme Dani Alves en se positionnant davantage comme ailier que comme latéral, mais les occasions franches tardent à arriver. La première pointe d'ailleurs le bout de son cuir sur coup de pied arrêté, lorsque Zlatan envoie une mine enroulée à mi-hauteur que Gomes sort à l'horizontale. C'est le signal de départ pour Robinho, qui se tape quelques minutes d'ubiquité : un débordement suivi d'un centre, une frappe des vingt mètres et l'occasion du match. Alors que le portier anglais est aux fraises, Pato centre en retrait pour le Brésilien. Le but est vide, le ballon tape le pied d'appui, est contré, puis sauvé sur la ligne par William Gallas. Triste scenario. Si ça ne rentre pas cette fois, ça ne rentrera donc jamais.


Côté Spurs, la tactique est plutôt simple et porte un nom : Peter Crouch. Lennon et Pienaar sont chargés d'envoyer de très longs centres sur la tête du géant qui, lui, n'a qu'à remettre pour Van der Vaart. Au départ, on a voulu compter le nombre de fois où ce schéma s'est répété (la preuve : 2e minute, 4e, 7e, ..., 38e, etc.) mais à un moment le pinball a fait tilt. Heureusement pour les Italiens, Thiago Silva a remplacé Mario Yepes en défense centrale. Pas une raison pour changer d'idée-force, pour les soldats de Redknapp. Parvenus à la mi-temps sans encaisser de but, ils décident de partir à l'attaque dès le retour sur le terrain. Bon, ce que n'a pas compris Crouch, c'est qu'il n'est pas obligé de remettre au centre lorsqu'il n'y a personne et qu'il est à un mètre du but. Mais dans l'esprit, les Anglais font plaisir et sont loin de se recroqueviller devant leur cage comme, au hasard, leurs compatriotes d'Arsenal face à Barcelone. Un système d'attaque anglaise/contre-attaque italienne se met alors en place, qui pourrait paradoxalement être l'idéal pour les deux équipes si Ibrahimovic n'était pas dans un petit jour. En dehors d'une passe lumineuse dans le dos de la défense pour Pato en première mi-temps, le Suédois passe en effet son temps à ralentir le jeu en tergiversant à l'entrée de la surface. Les Milanais doivent donc s'appuyer sur Robinho, encore au centre de l'action la plus dangereuse de la seconde période, à la 66e, et sur l'explosivité d'un Pato capable d'envoyer une frappe soudaine frôler le poteau à la 77e.


Allegri a beau tenter la carte de la jeunesse en faisant entrer Alexander Merkel et Rodney Strasser en fin de match, pensant surement donner un peu de tonus à une équipe bien pâle, cela ne suffit pas. Redknapp se permet même de faire sortir son Crouch à une petite dizaine de minutes de la fin. White Hart Lane a chanté tout le match. Il aura l'occasion de redonner de la voix au mois d'avril.



Thomas Pitrel

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



À lire ensuite
Schalke en quarts