Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Real Madrid-Atlético de Madrid

Torres, l’enfant du paradoxe

Jamais là où on l’attend, parfois épatant, souvent déconcertant, toujours étonnant : Fernando Torres cultive l’art du contre-pied depuis le début de sa carrière. Mais El Niño est encore une fois présent en finale d’un des tournois les plus compétitifs qui soient. Comme d’habitude.

Modififié
Mardi 5 avril 2016, au Camp Nou. Sans aucun complexe, l’Atlético défie l’ogre barcelonais dans son antre. Comme un symbole, Fernando Torres, modèle de sacrifice, s’arrache sur chaque ballon. Son pressing et ses efforts sont récompensés à la 25e : sur un service parfait de Koke, l’attaquant marque un but classique d’avant-centre. Sauf qu’emporté par son envie, le soldat de Diego Simeone gâche tout en dix minutes chrono, avec deux jaunes qui se colorent en rouge et une expulsion qui laisse ses partenaires avec un but en plus… mais un joueur en moins. Le meilleur et le pire du paradoxe Torres en moins d’un quart d’heure.


Un mois plus tard, bis repetita face au monstre munichois. Après une heure vingt de dur labeur où on l’a notamment vu adresser une passe décisive impeccable, Fernando – qui, au passage, est resté sur le terrain toute la rencontre au contraire de Griezmann – sort une énième accélération offensive, provoquant un penalty censé qualifier définitivement son équipe. L’Espagnol, sûr de lui, décide d’aller jusqu’au bout de son idée et se charge du péno… repoussé par Neuer. Certes, l’Atlético s’en est sorti. Par deux fois. Certes, Torres a contribué à la qualification. Par deux fois. Mais par deux fois, Torres a confirmé ce qu’il était : une énigme, roi du contre-pied, dans un sens comme dans l’autre.

L'enfant toujours là


Son style de jeu, sa façon de baisser la tête lorsqu’il court et son physique symbolisent toutes les contradictions d’un joueur qui aura participé, qu’on le veuille ou non, à l'histoire du football depuis le nouveau millénaire : est-il élégant sur un terrain ? Est-il beau à regarder jouer ? Préfère-t-on qu’il conserve tous ses cheveux soyeux, qu’il se rase sur les côtés ou qu’il passe la tondeuse ? Au-delà de ces questions qu’on laisse volontiers aux spécialistes de la mode, d’autres, qui n’ont toujours pas trouvé de réponses, concernent le footballeur. Que penser d’El Niño, 32 ans mais toujours enfant, à qui on promettait un Ballon d’or et qui termine finalement comme un gars plus collectif que jamais, destiné à jouer en pointe alors qu’il aurait peut-être pu être meilleur sur une aile ?


Bref, fini les interrogations, passons aux faits. Le constat est le suivant : Torres, que beaucoup avaient oublié, est en finale de Ligue des champions avec l’une des meilleures équipes du monde. Titulaire, qui plus est. Une surprise ? Pas vraiment. Car Fernando a toujours fait le contraire de ce qu’on attendait de lui. Quand Liverpool casse sa tirelire pour le faire venir de l’Atlético, personne n’imagine qu'il s'adapte aussi rapidement au championnat anglais. Pourtant, les caramels s’enquillent et tous les gros sortent le chéquier pour l’engager. Annoncé comme le crack de Premier League en arrivant à Chelsea, El Niño se transforme en chèvre incapable de pousser un ballon dans les filets et attend plus de quatre mois pour inscrire son premier pion. Les entraîneurs se succèdent et rien n’y fait. Déclaré inapte au football suite à un passage foiré à Milan, le natif de Fuenlabrada revient à la maison sur ordre du Cholo Simeone. Et tout s’enchaîne : travail, sérieux, retrouvailles avec la confiance, générosité. Quelques buts aussi, et une place méritée dans le onze, où son travail reste de faciliter celui de Griezmann. Un taf de l’ombre pour celui qui a longtemps connu la lumière.


Concernant sa période blues, que chacun considère loupée, elle reste ouverte à discussion. Torres, qui a toujours assumé ses choix, a quitté Anfield Road pour évoluer à un niveau supérieur et remporter des trophées. Bingo : alors qu’il n’avait soulevé aucune Coupe avec les Reds, l’attaquant remplit son armoire avec une C1, une C3 et une Coupe d’Angleterre. Le tout en deux ans. Rien que ça. Surtout, l’Espagnol joue un rôle prépondérant dans l'obtention de ces titres. Suffit de ressortir son but libérateur contre le Barça pour prouver son importance lors de la fabuleuse épopée LDC de 2012. Ou son exploit personnel décisif face au Benfica. Il terminera d’ailleurs deuxième meilleur passeur de la compétition. Pendant la Ligue Europa 2013, le serveur devient buteur avec sept goals (inscrits lors de chaque tour ; deuxième meilleur buteur) et 810 minutes disputées.

Vidéo

Les arguments sont trop nombreux pour ne pas sortir la conclusion, finalement pas surprenante : Fernando Torres est un homme de tournois. Une hypothèse béton quand on sait que le monsieur, malgré un immense palmarès, n’a jamais triomphé... en championnat (si l’on omet la Segunda Division 2002). Puis Torres, c’est aussi la Coupe du monde 2010, les Euro 2008 (unique buteur de la finale) et 2012 (Soulier d'or et buteur en finale). Un profil atypique qui aurait presque pu donner des idées à Del Bosque pour cet été devant la pénurie d’attaquants subie par la Roja. Simeone, lui, se frotte déjà les mains.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 2 heures Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 5 il y a 2 heures Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 15 il y a 3 heures La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 8
il y a 3 heures Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 12 il y a 5 heures Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 16 il y a 5 heures À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 15:53 La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 98 Hier à 12:43 La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 8 Hier à 12:34 River Plate devrait quitter El Monumental 14 Hier à 11:41 Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 36