1. // Gr.A
  2. // Afrique du Sud/Mexique (1-1)

Tortillas et Bafana, bel apéro

L'Afrique du Sud n'a pas raté son entrée dans la compétition. Le Mexique a eu beau montrer de belles choses, les Bafanas Bafanas ont rassuré leurs supporters avec une belle abnégation. Ils vont être capables de se battre jusqu'au bout.

0 0
Avant le coup d'envoi, il n'y avait que les optimistes pour dire que ce match d'ouverture pouvait être une belle affiche. C'est vrai, à la lecture des compos et au vu des matchs de préparation, il était possible d'imaginer de belles dispositions venant du bloc-équipe sud-africain ou des deux flèches mexicaines, Giovani Dos Santos et Carlos Vela. Ce n'était pas dit que tout le monde joue le jeu. Ca a pourtant été le cas. Ouf!


En début de match, le Mexique presse haut. El Tri semble plus rapide, plus à l'aise techniquement. Ca ne fait pas dix minutes qu'on joue qu'ils ont déjà deux coups d'avance sur les locaux, condamnés à courir derrière la balle, comme dans un vulgaire toro. Giovani Dos Santos en profite pour démontrer qu'il s'est refait la cerise à Galatasaray : son jeu est épuré, ses frappes convaincantes. Mais ça ne suffit pas. Devant, Franco, le finisseur, n'est pas au niveau. En même temps, en club, il s'est fait supplanter par Ilan, l'ancien de St-Etienne ...


Au retour des vestiaires, l'équipe d'Amérique Centrale est toujours aussi motivée. Comme en première, elle subit de temps en temps un contre plein de bonne volonté qu'elle arrive à les contenir sans trop de difficultés. Salcido, notamment, prouve que son passage au PSV n'était pas vain. Problème: à la 54e, les Bafana Bafana haussent subitement le niveau le temps d'un contre parfait. Récupération de balle au milieu, jeux en triangle, appel sur l'aile et terrible frappe dans la lucarne opposée. 1-0 pour la nation Arc-en-ciel.

Si le Mexique est abattu, Aguirre a encore les idées claires. Il sort Vela pour faire rentrer le vétéran Blanco. Sentant qu'il risque de ne plus avoir de contres, l'ancien coach de l'Atletico préfère se priver de la vitesse pour catapulter le maximum de ballon dans la surface adverse. La pression les fera bien craquer à un moment donné. Bien vu, à la 78e, Marquez profite d'une interception manquée de Mokoena pour fusiller le très bon Khune. 1-1, normal.


En fin de partie, les protégés de Mandela se procurent une grosse occase qu'ils mettent sur le poteau. Il ne faut pas trop en demander, le match nul est bien mérité. Au vu de ce qu'elles ont montré, on peut même dire que ce sont deux points de perdus pour les deux équipes. Vont-ils les récupérer lors des prochaines journées, contre la France ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La piste aux étoiles
0 0