1. //
  2. // 32e journée
  3. // Torino/Juventus Turin

Torino, culture de la lose ou de la guigne ?

Voilà maintenant vingt ans que le Torino ne remporte plus le derby de Turin, ce qui fait de ce club un loser en puissance. Mais les événements de sa longue et riche histoire font plutôt penser à une poisse sans précédent.

Modififié
24 7
Ils y étaient pourtant presque lors du match aller. Bruno Peres avait inscrit un but spectaculaire au Juventus Stadium après une longue chevauchée, et les Granata s'apprêtaient enfin à sortir indemne du classique turinois après six revers consécutifs. Ce but du Brésilien était d'ailleurs le premier pour le Toro depuis treize longues années. Puis, Pirlo achève le Bovin à la toute dernière seconde du match et le Zèbre l'emporte une nouvelle fois. Ce 189e Derby della Mole résumait à lui tout seul les souffrances du Torino. Quand le sort s'acharne autant, il n'y a plus grand-chose à espérer. Il faut simplement vivre avec et assumer d'en baver.

Titres avortés


Revenons pile-poil un siècle en arrière, le 23 mai 1915 précisément. Au lieu de siffler le coup d'envoi des rencontres, les arbitres lisent le communiqué de la Fédération qui annonce la « suspension immédiate des compétitions à cause de la mobilisation » . Le Royaume d'Italie s'est enfin décidé à entrer dans le premier conflit mondial en déclarant la guerre à l'Empire austro-hongrois. Il ne restait qu'une seule journée à disputer dans la poule Nord dont le classement était le suivant : 7 points pour le Genoa, 5 pour le Torino et l'Inter, 3 pour le Milan. Le derby milanais et Genoa-Torino étaient les affiches au programme. À l'aller, les Granata avaient explosé les Rossoblù (6-1) et pouvaient prétendre atteindre les barrages. Convaincues que la guerre allait être courte, les autorités pensaient que ce championnat se conclurait. Loupé. En 1919, la FIGC estime qu'il est inutile de le mener à terme et attribue ce Scudetto partiel au Genoa, faisant également fi de la finale nationale face aux vainqueurs de la poule Sud.

Douze ans plus tard, le Torino remporte enfin son premier titre après avoir devancé Bologne et la Juventus lors du tour final. Puis une affaire de corruption éclate. Avant un derby turinois que le Torino s'est adjugé sur le score de 2-1, Luigi Allemandi, arrière latéral bianconero, aurait été soudoyé par un dirigeant granata pour favoriser la victoire du rival. C'est un journaliste logeant dans un appartement voisin qui a révélé tout ceci au grand jour. Problème, ce même Allemandi a été un des meilleurs joueurs de la Juventus ce jour-là ! Qu'importe, la Fédération révoque le Scudetto et ne le réattribue pas. Lui est suspendu à vie, puis bénéficie de l'amnistie un an plus tard. Une histoire dont on n'a jamais vraiment su les réels tenants et aboutissants. En fait, il y aurait bien eu un passage d'argent, mais pour le transfert d'Allemandi à l'Inter.

Décès tragiques


Le 4 mai prochain, le peuple granata se rendra comme chaque année à la basilique de Superga pour rendre hommage à ses héros décédés dans le tragiquement célèbre accident d'avion de 1949. Une équipe qui avait glané quatre championnats d'affilée (le 5e fut attribué à titre posthume) en battant record sur record (le plus impressionnant, les six ans d'invincibilité à domicile). En cette période, la Squadra Azzurra vit même jusqu'à dix joueurs du Torino la composer au coup d'envoi. Il s'agit peut-être de la plus grande génération de l'histoire du football italien avec le Milan de Sacchi/Capello et la première Juve de Trapattoni. Pour beaucoup, Valentino Mazzola est même le meilleur joueur italien de tous les temps.

Néanmoins, la faucheuse n'en avait pas fini avec le Torino. Gigi Meroni eut également affaire à elle plus tôt que prévu. Cet ailier virevoltant était le symbole de la renaissance après la tragédie précédemment citée. Au sortir d'une rencontre face à la Sampdoria en 1967, Meroni rentre chez lui à pied et se fait faucher de plein fouet par deux voitures, succombant à ses blessures quelques heures plus tard. Il n'avait que 24 ans. Ironie du sort, le conducteur de la Fiat 124 qui le percuta en premier est le jeune Attilio Romero, futur président du Torino en 2000. Son coéquipier Giorgio Ferrini, lui, a eu le temps de finir sa carrière et d'établir tous les records de présence. Capitaine et bandiera, il passe 16 saisons en tant que joueur, puis devient l'adjoint de Gigi Radice dans la foulée. Quelques mois après sa retraite, il décède d'une double hémorragie cérébrale à 37 ans et ne verra jamais ses anciens coéquipiers remporter le titre lors de cette saison 1975-76.

Épilogues douloureux


Le 7e Scudetto de l'histoire du club est donc enfin arrivé. La Serie A est alors une affaire de Turinois. Granata et Bianconeri se tirent la bourre au milieu de ces magnifiques 70's et remettent ça la saison suivante. Le Torino fait d'ailleurs mieux en récoltant 5 unités supplémentaires, ce qui fait beaucoup à l'époque de la victoire à deux points. 50 points engrangés, c'est un record, mais la Juve en amasse un de plus et est sacrée championne ! Transposé avec le barème d'aujourd'hui et une Serie A à 20 équipes, c'est comme si la Vieille Dame avait fini première avec 93 points, et son éternel rival second avec 90.

Moins performant par la suite en championnat, les Granata se rabattent sur la Coupe d'Italie dont ils atteignent la finale trois fois consécutivement de 1980 à 1982. Les deux premières éditions contre la Roma se soldent par des défaites aux tirs au but, la 3e contre l'Inter sur le score de 2-1 sur l'ensemble des deux matchs. Enfin, il ne manquait plus qu'une Coupe d'Europe pour compléter le tableau. Nous voici en mai 1992, le Toro et l'Ajax s'affrontent en finale de Coupe de l'UEFA et le 2-2 à domicile, à l'aller, contraint les Granata à s'imposer à Amsterdam. Casagrande touche le poteau, Mussi aussi. Pour Sordo, ce sera la transversale à trois minutes du terme. Au milieu de tout ça, un péno refusé qui fait sortir Emiliano Mondonico de ses gonds. L'entraîneur granata agite une chaise en guise de protestation. Une image d'Épinal qui résume l'histoire meurtrie de ce club légendaire.

Youtube


Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ian Curtis
Ahmedinedjad jouait au Torino???
Quel beau et grand club ce Toro !
Club historique.

Mais qu'est-ce qui a causé sa décadence depuis les années 90? La mondialisation? Bosman?

Le Toro est aujourd'hui un club de seconde zone en Italie. Même si cette année (et celle d'avant) il a un peu refait parler de lui.

Y aurait-il moyen qu'il rennaîsse de ses cendres et revienne au tout premier plan?
Le Toro c'est un peu comme le Genoa (9 scudetti tous gagnés avant 1925) : un grand club historique de la Série A avec un beau palmarès (7 scudetti, 5 coppe). Mais ceux qui ne s'intéressent que superficiellement à l'histoire de ce championnat ne le savent pas ou l'ont oublié. Ce club avait tout pour s'installer durablement en haut de la Série A mais la catastrophe de Superga a brisé ce club presque pour toujours car il fallait recréer une autre dynamique. Or difficile de le faire quand tout l'effectif disparaît tragiquement du jour au lendemain et qu'il faut repartir avec des jeunes et recruter d'autres joueurs. Il il y a eu une petite renaissance dans les années 70 avec le dernier scudetto de ce club en 1976 (et deux fois vice champion en 1977 et 1978) mais ça n'a pas suffit pour reprendre la main. Le voisin noir et blanc s'était installé à sa place et en général les grands joueurs qui voulaient jouer à Turin optaient plus pour la Juve. Ensuite il y a je pense aussi une raison économique. La Juve des Agnelli avait une puissance financière bien plus importante que le Toro, plus facile de convaincre des joueurs quand on peut se permettre de rajouter un 0 supplémentaire au contrat.

Une personne plus avertie que moi dans l'histoire du foot à Turin pourrait mieux expliquer le déclin du Toro.

En tout cas, grand respect à tous les tifosi de ce club. Pas facile de supporter une équipe qui ne gagne plus rien depuis des décennies et qui n'arrive plus à battre le voisin honni en derby depuis 20 ans.
Voilà c'est fait 2-1 pour le Toro!
Milan_forza18 Niveau : CFA
Bravo le toro belle victoire
Ben y'a pas péno, il est où le scandale?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
24 7